Dieu, fainéant et se faisant trop vieux pour jouer aux Sims avec les humains, il envoie ses anges chercher un humain qui pourrait le remplacer. Les prétendants au titre devront prouver leur valeur en faisant... ce qui amusera Dieu sur le moment.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Narcisse [3]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Narcisse

avatar

Profil MBTI : INTJ
Couleur : #336699
Messages : 37

MessageSujet: Narcisse [3]   Mer 30 Juil - 16:59

J'avais cherché à m'occuper afin de penser à autre chose qu'à la visite d'Artémis, mais visiblement le destin en avait décidé autrement. Peu après mon arrivée, j'avais été appelé pour m'occuper d'une urgence. J'avais été surpris de découvrir qu'il s'agissait de l'un des parents d'Artémis qui avait commis une tentative de suicide. Elle n'était pas encore là, mais elle n'allait probablement pas tarder. Son autre père était déjà là en tout cas,avec un autre homme que je ne connaissais pas, et ils semblaient tous les deux très agités. Les ambulanciers eurent toutes les peines du monde à le faire entrer en salle d'opération.
Il était vraiment dans un état critique, il avait perdu une dose impressionnante de sang. Il semblait y avoir de l'eau dans ses poumons, il était incapable de respirer par lui-même. La probabilité qu'il s'en sorte était très faible, il était déjà probablement trop tard. Après avoir installé l'assistance respiratoire, j'envoyais un interne demander son groupe sanguin aux deux personnes qui l'attendaient dehors. Malheureusement, aucun d'eux ne le connaissait pas. nous n'avions pas le temps de faire un test d'agglutination pour le déterminer, et le moindre prélèvement lui aurait de toute manière été fatal. Il fallait agir maintenant. Je pris donc le risque de lui faire une transfusion avec du sang O-. Bien sûr, cela lui ferait un léger choc. Dans son état, cela pouvait s'avérer fatal, mais l'inaction le tuerait à coup sûr. Cependant sa réaction fut totalement inattendue. Pour la première fois depuis le début de ma carrière, j'étais en train d'assister à un choc anaphylactique après une transfusion en l'absence de substance antigénique. J'envoyai quelqu'un faire des tests sur le sang que nous venions d'utiliser afin de vérifier qu'il n'y avait pas eu d'erreur, puis me penchai à nouveau sur le cas de mon patient. Après lui avoir injecté un antihistaminique, son encéphalogramme se stabilisa, mais à un niveau extrêmement faible. Désormais, seul le repos pourrait faire basculer son état d'un côté comme de l'autre. Je profitai donc de ce moment pour aller retrouver ceux qui attendaient mon bilan. J'eus la surprise de les trouver juste devant la porte.
- Vous auriez pu rester dans la salle d'attente, il y a des chaises.
- Comment va-t-il ?
- Pour être honnête, je ne pense pas qu'il va s'en sortir.
Le père d'Artémis me prit brutalement par le col.
- C'est ton boulot de le sauver, alors fais-le.
- Il fallait le ramener plus tôt dans ce cas. Ou bien ne pas le laisser se mettre dans un tel état.
Ma phrase eut l'air d'avoir un effet mitigé sur lui, mais au moins il me lâcha.
- Je ne sais pas s'il a essayé de se suicider ou si quelqu'un a voulu le torturer en lui coupant les mains puis en le noyant dans un seau d'eau après avoir perdu patience. Des explications ? Sinon il serait probablement pertinent de faire appel à la police.
- Pas besoin.
- D'accord. Dans ce cas, il faudrait que nous discutions d'un sujet sérieux. Vous a-t-il parlé du don d'organe de son vivant ?
- Comment ça de son vivant?
- Et bien sa mort ne devrait pas tarder, j'anticipe un peu. Cela peut sauver de nombreuses vies vous savez ? Vous pourriez épargner à d'autres personnes la peine que vous endurez en ce moment même. C'est un acte très noble.
- Je pense qu'il aurait accepté...
- C'est hors de question. Il est encore vivant !
- Bien sûr, je pose simplement la question au cas où.
- Même s'il meurt c'est hors de question, ôte-toi cette idée de l'esprit.
- Comme il n'a pas laissé d'instructions claires sur le sujet, le choix revient aux personnes les plus proches de lui.
- Justement, je suis son petit ami.
- Hum hum soit dit en passant pour pouvoir considérer être en couple je rappelle qu'il faut que les deux partenaires soient consentants.
Cette diversion me permit de rester au calme quelques instants, avant l'apparition d'Artémis. Je ne savais pas encore quelle attitude adopter devant elle, mais son regard noir me fit éviter tout commentaire en rapport avec l'incident de ce matin.
- Comment va-t-il ?
J'avais soudainement perdu tout mon aplomb habituel pour annoncer des évènements graves.
- Il est très mal en point, je ne pense rien pouvoir faire pour lui.
- Si tu ne te sens pas à la hauteur, tu peux toujours passer la main à Alcée.
Sa remarque me piqua au vif. Je retournai donc sans attendre en salle d'opération. Il fallait que je le sauve.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hishigi

avatar

Profil MBTI : INFJ
Masculin
Couleur : =#666699
Messages : 69

MessageSujet: Re: Narcisse [3]   Mer 30 Juil - 23:45

Je n'arrêtais pas d'essayer d'imaginer les possibilités qui auraient pu pousser Zélos à faire ça. Il a fini par tomber amoureux de ce type peu fréquentable et a souffert à cause de sa manie de traiter les gens comme des jouets ? Ou Akagi le harcelait peut être ? Ou Akagi faisait du mal à Artémis et le poids de la culpabilité en plus de sa qualité de vie l'a poussé à ?... Je ne saurai peut être jamais. Je regrettais de ne pas avoir insisté pour le faire parler. Après tout, ça se voyait que ça n'allait pas... J'étais loin de me douter que c'était à ce point. J'essaie malgré tout de ne pas montrer ma tristesse, mon inquiétude et toutes ces émotions négatives qui m'envahissent et de rester calme, contrairement à Akagi, qui n'a d'ailleurs pas l'air de vouloir parler des raisons qu'avaient Zélos. Son silence me frustre beaucoup. Le choc devait être très fort pour Artémis elle aussi, il faut que je sois là pour elle et que je reste fort. Je dois me détacher de mes émotions et me montrer positive. Elle n'aura peut être plus de père, à part moi. Je la pris donc dans mes bras.
- Merci.
- Zélos ne méritait pas ça.
- Ne parle pas comme si il était déjà mort tu veux ?
- Je n'y ai pas fait allusions. Ca te dérangerait tant que ça de nous parler de ses raisons ?
- Qu'est ce que j'en sais ? Personne n'a pu lui demander.
- Tu as l'air d'en savoir quelque chose...
- C'est mes cheveux qui t'ont parlé de ce qui se passait dans ma tête sous l'emprise d'un shampoing rempli de substances étranges ?
- Ca aurait pu, mais non. Ca se voit simplement sur ton visage.
- Ta gueule. Tout à l'heure, je t'ai demandé de la fermer, tu t'en souviens ?
Je haussai le ton et me rapprochai de lui.
- Je m'en rappelle très bien. Je me rappelle que tu as parlé du "bien de Zélos", en effet il n'apprécierait pas que tu me fasses du mal ou que tu fasses du mal à n'importe qui d'ailleurs. Mais je parie que tu n'as pas pensé au bien d'Artémis. Tu vois, crier sur tout les toits et menacer les gens ne va pas l'aider à garder espoir. Alors, s'il te plait, arrêtons les conflits pour le moment et serrons nous les coudes, on tenait tout les deux à Zélos et on veut la même chose. Qu'est ce que tu en dis ?
Même un homme avec très peu coeur comme lui devrait comprendre.

_________________

A venir...:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Artémis

avatar

Profil MBTI : ENFJ
Couleur : =#ff6600
Messages : 48

MessageSujet: Re: Narcisse [3]   Jeu 31 Juil - 0:55

Il ne manquait plus que ça... Qui aurait cru que Zélos reviendrait maintenant ? Après qu'on ait quitté nos rôles de père-fille ? La famille est détruite maintenant.
- Tu préfères que je reste là sans rien faire ?
- Non. Je pense juste que ton comportement n'arrange pas les choses au contraire, tu nous fais juste stresser.
- Ah parce que tu fais confiance à ce médecin? Il parle déjà de sa mort comme si c'était sans espoir !
- Il fait ce qu'il peut. Tu préfères aller le soigner toi même ?
- Taisez vous... Hishigi a raison, nous avons besoin de calme.
- Artémis a raison Akagi.
- Non je ne resterai pas les bras croisés. Partez si ça vous fatigue, j'irai dans sa chambre.
- Je doute que ça soit faisable...
- Oh ils m'obéiront crois moi.
- Non. Dis juste à Narcisse que tu es prêt à réfléchir au don d'organes, j'imagine qu'il vous en a parlé. Ca pourrait le faire changer d'avis.
- Je te fais confiance, j'y vais.
Il partit.
- Tu as l'air de bien le connaître...
- Disons que oui... Je ne veux pas parler de lui maintenant.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akagi

avatar

Profil MBTI : ESTP
Masculin
Couleur : =#990000
Messages : 126
Localisation : Sur le toit du lycée.
Emploi/loisirs : Dormir. Faire souffrir les élèves.

MessageSujet: Re: Narcisse [3]   Jeu 31 Juil - 1:11

Les remarques des deux médecins et d'Hishigi m'avaient encore plus énervé. C'est vrai, Zélos n'était certainement pas/plus consentant pour que nous formions un couple. C'est vrai, j'aurais du l'en empêcher. C'est vrai, je devrais être plus gentil avec Artémis -même si j'estime l'avoir été tout à l'heure-. Mais pour qui ils se prennent pour me faire des remarques ? Dans le couloir, je croisai le médecin de Zélos.
- Qu'est ce que vous faites là ? Vous ne le surveillez pas ?
- Seul le repos peut l'aider actuellement. J'ai fait mon travail.
- Vous parlez comme si sa vie n'avait aucune valeur pour vous... Mais pour moi elle représente beaucoup, je vais rester avec lui dans sa chambre.
Il me retint en m'attrapant le bras.
- Non, il a besoin de se reposer, que vous soyez là ou non ne changera rien.
Je dégageai sa main.
- Je veux être avec lui. D'ailleurs, j'ai commencé à réfléchir à vos histoires de dons d'organes, je comprends que ça soit important mais je ne suis pas encore sûr... J'aimerais passer un peu de temps à ses côtés pour réfléchir.
- ... Hm.
Je crus apercevoir une faible lueur dans ses yeux.
- Allez-y.
Il me fit rentrer dans la chambre. La vue de son corps faible me fit un choc... Pleins de machines étaient reliées à lui et le tenaient encore en vie. Tout ce que je peux faire c'est rester avec lui et m'assurer que ce médecin ne fasse pas de bêtises. Je m'installai sur une chaise à côté de lui, et après quelques moments d'hésitation, je posai ma main sur la sienne.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zelos

avatar

Profil MBTI : ISFJ (ISTJ)
Couleur : #996633
Messages : 189

MessageSujet: Re: Narcisse [3]   Jeu 31 Juil - 16:17

Je fus réveillé par un son aigu régulier. Des bip bip très irritants à la longue. Je ne parvenais pas à en déterminer l'origine. Les sons me parvenaient tous étouffés, et les images floues. Mon corps entier était glacé, à l'exception d'une faible chaleur sur ma main droite. Elle semblait provenir d'une forme indistincte à côté de moi.
- Hishigi ?
- Non.
La forme commença à bouger légèrement mais j'en détournai mon attention. Je voulais juste du calme, le moindre mouvement me donnait le vertige. Je mis quelques minutes à me tirer de l'état de demi-conscience dans lequel j'étais. Je commençais à prendre conscience que j'étais entouré de nombreuses machines et câbles en tous genres. Je voulus me redresser pour analyser plus avant mon entourage, mon geste fut accueilli par un affolement des machines aux alentours. Ces bruits stridents me tirèrent un peu plus de ma torpeur.
- Akagi ?
- Oui ?
- Qu'est-ce que je fais ici ?
- Tu es là pour te faire soigner.
Je levai ma main libre au niveau de mes yeux et constatai avec une légère perplexité la présence d'un épais bandage.
- Qu'est-ce que le petit ami d'Artémis vient faire ici ?
- Il est médecin.
Le fait de repenser à Artémis me rappela brusquement tous les évènements qui venaient de se produire. Ma colère initiale ne tarda pas à suivre.
- Et toi, qu'est-ce que tu fais là ?
- Je suis venu pour vérifier que tout se passait bien.
- Pour quoi faire ?
- Comment ça ?
- Je ne suis même pas sûr que tu te souviennes de mon prénom, alors cela ne sert à rien, de faire semblant d'être inquiet pour moi.
- Je ne fais pas semblant.
- Epargne ta salive.
Je pris alors conscience du fait qu'il me tenait la main. Je l'ôtai pour échapper à son contact.
- Tu sais, je crois que je comprends pourquoi tu aimes tant ton reflet. Ca représente parfaitement tout ce que tu as : ton apparence et le regard des autres. Rien n'a de sens pour toi. Tes promesses sont vides de sens parce que tu es vide toi-même. Où est ta raison de vivre Akagi ? Où sont tes amis ? Et ne me réponds pas Yukimura s'il te plaît parce que ce n'est certainement pas le cas, si tu ne couchais pas avec lui il ne t'accorderait même pas un regard. Les relations sexuelles c'est tout ca que tu as. C'est tout ce qui compte dans ta vie. Tu ne trouves pas ça triste ? Honnêtement, peut-être que je suis ici aujourd'hui, mais de nous deux je ne pense pas être le plus à plaindre. Ouvre les yeux. Tout ce que tu fais, c'est nuire aux gens. Ou coucher avec. Enfin généralement, les deux en même temps. Est-ce que c'est vraiment la seule forme de relation que tu connais ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akagi

avatar

Profil MBTI : ESTP
Masculin
Couleur : =#990000
Messages : 126
Localisation : Sur le toit du lycée.
Emploi/loisirs : Dormir. Faire souffrir les élèves.

MessageSujet: Re: Narcisse [3]   Jeu 31 Juil - 16:33

Je ne m'attendais pas à ce qu'il me crache dessus à peine réveillé. Bon, étant donné ce qu'il a entendu, j'imagine que c'est normal de réagir ainsi.
- Tu connais ma nature, je ne vis que pour mon propre plaisir, tu le sais non? Je ne suis pas pur comme toi. Avant, je n'accordais pas de réel intérêt aux autres, mais tu m'as appris certaines choses, comme l'attachement ou le plaisir de faire plaisir. Si je ne savais que coucher avec les autres, je pense que je n'aurais pas cherché à faire des efforts pour toi avant que tu ne disparaisses, et je ne perdrais pas mon temps à veiller sur toi ici. Et tu le sais.
C'était la première fois que je parlais de moi-même de cette manière. J'avais envie de parler plus en profondeur de ce que je ressentais pour lui, mais je pense qu'au vu de la situation ça serait déplacé.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Narcisse

avatar

Profil MBTI : INTJ
Couleur : #336699
Messages : 37

MessageSujet: Re: Narcisse [3]   Jeu 31 Juil - 17:18

- Je ne sais rien du tout ! C'est sûrement encore un autre de tes plans pour me faire tomber dans tes bras et t'envoyer en l'air.
Artémis m'avait déjà parlé à plusieurs reprises de la mauvais entente de ses parents, mais je ne pensais pas que leur relation était à ce point tendue. Cela devait être difficile pour elle de vivre avec une telle ambiance chez elle.
- S'il vous plaît ?
- Quoi ?
- Je pense qu'il vaudrait mieux que vous restiez calme. Votre état est très intable. Honnêtement je ne sais pas par quel miracle vous vous êtes réveillé, il vaut mieux que vous préserviez vos forces.
- Je vais très bien rassurez-vous.
- Pensez à ceux qui s'inquiètent pour vous. Artémis était vraiment bouleversée.
- Et alors ?
- Cela ne vous fait rien ?
- Ecoutez, elle m'a dit que vous étiez un homme "bien", alors si c'est le cas, je vous conseille de vous éloigner d'elle. Vous êtes encore ensemble ?
- C'est compliqué.
- Et bien ne laissez pas cette situation être compliquée plus longtemps, quittez-là pour de bon.
- Zelos, tu ne crois pas que tu vas trop loin ?
- Non !
Je ne savais pas s'il parlait dans l'intérêt de sa fille ou du bien, mais il semblait être sur les nerfs, il valait mieux ne pas accorder trop d'importance à ses propos. J'aurais aimé pouvoir aider Artémis à réconcilier ses parents et à les pousser à s'occuper davantage d'elle, mais la tâche semblait irréalisable. Dans cette situation, n'importe qui serait effondré. Il aurait été plus logique qu'ils pleurent dans les bras l'un de l'autre plutôt qu'ils s'agressent de la sorte.
- Monsieur, je pense qu'il vaudrait mieux que vous attendiez un peu dehors pour le moment. Il faut que je procède à quelques examens.
- Non je veux rester.
- Votre présence risque de compliquer les choses.
- Ta présence ne sert à rien surtout.
J'avais encore du mal à me faire à tant d'animosité, mais sa remarque sembla plus efficace que la mienne. Après un regard noir, il finit par sortir de la salle.
- Est-ce que tout cela est vraiment nécessaire ? Il a passé des jours à votre chevet vous savez. Il parraîssait très inquiet pour vous.
- En quoi est-ce que cela vous regarde ?
- Je n'ai pas l'habitude de me mêler de ce genre d'histoires, mais je m'inquiète pour Artémis. Elle serait vraiment heureuse que vous parveniez à mieux vous entendre et à reformer un couple stable.
- Oh non je ne crois pas. Je pense qu'elle en serait même très triste.
- Je vous assure que non.
- Vous ne la connaissez pas ! Telle père telle fille il faut croire. Elle se moque de vous comme il s'est moqué de moi. Alors je vous conseille de l'oublier et de passer à autre chose.
- Qu'essayez-vous de me dire ?
Son regard perdit légèrement de son animosité, le laissant simplement triste et perdu.
- Rien. Allez me chercher Hishigi s'il vous plaît.
- Ce n'est pas prudent, il faut que vous vous reposiez. Je dois vous faire passer des tests supplémentaires en plus.
- Je veux le voir. Si vous ne l'appelez pas je me verrais obligé de me lever et d'emmener avec moi toutes ces choses étranges auxquelles vous m'avez branché.
Je sortis donc de la pièce avec réticence pour le chercher.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hishigi

avatar

Profil MBTI : INFJ
Masculin
Couleur : =#666699
Messages : 69

MessageSujet: Re: Narcisse [3]   Jeu 31 Juil - 18:12

Artémis m'avait dit qu'Akagi n'avait pas quitté la chambre de Zélos depuis quelques jours. Peut être que je me suis trompé sur son compte et qu'il tient plus à Zélos que ce que je ne pouvais imaginer... Même si je pense qu'il ne lui apportera jamais quoique ce soit de bien.
J'étais passé pour m'informer sur son état et lui rendre visite si possible, et c'était apparemment ce qu'on avait prévu pour moi.
- Le patient aimerait vous voir. Il est reveillé.
- C'est vrai ? Merci je suis soulagé... C'est un bon début j'imagine.
Il me menai vers la chambre. En chemin je croisai Akagi qui attendait dans la salle d'attente.
- Qu'est ce que tu fais là ?
- On m'a demandé de sortir.
- Ca m'étonne que tu aies sagement obéi.
- Zélos l'a demandé.
- Ca m'étonne encore plus que tu aies sagement obéi.
- C'est la princesse qui décide après tout...
Je fis abstraction de son commentaire et entrai dans la chambre. Zélos était toujours mal en point, mais le voir ouvrir les yeux me soulageait déjà un peu.
- Bonjour Zélos.
- Bonjour Hishigi. Merci d'être venu.
Je m'installai sur une chaise à côté de lui.
- Je suis désolé de ne pas t'avoir reçu chez moi avant... ça. Qu'est ce qui s'est passé ?
- Ne t'excuse pas tu n'y es pour rien... Je ne veux pas que tu culpabilises à cause de moi. Même si j'avais pu entrer, ça n'aurait rien changé je pense.
- Ca ne me rassure pas vraiment... J'imagine que c'est à cause d'Akagi ?
- Si on veut...
- Ca m'a étonné de le voir rester à ton chevet pendant des journées entières. Je ne l'en pensais pas capable... Qu'est ce qu'il a fait ?

_________________

A venir...:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zelos

avatar

Profil MBTI : ISFJ (ISTJ)
Couleur : #996633
Messages : 189

MessageSujet: Re: Narcisse [3]   Jeu 31 Juil - 19:03

- Ne t'en fais pas, je suppose qu'il s'est juste endormi sur la chaise. Il aime faire la sieste.
- Je ne pense pas que ce soit le cas.
- Ses raisons ne m'intéressent pas.
- Tu as l'air vraiment remonté contre lui.
- Comme d'habitude.
- Cette fois c'est... différent. Ca n'avait pas atteint une telle dimension jusqu'à présent.
- C'est vrai.
- Est-ce que tu veux bien m'en parler ?
Le vois si triste me faisait énormément culpabiliser. J'aurais dû réfléchir avant de faire un acte qui pouvait blesser d'autres gens que moi-même. Dire qu'il était si heureux le jour où je l'avais vu. J'avais tout gâché. Je ne voulais pas lui imposer une épreuve supplémentaire.
- Est-ce que tu veux vraiment le savoir ?
- Bien sûr.
- Même si cela implique de nuire à ta relation avec des gens que tu apprécies ?
- Si tu parles d'Akagi, je pense que je m'en remettrai.
- Non, je parle de gens auxquels tu tiens vraiment. Et cela n'implique pas que moi.
- Oui, c'est important pour moi de savoir.
- Très bien. Dans ce cas je te raconterai tout. Mais pas maintenant, je ne m'en sens pas encore capable.
Nous fûmes interrompus par le retour du médecin, qui était visiblement préoccupé.
- Artémis souhaite vous voir, est-ce que je la fais rentrer ?
Je n'avais pas vraiment envie de la voir, et encore moins de lui parler, mais je ne pouvais pas vraiment dire non devant Hishigi. Je hochai donc la tête pour lui signaler qu'il pouvait la faire venir.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Artémis

avatar

Profil MBTI : ENFJ
Couleur : =#ff6600
Messages : 48

MessageSujet: Re: Narcisse [3]   Jeu 31 Juil - 20:30

Je m'en voulais de plus en plus d'avoir couché avec Akagi... Il n'était plus possible que je les considère comme mes parents à présent, et j'imagine que Zélos n'en aurait plus envie lui non plus si il l'apprenait. J'ai été stupide. Après tout, le réconfort qu'Akagi m'a donné n'était qu’éphémère, je voulais seulement ne plus me sentir seule et ne plus me sentir dépendante de lui même si ça n'allait pas durer longtemps. Mais ce n'était définitivement pas la meilleure chose à faire pour moi. Ca n'a fait qu'élargir ma plaie, et celle d'Akagi aussi. Ca n'a rien changé à mon sentiment de trahison, et j'imagine que ça ne ferait rien à Narcisse et que ça ne lui ferait pas comprendre ce que j'ai ressenti... Je décidai de me montrer moins impulsive la prochaine fois.
Il fallait que je parle un peu avec Zélos, officiellement je suis toujours sa "fille" après tout, même si cette idée me dégoûte je tiens toujours à lui. J'entrai dans la chambre.
- Bonjour Artémis.
- Bonjour vous deux...
Je pris une chaise et m'assit à côté de Hishigi.
- Tu avais quelque chose à me dire ?
- Je voulais voir comment tu allais. Et avoir des explications, si tu acceptes d'en parler maintenant... Où étais-tu ? Qu'est ce qui s'est passé pendant ton absence ? Nous pensions que tu étais parti pour de bon mais apparemment ce n'était pas ton intention. Tu as été kidnappé et ça t'a traumatisé au point de vouloir faire ça ?... Je ne comprends pas...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zelos

avatar

Profil MBTI : ISFJ (ISTJ)
Couleur : #996633
Messages : 189

MessageSujet: Re: Narcisse [3]   Ven 1 Aoû - 1:09

Elle n'y allait pas par quatre chemins visiblement. Je ne savais pas quoi lui répondre, je ne pouvais décemment pas lui dire la vérité, il serait donc difficile de me justifier. Je devais en plus surveiller mes propos pour ne pas mettre la puce à l'oreille en étant trop sec avec elle. Il fallait donc trouver un compromis.
- J'étais avec Drew.
- Pendant tout ce temps ? Pourquoi ?
- J'avais besoin de le soutenir dans une épreuve importante pour lui et pour moi. Cela a pris énormément plus de temps que prévu. C'est vrai que j'aurais dû vous prévenir, mais j'étais tellement préoccupé que cela m'est sorti de l'esprit. Il avait besoin que je sois là, et je me faisais du souci pour lui. Mais je n'ai pas pensé une seule seconde à vous abandonner. Je comptais vraiment revenir. Et c'est ce que j'ai fait. Finalement je n'aurais probablement pas dû.
- Que s'est-il passé ?
- Je ne supporte plus l'ambiance à la maison.
- Pourtant elle s'était améliorée ...
- C'était ce que je croyais, mais en réalité c'est tout l'inverse.
- Je ne comprends pas...
- Ce n'est plus la peine de penser à ça. Je vais bien.
- Le médecin n'est pas très optimiste quant à la suite des évènements pourtant.
- Ça va aller, fais-moi confiance. Mais comme il l'a dit tout à l'heure, je crois que j'ai besoin de sommeil.
- D'accord, nous allons te laisser te reposer. Nous repasserons te voir plus tard.
- Merci. Artémis, tu devrais dormir chez Hishigi ce soir, je pense que cela te ferait le plus grand bien de changer un peu d'atmosphère.
- Je vais y réfléchir.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Artémis

avatar

Profil MBTI : ENFJ
Couleur : =#ff6600
Messages : 48

MessageSujet: Re: Narcisse [3]   Ven 1 Aoû - 1:45

Je ne comprends pas ce que Zélos voulait dire par "l'ambiance s'est dégradée" à moins qu'il nous ait entendus, mais je ne vois pas comment c'est possible. Si c'est le cas, ça a du jouer pour sa décision... Et c'est encore pire que ce que j'imaginais.
- Je pense que nous devrions le laisser se reposer, tu viens chez moi ce soir Artémis ?
- Oui. A bientôt Zélos.
Nous sortîmes de la salle, nous nous apprêtions à partir de l'hôpital quand Narcisse m'interpella.
- Artémis, je peux te parler quelques minutes ?
Je ne m'attendais pas à ça. Peut être qu'il n'a vraiment rien compris à ce qu'il s'est passé et qu'il cherche des explications. C'est vrai, il n'y a aucune raison d'être en colère après tout c'est normal qu'il cherche à comprendre. Mais je m'avance peut être un peu vite sur ce qu'il va me demander, restons calme.
- Je reviens.
- Ok, je t'attends.
Il m'emmena dans un endroit calme.
- Qu'est ce que tu me veux ?
- Je voulais m'excuser, je ne voulais pas te faire de mal.
- Ah bon ? Tu n'avais pas prévu que je l'apprendrais un jour ?
- Je n'avais pas compris que tu voulais ce genre de relations, je suis désolé.
Pourtant, ça me semblait clair. Mais j'imagine que c'est dans sa nature d'être peu sensible aux sentiments des autres.
- J'ai cru comprendre. Et donc, ces mots doux, ces longues conversations intéressantes, tout ça ne signifiait rien pour toi ?
- Ne crois pas ça.
- Qu'est ce que je dois croire alors ?
- Ca ne signifiait pas rien pour moi.
Je ne savais pas comment interpréter ses mots, il est si peu expressif... Ca peut vouloir dire pleins de choses.
- Donc pour toi ça avait quelque chose de sérieux ? Tu le penses vraiment ?
- Oui. Je ne sais pas jusqu'à quel point, mais oui. D'ailleurs je me posais une question, ton père m'a dit tout à l'heure que je ferais mieux de te quitter, pourquoi ?
Sa phrase me fit un choc. Il nous a donc bien entendus... C'est donc bel et bien à cause de nous, ou plus exactement de moi, qu'il a tenté de se tuer.
- Quelque chose ne va pas ?
- Non, rien. Tout à l'heure il m'a surprise en train de coucher avec un autre homme que toi, c'est sans doute pour ça.
J'attendis de voir sa réaction pour en avoir le coeur net, peut être que ce qu'il dit est vrai, après tout.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Narcisse

avatar

Profil MBTI : INTJ
Couleur : #336699
Messages : 37

MessageSujet: Re: Narcisse [3]   Ven 1 Aoû - 15:09

Je fus surpris qu'elle m'annonce une chose pareille sans broncher, comme si c'était parfaitement normal, alors qu'elle m'avait reproché d'avoir fait la même chose il y a seulement quelques jours. Je ne pouvais bien sûr pas lui en vouloir, mais cela me faisait de la peine qu'elle soit passé à autre chose aussi vite sans que nous ayons vraiment pris le temps de discuter.
- Alors c'est vraiment fini entre nous ?
- Rien n'avait commencé puisque tu avais déjà une copine.
- Et maintenant tu sors avec quelqu'un ?
- Non.
- Tu ne voudrais pas me laisser une deuxième chance ? Maintenant que je sais vraiment ce que tu veux, cela ne se passera plus comme ça.
- Tu as déjà une petite amie, je ne suis pas une roue de secours !
- Et si j'étais célibataire ?
- Je ne sais pas ...
Me faire ainsi rejeter et la voir aussi froide alors que nous étions si proches il y a quelque temps était difficile et me destabilisait. J'avais envie de la retrouver douce et souriante, comme à son habitude. L'idée de ne plus rien pouvoir partager avec elle me peinait. Ma relation avec elle avait été très courte, mais beaucoup plus riche qu'avec n'importe quelle autre personne que je connaissais.
Je pris mon portable et écrivis un message à Yue.
" Je te quitte."
Il s'agissait vraisemblablement d'une impulsion, et j'allais peut-être le regretter plus tard car ma relation avec Yue était stable et sans incident majeur, mais je me sentais prêt à courir ce risque rien que pour pouvoir prendre à nouveau Artémis dans mes bras et prendre soin d'elle.
- Voilà, je suis célibataire. Est-ce que tu veux bien devenir ma petite amie officielle ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Artémis

avatar

Profil MBTI : ENFJ
Couleur : =#ff6600
Messages : 48

MessageSujet: Re: Narcisse [3]   Ven 1 Aoû - 16:03

Je ne m'attendais pas à une telle réaction de sa part, et ça me laissait perplexe. Comment est-ce qu'il a pu prendre cette décision si impulsivement ? Mais dans un sens je suis mal placée pour dire ça... Peut être qu'il y  réfléchissait depuis un moment après tout. Du moins je l'espère, je n'ai pas envie qu'il me quitte de cette manière.
- Tu as rapidement quitté ta copine... Par SMS en plus. C'est ce que tu comptes me faire quand tu auras trouvé mieux ?
- Je doute que ça arrive. J'ai croisé beaucoup de femmes dans ma vie, et ma relation avec toi a été plus riche que tout ce que j'ai pu vivre. Mais je ne peux pas te prédire le futur.
- Hm... Tu sais quoi ? Je veux bien te redonner une chance.
C'est ce que je voulais depuis le début après tout, autant me lancer... Même si son manque d'empathie a tendance à m’inquiéter.
- Parfait.
Son visage s'approcha du mien, semblant demander un signe d'approbation, je répondis positivement et il finit par déposer ses lèvres sur les miennes. Je ne savais toujours pas quoi en penser. Peut être que j'ai agi trop impulsivement en acceptant, moi aussi. Mais je n'ai rien à y gagner en refusant, je vais prendre ce risque.
- Bon, je dois y aller, mon "oncle" m'attend dehors. A demain!
- A demain.
Je partis rejoindre Hishigi devant l'hôpital.
- Désolée, je ne t'ai pas fait trop attendre ?
- Non. J'ai pu vendre quelques uns de mes produits à des passants.
- Tu les vends maintenant ?
J'espère que les effets ne sont pas trop nocifs...
- Oui. Pour arrondir les fins de mois.
- Je vois...

[Vers le quartier résidentiel]

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Narcisse

avatar

Profil MBTI : INTJ
Couleur : #336699
Messages : 37

MessageSujet: Re: Narcisse [3]   Lun 4 Aoû - 13:21

J'étais satisfait que ma relation avec Artémis ait repris, mais il fallait bien avouer que je ne lui accordais pas beaucoup de temps depuis que nous nous étions officiellement mis ensemble. J'avais souhaité m'impliquer dans sa vie en essayant de parler directement à ses parents, mais j'avais vite compris que leur relation était dans une impasse, et que je ne pourrais rien y changer. Dès que j'évoquais ne serait-ce que le nom de son partenaire, mon patient se braquait et m'envoyai sur les roses.
Finalement, j'avais fini par plus m'intéresser à lui pour lui-même que pour aider Artémis. Son système immunitaire ne cessait de m'étonner. L'IRM montrait des poches de sang dans son cerveau, qui auraient dû l'empêcher de se réveiller, mais il s'était même mis à parler et à marcher sans aide à un moment où il avait réussi à échapper à ma surveillance. Sa capacité de guérison tenait du miracle. Il disait sans cesse qu'il allait bien et qu'il voulait partir, mais je ne pouvais pas le laisser s'échapper alors que j'assistais à des évènements si mystérieux. Je lui avais donc fait un prélèvement sanguin alors qu'il avait toujours besoin d'une transfusion. Cela avait failli lui coûter la vie. J'étais bien trop impatient de pouvoir réaliser des tests afin de comprendre ce qui s'était passé lors de la transfusion pour faire vraiment attention à son état de santé.
Dorénavant j'étais plus prudent. Je ne voulais pas qu'Alcée me surprenne - il me regardait souvent d'un air suspicieux - et je n'avais toujours pas eu l'autorisation de prélever ses organes. Le tuer si tôt serait un gâchis. Je m'étais donc arrangé pour le maintenir constamment dans un état proche du coma en lui injectant continuellement de la morphine. Dès qu'il finissait par se réveiller, j'augmentai la dose, ou bien lui injectai à nouveau du sang selon ce que j'avais sous la main, pour le replonger à nouveau dans l'inconscience. Ainsi je pouvais pleinement profiter de la situation pour réaliser mes expériences sur lui sereinement.
Malheureusement, je n'aboutissais à rien. Si je parvenais à décrypter le mystère qu'il constituait à mes yeux, j'aurais sûrement eu un prix Nobel. Au strict minimum. Je serais enfin officiellement un meilleur médecin qu'Alcée. C'était donc d'autant plus frustrant de ne pas être capable d'identifier ce qui lui permettait une telle régénération.
A bout après plusieurs nuits blanches, je décidai de sortir un peu pour m'aérer et me changer les idées. Peut-être qu'après cela je serais plus productif.

[vers le bar]

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zelos

avatar

Profil MBTI : ISFJ (ISTJ)
Couleur : #996633
Messages : 189

MessageSujet: Re: Narcisse [3]   Ven 22 Aoû - 2:18

J’émergeai avec difficulté de mon lourd sommeil. Je baladai faiblement mon regard aux alentours. J’étais bien incapable de dire quel jour nous étions. J’avais l’impression d’être resté inconscient pendant une éternité. Il m’arrivait de me réveiller, ou du moins j’en avais l’impression, mais tout me semblait si flou. Je n’avais plus aucune notion du temps ni de la réalité.
Je voulus me lever mais je dus bien vite abandonner. Mes jambes ne répondaient pas. Je ne les sentais pas. A vrai dire, je ne ressentais plus rien du tout. C’était peut-être positif après tout. Le médecin passait son temps à me dire que je devais être constamment sous médication si je ne voulais pas « souffrir atrocement ». Je remarquai d’ailleurs que, pour la première fois, il n’était pas là. Cela expliquait probablement le fait que je sois conscient aussi longtemps. En temps normal il m’aurait probablement plongé à nouveau dans un sommeil artificiel sans tolérer la moindre objection. Je ne savais pas quand est-ce qu’il reviendrait, mais il fallait que je profite au maximum de mon temps libre.
J’appelai une infirmière et lui demandai de voir si Hishigi était dans les parages. Lorsqu’elle me répondit par la négative je lui demandai de m’apporter du papier et un stylo. Je ne savais pas quand j’aurai à nouveau l’occasion de lui parler, et pourtant j’avais tant de choses à lui dire. Je lui écrivis donc tant bien que mal une lettre.
« Hishigi,
J’aurais aimé te dire de vive voix le contenu de cette lettre, mais je ne pense pas en avoir l’occasion. Je n’ai pas oublié ma promesse de tout te raconter, même si j’aurais préféré que tu restes dans l’ignorance. Je me suis absentée un long moment, et à mon retour j’ai trouvé Akagi et Artémis dans la même chambre. Je laisse la suite à ton imagination. Tu dois être furieux contre Akagi mais, s’il te plaît, ne t’en prends pas à lui. S’il n’y a qu’une personne à blâmer c’est uniquement moi. Tu m’avais confié Artémis et je n’ai pas été là pour elle. J’espère tout de même que tu ne m’en veux pas trop. Te connaissant je suppose que non.
Au cas où je ne me réveille pas, ma dernière volonté est que tu ne te reproches rien. Merci de toujours avoir été là pour moi. »

J’aurais aimé lui écrire bien plus que cela, mais ce simple effort m’avait déjà épuisé, et ma vision commençait à se brouiller. Il n’était pas le seul auquel il fallait que je laisse un message. Je passai donc à la personne suivante.
« Artémis,
Je regrette que nous ayons été des parents si pitoyables pour toi. Nous n’avons pas pensé une seule seconde à toi parce que nous étions bien trop occupés à nous disputer. Tu avais toutes les raisons du monde de nous faire des reproches. Si je le pouvais, je changerais tout à partir de maintenant. Malheureusement je doute que cela soit possible.
Ce n’est pas vraiment ma place de te conseiller, mais je tiens tout de même à te dire que tu devrais rester avec ton petit ami. Il n’a pas arrêté d’essayer de me réconcilier avec Akagi, alors que nous avons été tous les deux très désagréables avec lui. Il n’avait aucune raison de le faire, à part ses sentiments pour toi. Tu pourrais avoir n’importe qui, alors choisis quelqu’un qui t’aime et te respecte. N’accepte jamais moins que ce tu mérites. »

Je fis une petite pause pour reposer mon bras et réfléchir. Il ne restait plus qu’Akagi. Je fis tourner le stylo entre mes doigts de longues minutes, mais l’inspiration ne venait pas. En réalité, il n’y avait rien que je voulais lui dire. Du moins par écrit. Les mots seuls n’exprimeraient jamais tout ce que je ressentais, et qui se bousculait dans mon esprit. Surtout qu’une telle lettre n’appelait pas de réponse, alors que j’avais bien des questions à lui poser.
Je pris donc mes deux lettres, et les cachai sous un appareil environnant, puis appelai à nouveau l’infirmière en lui demandant de ramener Akagi cette fois. Je ne pensais pas vraiment qu’il serait là, mais au moins j’aurais essayé. Je fus donc réellement surpris de le voir passer la porte.
- Tu es là ?
- C’est bien toi qui m’as appelé non ?
- Oui.
- C’est tout ce que tu avais à me dire ?
- Non. Ferme la porte et assieds-toi s’il te plaît.
Je fus encore plus étonné de constater qu’il s’exécuta sans un mot.
- Tu es resté ici tout ce temps ?
- Oui.
- Pourquoi ?
- Je me le demande bien.
Son ton était sec mais après tout, vu la manière dont je lui avais parlé la dernière fois, c’était parfaitement normal. Personnellement, je ne ressentais plus d’animosité à son égard. Je n’en aurais de toute manière pas eu l’énergie. Finalement, je m’en voulais surtout à moi-même.
- Je suis désolé pour la dernière fois.
- …
- Tu n’es pas obligé de me pardonner, mais cela serait gentil de me laisser mourir avec la conscience tranquille.
- Tu ne vas pas mourir, tu vas parfaitement bien.
- Ce n’est pas l’avis du médecin.
- Le médecin disait aussi que tu ne te réveillerais jamais.
Je ne parvenais pas à déterminer à quel point il était fâché contre moi, mais il fallait que je réussisse à le mettre de meilleure humeur si je voulais discuter sérieusement avec lui.
- Tiens regarde, j’ai fait imprimer les photos de notre sortie de la dernière fois. On m’a même donné un cadre alors j’en ai posé une ici. Elle est belle non ? On dirait qu’on s’entend à merveilles dessus. C’est dommage que tout soit gâché désormais. Prends-là en souvenir.
- Pourquoi ?
- Tu pourrais la poser sur notre - enfin ta - table de nuit. Je suis sûr que cela rendrait bien. Artémis serait contente de voir qu’on a quand même pu passer de bons moments ensemble. Sinon, si tu as peur que l’une de tes futures conquêtes pense que tu es vraiment en couple, tu peux toujours la mettre dans le salon pour qu’elle soit loin du lit.
- Tu la mettras toi-même.
- Je ne peux pas me déplacer.
- Quand tu pourras.
- Je ne pense pas quitter cette chambre un jour.
- Arrête de dire n’importe quoi. Tu es un ange non ? Ce n’est pas une petite coupure qui va te tuer.
- Regarde cette photo sinon. Elle est bien non ? Tu pourrais en faire un agrandissement et l’afficher sur un mur du salon. Comme ça tu pourrais t’admirer à longueur de journée tout en étant affalé sur le canapé.
- Ne change pas de sujet.
Ne sachant pas vraiment comment répondre, je reposai les photos et fixai le plafond. Je mis un moment avant de reprendre la parole.
- Ma vie n’a été qu’une succession de mauvais choix de toute manière. Je regrette tant de choses. Si j’avais agi avec un peu de réflexion nous serions encore tranquillement chez toi. Voilà où nous en sommes maintenant. Encore à se sauter à la gorge pour la moindre chose. C’est difficile de croire que nous avons été proches il y a peu de temps. Enfin, ce n’était peut-être que mon imagination. Je pensais que nous étions enfin parvenus à nous entendre. Peut-être même plus que simplement cela. Mais je ne sais pas si cela voulait dire quelque chose pour toi. Probablement pas. Tu n’as pas mis longtemps à m’oublier. Et je ne te le reproche pas, c’est de ma faute. Je n’aurais pas dû partir aussi longtemps, et encore moins à ce moment précis, alors que tout allait si bien. Si tu veux te venger vas-y. Traite moi de tous les noms et pars. Je comprendrais.
J’attendis de voir sa réaction mais il ne bougea pas.
- Est-ce que je peux prendre le fait que tu restes comme un « Je ne te déteste pas trop. » ?
- Si je te détestais je ne serais pas ici.
- Et comme un « Je t’apprécie. » alors ?
- Pourquoi pas.
- Un peu ? Beaucoup ? A la folie ?
- Tu ne veux pas non plus qu’on effeuille des marguerites ?
- Pourquoi pas. Tu ne m’as pas ramené de bouquet de fleurs ? Ce n’est vraiment pas galant.
Je fus interrompu par une violente crise de toux qui dura si longtemps qu’elle me coupa le souffle et me donna le vertige. J’étais tellement désorienté que je mis un long moment à me rendre compte que ma main droite et une partie du drap étaient désormais tachées de sang. Il fallut également qu’Akagi me secoue brutalement pour que je prenne pleinement conscience de la situation.
- Est-ce que ça va ?!
- …
- Zelos !
- Je vais mourir.
Cette fois, énoncer cette simple vérité me glaça le sang. C'était probablement la première fois que je réalisais vraiment toute la portée de mes paroles. Je ne pensais pas avoir peur de la mort, mais me retrouver dans cet état me terrifiait. Perdre petit à petit tout contrôle de moi-même et n’être conscient que pour subir des migraines et peiner à rassembler ses esprits n’était pas du tout ce que j’avais envisagé.
- Reprends-toi ! Tout va bien se passer.
- Merci d’essayer de me rassurer alors que tu n’y crois pas toi-même. Et surtout, merci d’être resté à veiller sur moi. Je me rends compte - un peu trop tard - que tu n’es pas le monstre que je m’étais imaginé. Loin de là d’ailleurs. En fait, depuis que je suis ici il y a beaucoup de choses que je comprends mieux. C’est dommage qu’il ait fallu en passer par ça pour en arriver là, mais après tout les choses sont peut-être mieux ainsi. Vu qu’il ne me reste plus beaucoup de temps, j’aimerais profiter de ma vie pour une fois, à défaut de pouvoir rattraper le temps perdu. J’ai toujours trop analysé les choses, alors je crois que cette fois je vais arrêter de réfléchir et prendre le risque de regretter ce que je vais faire.
Je l’attrapai doucement par la manche et le penchai vers moi jusqu’à ce qu’il soit à ma hauteur.
- Bonne Saint Valentin.

A ces mots je le tirai un peu plus vers moi et l’embrassai.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akagi

avatar

Profil MBTI : ESTP
Masculin
Couleur : =#990000
Messages : 126
Localisation : Sur le toit du lycée.
Emploi/loisirs : Dormir. Faire souffrir les élèves.

MessageSujet: Re: Narcisse [3]   Ven 22 Aoû - 17:08

Je savourai le baiser qu'il me donnait, en pensant à contre coeur que ce serait peut être le dernier. Je voulais m'accrocher à l’espoir qu'il me restait et croire qu'il allait survivre, croire qu'on pourrait enfin former la famille qu'on voulait fonder depuis le début, croire que tout redeviendrait comme dans nos meilleurs moments passés ensemble... Mais il faut voir la réalité en face. Il est très mal en point et ça se voit, cette image de lui me rend triste... Je n'aurais pas imaginé sa mort comme ça.
Je lui pris la main.
- Merci... Tiens encore le coup et on pourra passer une bonne Saint Valentin ensemble. J'entends des infirmiers arriver...
Je veux l'accompagner jusqu'à son dernier souffle.
- ...
- Zélos!
Je vis Narcisse arriver. Sans pouvoir me résigner à lâcher la main de Zélos je commençai à lui parler sur un ton agressif, en le regardant droit dans les yeux.
- Tu as intérêt à le sauver, sinon tu le regretteras... Et n'imagine pas qu'Artémis t'épargnera quoique ce soit elle non plus. C'est compris ?
Je ne croyais plus en ce possible miracle, mais je savais que si il restait un espoir quelque part, c'était ce type qu'il fallait croire.
- Et toi Zélos accroche toi! Ne te laisse pas sombrer maintenant!
Rien n'était encore joué mais je me demandais déjà comment je pouvais annoncer la nouvelle à Artémis et à comment je devrais me comporter avec elle... Je tentai de m'effacer ces idées de la tête, Zélos était encore là, et je devais l'accompagner. C'est la moindre des choses que je puisse faire, malheureusement je ne peux pas le sauver de mes propres mains et je dois confier sa survie à ce type -pour qui j'éprouve déjà un certain mépris- et cette idée m'énerve et m'attriste encore plus. Toutes ces pensées se suivirent d'une montée de larmes, c'est la première fois que ça m'arrive, et c'est aussi la première fois que je regrette la perte d'une vie, je n'avais jamais imaginé que ça pourrait être si douloureux... Je tentais de les retenir.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Narcisse

avatar

Profil MBTI : INTJ
Couleur : #336699
Messages : 37

MessageSujet: Re: Narcisse [3]   Ven 22 Aoû - 20:40

Lorsque je retournai à l’hôpital, enfin un peu plus détendu que ces derniers jours, j’eus la mauvaise surprise de me faire appeler pour une urgence. Apparemment la santé de Zelos s’était considérablement dégradée en un faible laps de temps. Je me maudis intérieurement d’avoir été absent à un moment si critique. Pour une fois, je ne pensais pas juste à l’immense gâchis scientifique que cela représenterait pour la communauté mondiale, je pensais également à ce que ressentirait Artémis s’il venait vraiment à mourir et que je n’avais même pas été là.
Je tentai tant bien que mal de stabiliser son état, malgré les menaces régulières du père d’Artémis qui se faisaient de plus en plus agressives et bruyantes. Je n’avais même pas essayé de le sortir de la pièce, car depuis le temps je savais pertinemment que tout ce que je pouvais bien lui dire ne l’influençait pas le moins du monde, et il avait l’air encore moins enclin à discuter calmement que d’habitude.
Après deux longues heures d’opération, l’hémorragie interne qui s’était déclenchée semblait enfin s’être arrêtée.
- Vous pouvez reprendre votre calme maintenant, il est hors de danger pour le moment. Je vais maintenant vous demander de sortir.
- Comment ça pour le moment ?
- Il lui faut du calme pour récupérer. Beaucoup de calme. Ce qui implique de le laisser seul. C’est très important pour sa santé. Le moindre incident risque désormais de lui être fatal. Rentrez chez vous, je pense que cela vous fera le plus grand bien. Vous êtes ici depuis des semaines, vous devez être épuisé. Je l’ai placé en coma artificiel, il ne se réveillera pas pour le moment.
- Je veux rester.
- Artémis risque de perdre l’un de ses parents, je suis sûr qu’elle aimerait avoir l’autre auprès d’elle pour supporter cela. Vous êtes un adulte, elle est encore une jeune femme fragile. Elle a besoin de vous, bien plus que Zelos n’a besoin de vous en ce moment. Apprenez à réaliser vos vraies priorités avant qu’il ne soit trop tard. Encore.
Je me demandai si j’étais allé un peu trop loin, mais finalement tant que j’obtenais ce que je voulais, peu m’importait.
- A mon retour je veux que vous ayez quitté cette pièce, je vous laisse lui dire au revoir.
Je sortis prendre l’air au dehors, et allumai une cigarette pour décompresser. J’avais frôlé la catastrophe. Être confronté à cette situation m’avait fait réaliser que ma priorité - du moins pour le moment - était le bonheur d’Artémis. Tant qu’elle n’irait pas mieux je ne pouvais pas me résoudre à la priver de l’un de ses parents.
Une fois ma cigarette finie je retournai à l’intérieur et eut le plaisir de voir qu’Akagi m’avait écouté. Je m’attardai donc sur les machines afin de couper la transfusion sanguine et de diminuer la dose de morphine injectée. Je ne voulais pas prendre le risque de provoquer à nouveau une telle réaction.
J’étais retourné m’occuper de mes autres patients, mais mon bipeur sonna pour m’indiquer qu’il fallait que je retourne dans la chambre de Zelos. J’eus la surprise de le retrouver réveillé alors qu’il aurait dû être inconscient pendant plusieurs jours après la lourde opération qu’il venait de subir. Décidément, il n’était vraiment pas comme les autres.

- Pourquoi est-ce que je suis encore là ? Laissez-moi mourir en paix, c’est un véritable cauchemar à chaque réveil.
- Ne vous inquiétez pas, je vais juste augmenter la dose de morphine et vous administrer un somnifère, tout ira mieux.
- Non, c’est hors de question. Si vous avez la moindre once d’humanité, éteignez toutes ces machines. Ce n’est pas une vie, je n’ai pas envie de continuer dans cet état.
- Vous me demandez quelque chose de délicat… Laissez-moi du temps pour y réfléchir.
- Cela n’a rien de compliqué.
- Vous êtes le père d’Artémis.
- Et vous ne voudriez pas aider la famille de celle que vous aimez ?
- Elle m’en voudrait.
- Puis elle comprendrait.
- J’aimerais en discuter avec elle d’abord.
- Si cela peut vous donner meilleure conscience allez-y. D’ailleurs j’aimerais que vous lui remettiez cette lettre, est-ce que vous pourriez le faire pour moi s’il vous plaît ? Et celle-là pour Hishigi. Elle pourra lui donner elle-même ne vous en faites pas. Et cette dernière pour Akagi.

Il mit un paquet de photos dans une enveloppe, puis me tendit les trois lettres. Je les pris et les mis dans mon sac avant de me rendre chez Artémis.

[vers le quartier résidentiel]

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Narcisse

avatar

Profil MBTI : INTJ
Couleur : #336699
Messages : 37

MessageSujet: Re: Narcisse [3]   Sam 23 Aoû - 1:50

Une fois arrivés, nous vîmes une infirmière en train de s’activer dans sa chambre, ce qui n’était pas vraiment un bon présage. J’en pris rapidement une à part pour la questionner.
- Que se passe-t-il ?
- Il est mort, nous n’avons rien pu faire…
- Non, ne rentrez pas !
Bien sûr, Artémis et Hishigi ne m’avaient pas écouté, ils étaient déjà en train de contempler son corps sans vie.
- Que s’est-il passé ?
- C’est ce que je vais essayer de découvrir. Rentrez chez vous, je m’occupe de tout.
- Nous sommes arrivés trop tard… Si nous avions été plus rapides…
- Ce n’est pas de ta faute, tu n’as strictement rien à te reprocher.
Je levai les yeux pour voir si Hishigi voudrait bien m’aider à la faire quitter la pièce pour qu’elle arrête de s’infliger ce triste spectacle, mais il avait l’air également en état de choc. Ce n’était probablement pas la peine d’essayer.
- Je dis ça pour ton bien. Je t’expliquerai tout en détails demain, pour le moment il vaudrait mieux que tu t’en ailles et que tu penses à autre chose.
- Comment pourrais-je penser à autre chose ?! Je veux savoir, j’ai le droit de savoir !
Je me résignai à la laisser faire comme bon lui semblait, même si je pensais qu’avoir des explications lui ferait plus de mal que de bien. Dans cet état elle ne serait réceptive à aucun argument, aussi rationnel soit-il.
- Hishigi, est-ce que je peux m’attendre à ce que tu te montres plus raisonnable qu’elle ?
- Malheureusement non.
- Très bien. Dans ce cas j’aimerais que vous évitiez tous les deux au maximum les effusions dans les locaux. Vous êtes libres de partir quand vous le souhaitez, et je vous recommande de le faire au plus tôt.
Je me tournai vers l’infirmière et repris mon interrogatoire.
- Que s’est-il passé ?
- Son cœur s’est arrêté, cela a déclenché une alarme, mais comme vous n’étiez pas là, un autre médecin est venu s’en occuper. Le défibrillateur a semblé fonctionner au début, mais son rythme cardiaque était très faible, et il a fini par s’arrêter à nouveau. Finalement le médecin s’est rendu compte que l’injection de morphine était réglée à un niveau extrêmement élevé.
- C’est impossible, je l’ai réglé moi-même avant de partir.
- Pourtant, il en a reçu une dose mortelle.
Je me souvenais parfaitement avoir très nettement baissé la dose de morphine, c’était même à cause de ça qu’il s’était réveillé. Si quelqu’un l’avait remontée, ce n’était pas moi, mais alors qui ?
- Et c’est vraiment cela qui l’a tué ?
- Non… Du moins pas directement.
- Quoi donc alors ?
- Pour diluer la morphine dans le sang et le remettre sur pied nous avons eu recours à une transfusion massive. Pour une raison inconnue, il a semblé faire un choc anaphylactique… Nous n’avons pas réussi à le récupérer… Je cherchais les coordonnées des membres de sa famille pour savoir s’ils voulaient réclamer une autopsie afin de mieux comprendre les circonstances du décès. Je suppose que je n’ai pas besoin de chercher plus loin ?
- Nous aborderons le sujet plus tard, merci pour votre travail. Je vais prendre le relai.
Après son départ, je fermai la porte à clef, et me mis à regarder tous les appareils médicaux dans la pièce. La plupart d’entre eux étaient complètement déréglés. Je ne pensais pas qu’un médecin digne de ce nom s’amuserait à faire de telles choses, et les personnes pas assez qualifiées pour les utiliser ne touchaient jamais aux réglages. Les risques étaient bien trop grands. Il était donc de plus en plus probable que le coupable et la victime ne fassent qu’un. Si seulement il s’était contenté de débrancher l’un des dispositifs, une alarme se serait déclenchée et l’intervention des infirmières aurait été immédiate, il n’y aurait pas eu besoin de transfusion et il serait encore en vie. De plus il aurait été mis sous étroite surveillance et il n’aurait pas pu recommencer. Mais il le savait probablement, il avait sûrement fait exprès de procéder de cette manière. Il avait dû se douter qu’Artémis n’accepterait jamais de le laisser mourir, et il avait décidé de prendre les devants.
Penser à elle me tira de mes réflexions et me ramena à la réalité. Je me tournai vers elle, l’embrassai sur le front et la serrai dans mes bras.

- Je suis désolé. Je suppose que cela ne te consolera pas vraiment, mais n’oublie pas que c’était ce qu’il voulait.
- Ils ont fait une chose aussi stupide que de se tromper de groupe sanguin lors de la transfusion alors qu’une vie en dépendait ?
- Je ne pense pas que les choses soient aussi simples… C’était un patient assez atypique, les traitements sur lui donnaient des résultats relativement aléatoires.
- Je n’arrive pas à croire ce qui vient de se passer…
- Je sais que cela doit être difficile, je vous présente à tous les deux mes plus sincères condoléances. Je l’ai plus vu que vous ces derniers temps, alors j’ai petit à petit appris à le connaître. Il ne voudrait pas que vous vous apitoyiez sur son sort. Il me disait régulièrement qu’il aurait aimé vous parler mais il ne vous appelait pas pour que vous puissiez penser à autre chose et que vous ne le voyiez pas dans cet état.
A ces mots je sentis Artémis fondre en larmes dans mes bras. Je la serrai un peu plus contre moi et caressai doucement ses cheveux.
- Nous n’avons même pas eu l’occasion de lui dire au revoir.
Ses mots me rappelèrent alors les lettres que je devais leur confier.
- Je crois qu’il y a pensé. Tenez.
Je leur donnai à chacun leur lettre respective.
- Il y en a également une pour Akagi, est-ce que je peux te la donner pour que tu la lui transmettes ?
- Oui bien sûr.
- Je vous conseille de les lire chez vous demain, à tête reposée. Mais si malgré tout vous voulez les lire ici maintenant, je ne vais pas essayer de vous en empêcher. Et Artémis, je sais que je n’ai pas été très présent pour toi dernièrement, mais je compte me rattraper. Si tu as besoin de quoi que ce soit, n’hésite pas. Je serai là pour toi si tu en as besoin.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Artémis

avatar

Profil MBTI : ENFJ
Couleur : =#ff6600
Messages : 48

MessageSujet: Re: Narcisse [3]   Sam 23 Aoû - 16:29

Le peu de tendresse que Narcisse venait de me donner ne comblait pas le vide que je ressentais dans mon coeur, mais au moins elle me donnait de la chaleur.
- Je sais que tu as un travail important et que tu ne peux pas simplement prendre congé alors qu'on a besoin de toi. Je vais juste te demander de me donner des nouvelles quand tu peux, ça m'inquiète de rester plusieurs jours sans en avoir... et, si tu le veux bien, j'aimerais qu'on passe un peu plus de temps ensemble...
- Ca me va.
Je déposai un baiser sur ses lèvres.
Je lirai la lettre de Zélos une fois rentrée chez moi. J'ai peur de son contenu... Je ne sais pas si il sera rempli de reproches, ou de regrets, ou d'autre chose. Je me repassai toutes les fois où j'ai pu blesser Zélos et je me mis à culpabiliser. Peut être que si j'avais cherché à plus communiquer avec lui il n'en serait pas venu à ça... Je ne sais pas si il est parti en me haïssant, mais si c'est le cas je comprendrai.
Je me demande comment sera le quotidien à partir de maintenant, certainement moins rose qu'avant en tout cas. Il vaut mieux que je n'habite plus chez Akagi, je préfère passer à autre chose, et je pense qu'il préférera cette option lui aussi... Cela me rendra triste, mais j'aurai trop de mal à considérer Akagi comme mon vrai père maintenant. Mais je ne peux pas habituer éternellement chez Hishigi, il faudra que je me trouve un appartement pas trop cher.
Hishigi me regardait d'un air attristé, comme si il se souciait plus de moi que de ce qu'il pouvait ressentir. Il me prit dans ses bras.
- Ne pleure pas, Zélos aurait voulu que tu aies une vie heureuse. Il voulait bien t'élever tu sais.
- Merci de me rassurer...
- Rentrons, je vais te préparer ton plait préféré ce soir. Tu pourras venir quand tu veux Narcisse, je t'accueillerai à bras ouverts.
- Merci. Prenez soin de vous.

[Vers le quartier résidentiel]

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akagi

avatar

Profil MBTI : ESTP
Masculin
Couleur : =#990000
Messages : 126
Localisation : Sur le toit du lycée.
Emploi/loisirs : Dormir. Faire souffrir les élèves.

MessageSujet: Re: Narcisse [3]   Sam 23 Aoû - 16:40

J'avais écouté les conseils agaçants de Narcisse et j'étais sorti. Je n'avais pas d'autre choix que de l'écouter après tout bien que ça m'énerve énormément. J'avais juste passé mon temps à rôder aux alentours de l'hôpital, avec la tête pleine de pensées défilants à une vitesse trop importante pour être claires. Au bout de quelques heures je décidai de rentrer voir comment allait Artémis, il fallait que je sois un minimum présent en tant que père.

[Vers le quartier résidentiel]

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Narcisse

avatar

Profil MBTI : INTJ
Couleur : #336699
Messages : 37

MessageSujet: Re: Narcisse [3]   Ven 7 Nov - 23:01

Les jours passaient et se ressemblaient tous. Avoir perdu mon cobaye le plus intéressant m'avait ôté une bonne partie de mon enthousiasme dans mes recherches. J'avais beau avoir d'autres sujets à étudier, aucun n'était aussi mystérieux que lui. J'avais l'impression que la science était désormais privée d'une découverte qui aurait pu la faire progresser à une vitesse sans pareille. Et la faute m'en revenait en grande partie. Je n'avais pas été capable de le maintenir en vie. Je savais qu'il avait déjà essayé de mettre fin à ses jours et qu'il avait toujours l'intention de mourir, et pourtant je l'avais laissé seul et sans surveillance. Bien sûr, il n'était pas tout à fait seul, mais les autres médecins étaient tous des incapables à mes yeux. Ils n'avaient même pas rétabli les réglages des machines avant mon retour.
Comment pouvaient-ils être encore autorisés à exercer leur métier après un échec si retentissant ? Je passais donc mon temps à éviter soigneusement mes collègues. Plus que d'ordinaire s'entend. Pour ce faire je travaillais essentiellement de nuit. Cela devenait difficile pour moi d'accorder mon rythme avec celui d'Artémis mais je faisais de mon mieux pour être tout de même présent pour elle. L'absence de sujet d'analyse me laissait du temps libre avant d'aller travailler.
Je jetai un rapide coup d’œil à l'horloge avec lassitude. Il n'était pas vraiment encore l'heure de partir, mais j'en avais assez de rester ici à me morfondre. De toute manière il n'y avait actuellement rien qui nécessitait mon attention.

[vers le quartier résidentiel]

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Narcisse [3]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Narcisse [3]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Saint Narcisse Evêque de Jérusalem et commentaire du jour "Jésus à table avec les pharisiens"
» Narcisse QUELLIEN
» Texte intégral du mythe de Narcisse
» Les Philo-Fables de Michel Piquemal
» Métamorphose et punition ??? HELP

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Unknown Fate :: Monde Humain :: Aloss :: Hôpital-
Sauter vers: