Dieu, fainéant et se faisant trop vieux pour jouer aux Sims avec les humains, il envoie ses anges chercher un humain qui pourrait le remplacer. Les prétendants au titre devront prouver leur valeur en faisant... ce qui amusera Dieu sur le moment.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Artémis [9]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Artémis

avatar

Profil MBTI : ENFJ
Couleur : =#ff6600
Messages : 48

MessageSujet: Artémis [9]   Dim 27 Juil - 18:59

J'étais totalement perdue. J'avais passé les dernières semaines à me consacrer à ma relation avec Narcisse et tout vient de s'envoler... A aucun moment je n'imaginais qu'il pouvait être avec quelqu'un d'autre, je ne comprends vraiment pas son comportement. Même si je viens d'apprendre la vérité, j'ai toujours l'impression que d'une certaine manière il se donnait vraiment à moi et que nous étions trop complices durant ces moments passés ensemble... Sachant que c'est quelqu'un de très renfermé, c'est très étonnant. Mais je me fais sans doute des idées... Je ne sais plus quoi en penser, je n'ai pas les idées claires...
Je rentrai chez moi, et je vis Akagi affalé sur le canapé. Toujours aucune trace de Zélos. Evidemment. Il est parti.
- Qu'est ce qu'il t'arrive Artémis? Tu es toute rouge, on dirait que tu as pleuré.
- Oui...
- Qu'est ce qu'on t'a fait ? Je vais aller lui casser la gueule.
- Non, ce n'est pas de ça dont j'aurai besoin...
Sans réfléchir je me jetai dans ses bras. Je pense que j'ai vraiment besoin de réconfort.
- Qu'est ce qui s'est passé ?
- L'homme que je voyais depuis un mois... Il a une copine, et je viens de l'apprendre... Je comptais passer la saint valentin avec lui, je pensais que cette relation pourrait me convenir... et j'ai vu sa copine....
Les larmes remontèrent en prononçant ses mots.
- Je vois. Je leur casserai la gueule quand tu iras mieux alors.
Il était visiblement énervé.
- Non, je ne veux pas de ça... Pour le moment j'aimerais juste un peu de chaleur... maintenant que Zélos est parti, rien ne nous retient Akagi...
Il me regarda d'un air perplexe, puis se décida et me serra contre lui, avant de m'embrasser. Nous nous installâmes dans ma chambre. Je ne suis pas sûre de ce que je fais, je sais juste que j'ai besoin de réconfort...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zelos

avatar

Profil MBTI : ISFJ (ISTJ)
Couleur : #996633
Messages : 193

MessageSujet: Re: Artémis [9]   Mar 29 Juil - 21:41

Je me demandais comment Akagi allait m'accueillir après cela. Il devait être très en colère ... Ou bien il pouvait également ne pas avoir remarqué du tout mon absence. Après mûre réflexion je préférais tout de même la première option. Cela m'aurait vexé qu'il m'oublie aussi rapidement. Mais quitte à choisir je préférais qu'il soit simplement légèrement énervé.
Je m'arrêtai en passant devant la boutique d'une fleuriste. Peut-être qu'il prendrait mieux mon retard si je lui montrais que j'avais tout de même pensé à lui. Et puis cela lui rappellerait notre sortie de la dernière fois. Je pris donc un bouquet de roses jaunes. Je doutais qu'il sache que cela symbolisait une demande de pardon, mais au besoin je pouvais toujours lui expliquer clairement. Et puis après tout, la Saint Valentin était une bonne occasion pour offrir des fleurs. Notre relation n'en était pas là, mais qui sait, pourquoi ne pas y réfléchir ? Je ne pensais pas l'envisager un jour, mais les choses avaient beaucoup évoluées depuis le temps.
Je réalisai soudain qu'il n'y avait pas qu'auprès de lui que je devais m'excuser. Artémis venait tout juste de nous reprocher d'être de mauvais parents et voilà que je disparaissais sans crier gare. En plus, contrairement à Akagi, il était possible qu'elle se soit fait du souci. Je pris donc deux bouquets identiques. La fleuriste me lança un regard appuyé, lourd de sous-entendus. Il était vrai que cela ne devait pas être commun d'acheter plusieurs bouquets le jour de la Saint Valentin. Cela me donna envie de me justifier, mais cela ne ferait sans doute que rendre les choses plus étranges. De toute façon elle était censée s’estimer heureuse de gagner deux fois plus d’argent. Je me demandais quelle tête elle ferait si Yukimura passait acheter des cadeaux pour chacun de ses innombrables amants.
Satisfait de mes achats, je rentrai à la maison. Une fois arrivé devant la porte, je pris une profonde inspiration avant d'ouvrir. Le salon était vide, et je ne trouvai pas Akagi dans sa chambre. Je fus soulagé de pouvoir les affronter un par un, cela serait plus facile que de subir des reproches en stéréo. Je m'approchai de la porte de la chambre d'Artémis et m'apprêtai à l'ouvrir lorsque j'entendis des bruits provenant de l'intérieur. L'homme de la dernière fois devait être avec elle. Cela ne me plaisait pas beaucoup, mais au moins cela devait être une relation sérieuse puisqu'il était là aujourd'hui. Si elle avait trouvé quelqu’un de bien, ce n’était pas mon rôle d’intervenir.
J'avais déjà tourné les talons pour me rendre dans la cuisine lorsque je crus entendre la voix d'Akagi. Je revins donc sur mes pas et écoutai attentivement. Cela n'était pas possible. Il m'avait promis. Mon sang se glaça lorsque je l'entendis une nouvelle fois. Je posai doucement la main sur la poignée. Il fallait que j'en aie le cœur net. Je me faisais probablement des illusions. Malheureusement, je me rendis vite compte que je n'aurais jamais le courage d'ouvrir. Je ne voulais pas voir ce qu'il y avait de l'autre côté. Je ne le supporterais pas. Bien sûr que c'était lui. Les promesses n'avaient aucun sens à ses yeux, et moi-même je ne signifiais probablement rien pour lui. Tout n'avait été qu'un vaste jeu depuis le début.
Je m'éloignai lentement et allai dans la cuisine. Je me sentais tellement stupide avec ces bouquets. Aucun d'eux ne méritait cette attention de ma part. Je les jetai donc violemment dans la poubelle. Je n'aurais jamais dû revenir. Qu'est-ce qui m'avait pris de quitter le Paradis ? Au moins Drew et Léviathan ne passait pas leur temps à coucher ensemble lorsque j'avais le dos tourné. Et même si ça avait été le cas, au moins l'un n'avait pas adopté l'autre. Je me demandais vraiment ce qui leur était passé par la tête. Ce qui était en train de leur passer par la tête plus exactement.
Je sortis mon portable de ma poche, et regardai distraitement les photos que nous avions prises à notre dernière sortie. Notre relation ressemblait à un parcours de montagne de russe. Plus nous nous rapprochions, plus dure était la chute. Cette fois, il avait dépassé le point de non-retour. Il était hors de question qu'il s'amuse à nouveau avec moi.
Je pris mon trousseau de clefs, enlevai celle de cette maison, et l'envoyai rejoindre les fleurs à la poubelle. Je ne remettrais plus jamais les pieds ici.
Je sortis de la maison en refermant doucement la porte. Je me dirigeai ensuite chez Hishigi. Il fallait que je lui parle de ce qui venait de se passer, pour qu'il récupère Artémis. Je ne pouvais pas le faire pour lui. J'avais peur de sa réaction. Il avait placé sa confiance en moi, et je l'avais trahie. Je n'avais pas été à la hauteur de ses attentes. Je m'étais même largement plus occupé d'un autre enfant que celui dont j'avais la garde. Il avait toutes les raisons au monde de m'en vouloir. Je mis malgré tout ma réticence de côté, et sonnai à sa porte.
- Bonjour Hishigi.
- Bonjour Zelos. Ça n'a pas l'air d'aller, qu'y a-t-il ?
- Oh Zelooos bonjouuuur ♥
Je ne m'étais pas attendu à ce que Yukimura se trouve avec lui. Comment se faisait-il qu'il n'était pas chez lui en train d'organiser une énième orgie ? Si Hishigi avait réussi à obtenir l'exclusivité le jour de la Saint Valentin, leur relation avait dû beaucoup avancer durant mon absence. Je ne pouvais pas lui annoncer maintenant ce qui venait de se passer et tout gâcher.
- Ca va bien ne t'en fais pas. Je venais juste prendre de tes nouvelles, mais je ne voudrais pas interrompre votre tête-à-tête, je repasserai demain.
- Tu es sûr ?
- Oui. Profite bien de la Saint Valentin avec ton chéri. Et félicitations pour l'avoir "fidélisé", je ne pensais pas voir ça un jour.
- C'est parce que Hishi est spécial ♥
- Je n'en doute pas. Je vais vous laisser maintenant.
- Tu ne veux pas revenir ce soir ?
- Peut-être. Je te tiendrai au courant.
Après ce que je venais de voir je m'en voulais encore plus de devoir lui annoncer une si mauvaise nouvelle. Il avait le droit de profiter de son bonheur. Après tout il valait peut-être mieux qu'il n'en sache jamais rien. J'avais jusqu'au lendemain pour y réfléchir. En attendant, j'avais tout de même besoin de parler à quelqu'un pour évacuer. Je décidai donc de rendre visite à Océane, puisqu'elle n'habitait pas loin.
- Bonjour.
- Bonjour Zelos. Je suis désolée mais tu tombes mal, Eiri est à l'intérieur. Est-ce que tu as besoin de quelque chose ?
- Non, je venais juste discuter ça peut attendre. Je ne prendrai pas le risque de le faire assassiner par ton petit ami pour si peu.
- D'accord. Je suis vraiment désolée.
- Pas de souci, je t'appellerai.
Il fallait croire que cette journée devait être horrible de bout en bout. Ne sachant pas trop quoi faire, je me promenai sans but, en proie à mes pensées. Finalement, je me retrouvai inconsciemment devant la maison d'Akagi. Je me demandais s’ils étaient toujours ensemble. Cette simple pensée me donnait la nausée. Il ne manquait plus qu’ils affichent leur relation sur Facebook, comme avec Yukimura. Je ne pouvais pas laisser ça se produire. A défaut d’obtenir un arrêt total de leur batifolage, il fallait au moins que je leur demande d’avoir la décence d’être discrets. Si personne n’était jamais au courant, cela rendrait la chose légèrement plus supportable. Je ne voulais plus qu’Hishigi l’apprenne. Il était déjà suffisamment énervé contre Akagi pour ne pas en rajouter. S’ils en venaient aux mains cela se finirait très mal, je ne voulais pas qu’ils en arrivent là.
Je m’assis donc sur un banc et attendis que quelqu’un quitte la maison. Je ne voulais surtout pas retomber sur la même scène que ce matin. Artémis finit par sortir un long moment plus tard. Je lui laissai quelques minutes d’avance avant d’aller vers la porte. Je me rappelai que je n’avais plus les clefs, et toquai. Akagi m’ouvrit quelques secondes plus tard.
- Bonsoir.
- Ah c'est juste toi.
- Est-ce qu'on peut discuter ?
- Non, je suis déjà au téléphone.
- C'est important.
- Je suis sûr que ce n'est pas aussi important que ma conversation avec Yukimura.
J'étais à peu près sûr du contraire mais mieux valait ne pas le braquer dès le début. Plus qu'il ne l'était déjà du moins. Je me demandais si Yukimura était toujours chez Hishigi. Si c'était le cas, il manquait vraiment de tact.
- J'attendrai alors.
- Très bien, j'ai bientôt fini.
Je m'assis en priant pour qu'Artémis ne revienne pas avant que nous ayons eu le temps de discuter.
- Tu es encore là ?
- Je t'ai dit que je voulais te parler.
- Je pensais avoir été clair. "Bientôt" ne signifie-t-il pas "dans trois semaines" dans ton vocabulaire ? Ca te laisse le temps de disparaître à nouveau.
- Raccroche et nous en discuterons.
- Je n'ai pas envie de te parler. Tu disparais sans prévenir et tu reviens ensuite comme une fleur, à quel accueil t'attendais-tu ? On pensait que tu étais parti pour de bon. Tu n'as pas pris la peine de nous donner la moindre nouvelle, tu aurais aussi bien pu être mort ! Est-ce que tu as pensé à Artémis dans tout ça ? Toi qui prétendais vouloir mieux t'occuper d'elle. Au final, il n'y a que moi qui ait été présent pour elle.
En entendant son prénom je me raidis et serrai les poings.
- Raccroche.
- Non.
Je voulus récupérer le téléphone, mais il me repoussa violemment. Excédé par son comportement, je partis dans la salle de bain. Je me rafraîchis le visage avec de l’eau froide pour me calmer, mais cela ne servit à rien. J’étais toujours tremblant de rage, et des larmes de colère menaçaient de couler à tout instant. J’avais envie de passer mes nerfs en saccageant la maison entière, mais je me contentai de briser le miroir d’un coup de poing. Je ne voulais pas qu’on me renvoie mon image dans cet état.
La douleur me fit reprendre légèrement mes esprits. Je m’assis sur le rebord de la baignoire, et respirai profondément à plusieurs reprises. J’observai ensuite attentivement ma main endolorie, et les gouttes de sang qui commençaient à en perler, puis déployai mes ailes et les examinai à leur tour avec attention. Je les avais toujours aimées, mais aujourd’hui elles étaient trop blanches, trop lumineuses, trop immaculées. Elles représentaient tout ce que j’avais la vocation d’être, tout ce que je ne serais jamais. Mon existence entière était un échec, je n’étais pas digne d’elles. J’étais incapable d’aider qui que ce soit, d’exaucer le simple souhait d’un ami, d’empêcher une adolescente de tomber entre les griffes d’un démon. Alors qu’est-ce qui pourrait bien justifier mon existence désormais ? Hermès avait raison, je n’étais pas digne d’être un ange. Ces ailes n’avaient pas de raison d’être.
Je saisis un large morceau du miroir au sol, en testai le tranchant du bout du doigt, puis m’appliquai à les trancher. La tâche s’avéra plus compliquée que prévu. Leur base étant dans mon dos, elle était difficile à atteindre, et je m’entaillai principalement la main. Cela faisait mal, mais ce ne fut pas ce qui me fit arrêter. Après tout, la douleur représentait la rédemption, alors j’avais encore un long chemin à faire si je voulais espérer prétendre avoir le droit d’appartenir au Paradis. Ce fut la lassitude qui l’emporta. Quoique je fasse, je semblais condamné à devoir subir la vue de ces ailes. Leur état était tout de même plus supportable désormais, elles ne semblaient plus me narguer avec leur perfection. Elles avaient un nouveau charme fascinant, je pouvais me reconnaître en elles. En triste état, brisées, salies, douloureuses, inutiles et non désirées. Il était logique que l’extérieur reflète l’intérieur.
Je me sentais mieux. Un petit peu mieux, mais c’était déjà ça de gagné. Dans mon état, tout était bon à prendre. Je réalisai soudain que cela devait faire un moment que j’étais ici et qu’il était possible qu’Akagi vienne me déranger. Sûrement pas pour voir si j’allais bien, mais juste pour utiliser la salle de bain. Je n’avais envie, ni de le voir, ni d’être interrompu. Je fermai donc le verrou. Après quelques secondes de réflexion, je poussai également le placard devant la porte pour la bloquer. Maintenant j’étais sûr d’être tranquille.
Je fis couler de l’eau chaude dans la baignoire, me déshabillai et m’y glissai. L’eau se teinta instantanément de rouge clair. Après quelques minutes à me prélasser, la douleur que je ressentais au niveau de mes mains et de mes ailes commença à s’estomper. Cela éclaircissait la brume qui avait commencé à nimber mon esprit, et me forçait à revoir en boucle la scène qui s’était déroulée ce matin. Je n’arrivais plus à penser à autre chose, je me sentais à nouveau submergé par la colère et le désespoir.
J’attrapai donc à nouveau un morceau du miroir et commençai à m’entailler le poignet gauche. Le filet de sang qui s’en échappa ne m’apaisa pas. Les nombreuses stries qui suivirent n’eurent pas plus d’effet. Le mariage si rassérénant il y a quelques instants du blanc et du rouge ne me faisait plus rien, et je ne comprenais pas pourquoi. Je recroquevillai et éclatai en larmes. Même cela n’adoucit en rien ma peine.
Lors d’un moment de lucidité, j’attrapai mon portable et envoyai avec difficulté un message à Hishigi. Il ne fallait pas que je refasse les mêmes erreurs.
« Ne m’attends pas demain, je ne serai pas là. »
Je me demandais s’il fallait que je lui envoie un nouveau message pour me justifier sans lui faire de la peine, lorsque mon portable sonna. Surpris, il me glissa des mains et tomba dans l’eau. Lorsque je réussis enfin à le repêcher, il était inutilisable. Le bain ne lui avait pas fait beaucoup de bien. Je le secouai pour essayer de le faire sécher, mais ce simple effort était devenu extrêmement épuisant. Je me sentais lourd et j’avais la tête qui tournait. J’entendais des bruits sourds qui me vrillaient les tympans, mais j’étais incapable de dire s’il s’agissait de quelqu’un toquant à la porte, ou bien simplement des battements de mon cœur. Je me bouchai les oreilles avec mes mains pour échapper à ce vacarme infernal, mais cela ne fit qu’empirer les choses. Je voulus prendre appui sur mes bras pour me relever, mais j’avais apparemment surestimé ma force restante, je retombai donc violemment sur le bassin et me cognai la tête contre le rebord. Je restai sonné par la vive douleur qui me parcourait tout le dos. Ma deuxième tentative fut également un échec. Comme toutes celles qui suivirent.
La douleur commençait à s’estomper au fur et à mesure que ma conscience vacillait. Je me sentais lâche d’abandonner ainsi Hishigi et Artémis, mais je ne me sentais pas capable de leur en venir en aide de toute manière. Et puis visiblement, j’étais facile à oublier. Je n’avais rien à regretter.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akagi

avatar

Profil MBTI : ESTP
Masculin
Couleur : =#990000
Messages : 131
Localisation : Sur le toit du lycée.
Emploi/loisirs : Dormir. Faire souffrir les élèves.

MessageSujet: Re: Artémis [9]   Mar 29 Juil - 23:21

Les trois semaines passées sans Zélos m'avaient fait croire que les efforts que je faisais pour lui étaient vain (malgré mon charme) et qu'il avait fini par vraiment me détester. Je me demandais sans cesse ce que j'aurais pu faire de mieux pour lui, il aurait peut être voulu que je fasse comme dans ses films niais et que je lui offre des fleurs et que je l’emmène voir des couchers de soleil en le serrant dans mes bras? De toute façon il était trop tard pour me rattraper... J'avais donc tenté de me préparer à son absence et de l'oublier, sans vraiment y parvenir.
Aujourd'hui, c'est la saint Valentin. Tout autour de moi me le rappelait sans cesse, et ça me rappelait que Zélos n'était plus là. Quand Artémis est venue me voir en pleurs je n'ai pas pu refuser malgré la promesse faite à Zélos, je me disais aussi que ça serait une manière de me débarrasser de ce qui m'attache encore à lui. J'aurais pu tout imaginer, tout, à part la possibilité qu'il revienne comme une fleur aujourd'hui. J'étais très en colère contre lui, mais je savais qu'après la colère passée, nous aurions pu reprendre une vie paisible ensemble -si il m'assure qu'il ne repartira pas-. Yukimura m'avait conseillé d'être indulgent avec lui au téléphone et de "l'accueillir comme il se doit ♥" mais je n'étais pas d'humeur et ça n'aurait pas plu à Zélos. D'ailleurs, est-ce que je dois lui avouer ce qui s'est passé ou est-ce qu'il vaut mieux qu'il ne le sache pas?... En tant qu'ange j'imagine qu'il préfère savoir la vérité.
Je venais de me faire un petit déjeuner et j'allais jeter les emballages à la poubelle, et au dessus du bouquet de fleurs qu'avait jeté Artémis j'aperçu un bouquet de fleurs jaunes, deux en fait. Une idée effrayante me traversa l'esprit. Il est peut être rentré plus tôt et nous a entendus... Il fallait que j'en ai le coeur net. Ca fait un moment qu'il est enfermé dans la salle de bain maintenant que j'y pense, la porte est toujours fermée.
- Zélos? Tu es là?
Aucune réponse.
- Zélos !!
Toujours rien. Effrayé par l'image qui venait de me traverser l'esprit, j'enfonçai la porte. Elle a l'air bien fermée, il a peut être mis quelque chose pour bloquer. Je cassai le haut de la porte d'un coup de poing. Zélos était là, évanoui, nu, les ailes déployées et pleines de sang. Je me précipitai vers lui pour regarder son état, il venait de se couper les poignets... Je me donnai un coup au visage pour me rafraîchir les idées, et regardai autour de moi. Son portable était là mais inutilisable. Il faut vite que j'appelle une ambulance. Je ne peux pas le transporter moi-même, je risque de le blesser encore plus. Je me précipitai dans ma chambre et appelai l'ambulance avec mon portable. Je donnai nos coordonnées et les attendit en criant ma rage.
- RAAH! Quel con!
Il nous a entendus. J'ai rompu notre promesse alors qu'il était encore là et qu'il avait encore de l'affection pour nous. J'ai tout gâché. Je n'imagine même pas ce que j'ai pu lui faire ressentir pour qu'il ait eu l'envie de se souiller les ailes puis de se taillader les poignets... Je ne voulais pas faire ça à lui. La seule personne dont je peux dire que je l'aime. Soudain, la sonnette retentit.
- PERSONNE N'EST LA BORDEL!
Mais elle s'ouvrit tout de même. Je me rendis compte que si ça avait été les ambulanciers ça n'aurait pas été très bon... Mais heureusement (ou pas) c'était Hishigi, il prit une mine effrayé en voyant mon visage,sans doute défiguré par la colère.
- Qu'est ce qu'il se passe ? Tu es plus irritable que d'habitude. Où est Zélos ?
Je lui lançai un regard noir.
- ...Presque mort.
- Pardon...?
Les ambulanciers arrivèrent au même moment et embarquèrent Zélos. L'expression d'Hishigi se refroidissait de plus en plus, il semblait au bord des larmes et totalement désespéré...
- J'aurais du l'écouter l'accepter chez moi...
- ...
- Qu'est ce que tu lui as fait cette fois-ci?
- Ta gueule. Je pourrais te frapper tu sais, mais je pense que Zélos n'apprécierait pas ça... Alors fais un effort pour lui tu veux ?
Je n'écoutais pas Hishigi, je constatais juste que les ailes de Zélos avaient disparu, sans doute à cause de son manque de vitalité... Je suivis l'ambulance accompagné d'Hishigi.

[Vers l'hôpital]

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Artémis

avatar

Profil MBTI : ENFJ
Couleur : =#ff6600
Messages : 48

MessageSujet: Re: Artémis [9]   Mer 30 Juil - 19:07

J'avais réussi à ne plus penser à rien grâce à Akagi. Mais après avoir fini, j'ai repensé à ce qui venait de m'arriver et la douleur était revenue. Mais je peux au moins me dire que je ne suis pas seule... Soudain, mon portable sonna. C'était Akagi.
- Allô ?
- Artémis ? ... Je suis désolé, mais il faut que tu viennes à l'hôpital.
- Pourquoi donc? Qu'est ce qui s'est passé ?
- ... Zélos est revenu, mais il a tenté de se suicider.
La nouvelle me fit un énorme choc et je m'arrêtai de marcher.
- Comment tu l'as retrouvé ?
- Il est revenu à la maison.
Des larmes recommencèrent à couler de mes yeux.
- J'arrive tout de suite.
En chemin, je commençai à avoir peur de croiser Narcisse à l'hôpital. C'était vraiment la dernière personne que j'avais envie de voir actuellement... J'imagine qu'il est sensé rester avec sa "vraie" copine pour la St Valentin, mais après tout peut être qu'il l'a laissée elle aussi et qu'il a préféré travailler.

[Vers l'hôpital]

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Artémis [9]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Artémis [9]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Artémis
» greffe réussie de trachée artérielle
» Artéfact?
» Tension artérielle
» Artériopathie oblitérante

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Unknown Fate :: Monde Humain :: Aloss :: Quartiers résidentiels-
Sauter vers: