Dieu, fainéant et se faisant trop vieux pour jouer aux Sims avec les humains, il envoie ses anges chercher un humain qui pourrait le remplacer. Les prétendants au titre devront prouver leur valeur en faisant... ce qui amusera Dieu sur le moment.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Zelos [21]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Zelos

avatar

Profil MBTI : ISFJ (ISTJ)
Couleur : #996633
Messages : 193

MessageSujet: Zelos [21]   Lun 8 Sep - 21:57

Je me sentais légèrement coupable de sécher les cours, et encore plus sachant que je privais toute la promotion de son professeur, mais j’avais toujours eu un faible pour les fêtes foraines. Et pour les sorties improvisées.
- Pourquoi est-ce que tu marches encore à des kilomètres de moi ? Nous ne sommes plus à l’université.
- C’est vrai… Je crois que j’ai juste pris l’habitude maintenant.
- Tu vas devoir perdre cette habitude tout de suite.
- Cela vous dérange à ce point ?
- Oui, j’ai envie de te sentir à côté de moi.
- Comment refuser lorsque c’est si joliment dit ?
- Ca y est tu es séduit ?
- Non, mais je préfère de loin que vous me parliez comme ça plutôt que de me dire exclusivement que vous avez envie de moi. Alors pour vous encourager dans cette voie je vais arrêter de marcher si loin. Du moins à l’extérieur.
- Tu deviens enfin raisonnable ♥
- Vous savez, ça ne dépend que de vous.
- Est-ce que j’ai le droit de tenir la main de ma princesse maintenant ?
- J’apprécie que pour une fois vous me demandiez la permission, mais non. Disons que cela sera la prochaine étape.
- J’ai hâte d’y être dans ce cas.
Je ne pensais pas qu’il était capable d’apprécier de simples petites habitudes de couple si elles n’impliquaient pas une dimension sexuelle. C’était une agréable surprise. Cela me permit de me rendre compte que je n’avais pas vraiment joué le jeu avec lui. Je passais mon temps à lui mettre des bâtons dans les roues depuis le début. Je lui reprochais de ne pas essayer de mieux me connaître mais je faisais exactement la même chose de mon côté. Il fallait que je rectifie mon erreur. Après tout je n’avais pas de raison de ne pas lui laisser une chance.
- Tiens, ta barbe à papa, comme promis.
- Merciiiii !
Il me regarda un petit moment avec un air étrange et je penchai légèrement ma tête sur le côté pour exprimer ma confusion.
- Quelque chose ne va pas ?

- Si j’avais su plus tôt qu’il en fallait si peu pour te rendre heureux je t’aurais gavé de sucreries dès le début.
- Ça aurait été de la triche. Mais après tout je ne serais pas contre une pomme d’amour et une gaufre au caramel avec de la crème Chantilly.
- Tes désirs sont des ordres princesse.
Nous nous assîmes sur un banc pour que je puisse déguster en paix tout ce qu’il venait de m’acheter.
- Il te reste de la Chantilly.
Il approcha sa main de mon visage et essuya mes lèvres avec son doigt.
- Je vais passer l’éponge pour cette fois parce que vous m’avez offert à manger, mais la prochaine fois je vous mordrai jusqu’au sang, c’est bien compris ?
- Cela ne me dérangerait pas le moins du monde ♥
- J’aurais dû m’en douter… Alors, qu’est-ce que vous aimeriez faire maintenant ?
- C’est à toi de décider, nous sommes là pour toi.
- Dans ce cas, nous pourrions faire ce petit train ici.
- Tu réalises que c’est pour les enfants ?
- Je croyais que j’avais le droit de choisir ce que je voulais ?
- Je n’ai pas dit non, je voulais juste te prévenir. Tu prétends ne pas aimer attirer l’attention mais tu fais tout pour. On va faire tache dans la file d’attente.
- Je préfère commencer par quelque chose de calme histoire de faire monter doucement l’adrénaline.
- Tu ne voudrais pas plutôt essayer la pêche aux canards en premier dans ce cas ? Tu commences un peu fort, le virage là-bas a l’air plutôt dangereux.
- Que voulez-vous, il faut croire que j’ai l’âme d’un aventurier. Mais si vous avez trop peur je peux demander à quelqu’un d’autre de m’accompagner, ce n’est pas grave.
- Comme si j’allais laisser quelqu’un d’autre monter à côté de ma princesse.
Avant que j’ai pu lui répondre il était déjà parti payer nos places.
- Vous savez, vous n’êtes pas obligé de tout payer. Surtout que c’est moi qui ai choisi cette attraction.
- Je t’ai invité alors il est hors de question que tu payes quoi que ce soit.
- Cette situation me met un peu mal à l’aise. Surtout que maintenant que j’y pense je n’ai pas payé non plus le restaurant. Je ne veux pas profiter du fait que vous me preniez pour le fantôme de votre petit ami.
- Si tu te sens coupable, tu n’as qu’à me laisser profiter de toi en échange.
- Montez dans le wagon à la place de dire n’importe quoi.
Nous nous installâmes et nous pûmes reprendre notre conversation.
- Alors, vous m’aviez dit que vous étiez professeur de lycée c’est ça ? Professeur de français je suppose ?

- J’étais bien professeur de lycée, mais de mathématiques.
- C’est un sacré changement… Vous avez vraiment le niveau pour nous faire cours dans ce cas ?
- Bien sûr, j’ai tous les diplômes nécessaires. Tu crois vraiment qu’ils auraient engagé la première personne venue ?
- Pourquoi pas, c’est la fac après tout… J’ai plus de mal à imaginer que vous puissiez avoir un doctorat en sciences et en lettres à votre âge.
- Pourtant c’est le cas. Je ne suis pas seulement beau, je suis également intelligent et cultivé.
- Vous êtes donc bien plus âgé que ce je croyais.
- C’est bien possible.
- Oh c’est déjà fini… Vous ne voudriez pas refaire un tour par hasard ?
- Même pas en rêve. Descends.
Nous descendîmes et je jetai rapidement un œil aux alentours pour voir ce que nous pourrions faire après cela. J’eus la surprise d’apercevoir quelqu’un que je connaissais, alors je me cachai derrière Akagi.
- Qu’est-ce que tu fais ?
- Il y a des gens de ma promotion qui sont là.
- Et alors ? Tu avais l’air d’assumer parfaitement de monter dans ce manège ridicule tout à l’heure.
- Ce n’est pas pour ça. Je ne veux pas qu’on me voit avec vous.
Pour la première fois je me rendis compte que ça ne devait vraiment pas être agréable à entendre.
- Ce n’est pas contre vous… C’est juste que vous êtes mon professeur, alors comme je suis déjà fiché en tant que personne aux cheveux multicolores qui clignotent, j’aimerais éviter d’être fiché également comme personne qui couche avec son prof. Si les circonstances avaient été différentes et bien… les choses auraient été différentes justement je suppose.

Surtout que son fan club avait déjà commencé à m’envoyer des messages plus ou moins sympathiques.
- Tu ne devrais pas t’inquiéter autant que cela pour tes cheveux.
- Pourquoi ? Vous aimez bien leurs couleurs ?
- Non. C’est ridicule.
- Merci c’est fou comme je me sens mieux. C’est sûr qu’après ça je n’ai plus de raison de m’inquiéter.
- Je voulais juste dire que cela aurait pu être pire. Ce n’est pas son plus grand exploit à mon avis.
- Vous connaissez mon coiffeur ?
- Oui, c’est un ancien collègue.
- Parce que vous étiez coiffeur aussi ?
- Il est professeur en fait.
- Ah…
Je me demandais si nous parlions vraiment de la même personne. Si c’était le cas, alors il fallait croire qu’ils m’avaient tous les deux bien pris pour la même personne. Il aurait été étrange que cela soit une simple coïncidence. J’aurais pu lui demander son nom, mais j’avais peur que cela confirme mes doutes. Et puis, pour une fois qu’il ne me parlait pas de fantômes il aurait été stupide de relancer moi-même le sujet.
- J’aurais aimé vous rencontrer avant lui dans ce cas pour que vous me préveniez et m’évitiez cette catastrophe. Dire que je commençais presque à m’y habituer et à ne plus y penser, il a fallu que vous me le rappeliez.

- Je te signale que c’est toi qui as amené le sujet. Et puis, tu restes mignon même comme ça. Ce n’est pas donné à tout le monde.
Je ne savais pas trop quoi penser de ce qu’il venait de me dire. Je ne voyais pas comment on pouvait être mignon et ridicule à la fois. Et je voyais encore moins pourquoi il s’acharnait à vouloir sortir avec quelqu’un de ridicule. Cet homme représentait vraiment un mystère à mes yeux.
- Et si nous allions pêcher des canards ?
- Sérieusement ?
- Vous aviez proposé ça alors je pensais que cela vous ferait plaisir.
- Puisque visiblement tu as peur de faire de vraies attractions, faisons au moins des choses de notre âge. Viens.
Il m’emmena vers un stand de tir et déposa un fusil dans mes mains.
- Je ne sais pas utiliser ça.
- Tu vas apprendre.
- Dans ce cas, faites le vous-même. Je vous regarde.
A mon grand étonnement il réussit en un instant à toucher toutes les cibles en plein centre, même celles en mouvement.
- A ton tour.
- Non, je n’ai pas envie d’essayer après cette démonstration, je vais juste me ridiculiser. Est-ce que vous étiez dans l’armée avant ?
- A t’entendre j’ai fait tous les métiers du monde.
- C’est juste que c’est assez inhabituel de voir quelqu’un réussir aussi facilement. Ce genre de jeu est fait pour être impossible, sinon les forains seraient ruinés, alors je dois avouer que je suis impressionné.
- Il était temps que tu te rendes compte que je suis l’homme parfait.
- Quel cadeau va donc choisir l’homme parfait ?
- Celui que voudra sa princesse. Je vois des couronnes là-bas. Je te conseille d’en prendre une argentée, comme ça la couleur ira parfaitement avec chacune de tes couleurs de cheveux.
- D’accord.
- Vraiment ?
- Bien sûr. Mais seulement si le roi en met une aussi.
- Dans ce cas, tu ne voudrais pas plutôt cette peluche géante ?
- Hmm non… Roulou prend déjà toute la place dans mon lit, on ne tiendra pas tous dessus en même temps.
- Tu vas finir par me dire qui est ce Roulou ?
- Personne. Je me parlais à moi-même.
- Quand est-ce que tu me le présentes ?
- Prends-moi un poisson. Celui-là est trop mignon !
- Tu n’as qu’à le prendre, vas-y. Mais n’imagine pas pouvoir changer éternellement de sujet. Il va bien falloir en parler un jour ou l’autre.
- Je crois que je vais l’appeler Akagi junior.
- Tu ne veux pas l’appeler Némo comme tout le monde plutôt ?
- Non, non, regardez. Il a les mêmes yeux que vous alors je veux vous rendre hommage.
- Tu plaisantes j’espère ? Parce que si ce n’est pas le cas, tu as très sérieusement besoin d’aller voir un ophtalmologue.
- Quoi ? Vous n’êtes pas flatté ?
- Non, pas du tout.
- Je ne vois pas pourquoi.
- Nous en reparlerons lorsque j’aurai adopté un poulpe et que je l’aurai nommé Zelophyr.
- Cela ne me pose pas de problème. Surtout que ce n’est pas mon prénom. Mais ce n’est pas un poulpe vous savez, c’est un poisson clown.
- Raison de plus pour l’appeler Némo.
- Dans ce cas je vais l’appeler Nemakagi.
- Je vois que ce n’est pas la peine d’argumenter avec toi. Pose ce poisson et viens. Il est temps de faire de vraies attractions.
Je me sentais coupable d’abandonner mon poisson ainsi, je ne voulais pas qu’il se dise que j’étais un maître indigne, mais d’un autre côté je ne me voyais pas très bien avec un bocal dans un looping. Je le posai donc à contrecœur en demandant au propriétaire du stand de me le garder de côté jusqu’à mon retour.
- Alors, qu’est-ce que vous voulez faire ?
- Les montagnes russes.
- C’est vraiment nécessaire ?
- Tu as peur ?
- Non. Pas vraiment…
- Ne t’en fais pas, je t’empêcherai de t’envoler. Et si tu as trop peur tu pourras toujours te jeter dans mes bras.
- Non, il y a des harnais.
- Donc ce qui te dérange c’est de ne pas pouvoir te coller à moi ? ♥
- Si je dis oui est-ce qu'on pourra s'en aller ?
- Non. Ça sera ta punition pour avoir nommé ton poisson comme moi.
- C’est méchant…
Nous restâmes donc dans la file d’attente malgré mes protestations. Au bout de quelques minutes je finis par tirer sur sa manche pour attirer son attention sans le regarder dans les yeux.
- En fait je souffre d’un vertige assez paralysant.

- C’est vrai ?
- Oui…
- C’est très étrange pour un ange. Je me demande si c’est pour ça que tu as fui le Paradis.
- Vous ne croyez pas que vous avez dépassé l’âge d’utiliser ce genre de phrases toutes faites ?
- J’entendais ça de manière tout à fait littérale.
- Excusez-moi, vous connaissant un peu désormais, j’aurais dû m’en rendre compte. Donc après le fantôme et la princesse, je suis devenu un ange ?
- C’est tout à fait ça ♥
- Il faut croire que je change aussi souvent de nature que vous de métier.
- Tu vois, nous sommes faits pour être ensemble.
- Je n’irais pas forcément jusque là, mais nous sommes peut-être faits pour nous entendre. Surtout si vous changez d’avis à propos de cette attraction.
- C’est trop tard de toute façon, nous avons fini de faire la queue.
Je m’installai donc dans le wagon en priant pour qu’il n’y ait aucun problème. Les accidents n’étaient pas si rares que cela. C’était stupide de tenter le diable. Malheureusement je ne pouvais plus m’enfuir, le harnais me maintenant fermement en place. Et même si ça n’avait pas été le cas, je supposais qu’Akagi m’en aurait empêché.
- Vous savez… Au cas où on ne survivrait pas à cette folie, j’aimerais vous dire quelque chose.
- Tu ne penses pas que tu exagères ? Mais dans quel état serais-tu si je t’avais proposé de faire du saut à l’élastique ?
- Là n’est pas le sujet. Je voulais que vous sachiez que je vous en voudrais. Je suis trop jeune pour mourir, je n’ai pas encore assez profité de ma vie. Je n’ai même pas encore eu mon diplôme. Je n’ai jamais mangé de churros. J’ai abandonné Nemakagi tout seul. Je n’ai pas encore pu monter sur la tour Eiffel pour admirer un coucher de soleil. Je n’ai jamais eu l’occasion de parcourir Venise en gondole. Je ne me suis même pas encore fait de vrai ami dans ce pays, personne ne viendra à mon enterrement. Et je n’ai pas embrassé Roulou ce matin.
- C’est bon, tu as fini de te lamenter ? Arrête de penser à ce Roulou quand tu es avec moi. Je suis mieux que lui.
Le train se mit soudain en mouvement, et je crus que mon cœur allait s’arrêter. Je fermai les yeux pendant toute la durée de l’attraction, et une fois ce calvaire terminée j’eus tout le mal du monde à me lever et à sortir du wagon sans perdre l’équilibre. Cet exploit fut de courte durée, puisque je trébuchai quelques mètres plus loin. Akagi me rattrapa et m’évita ainsi de tomber lamentablement par terre.
- J’ai la tête qui tourne…
- Qu’est-ce qui t’a pris de fermer les yeux pendant les montagnes russes aussi ? Ça ne serait pas arrivé si tu t’étais contenté de regarder devant toi.
- Je ne comprends rien à ce que vous dites…
Je posai ma tête sur son torse et agrippai son haut. Je me sentais déjà légèrement plus stable.
- Ne bougez pas s’il vous plaît. J’ai envie de vomir.

- Ce n’est pas très rassurant.
- Chut.
Je mis quelques secondes avant de finalement retrouver mon équilibre et pouvoir le lâcher.
- Tu vas mieux ?
- Oui. Désolé. C’est déjà la deuxième fois que je gâche tout en tombant malade.
- Tu ne gâches rien du tout. Je n’aurais pas dû te faire monter là dedans. Tu veux rentrer te reposer chez toi ?
Je fus touché de constater qu’il s’inquiétait sincèrement pour moi. Il était vrai qu’il prétendait depuis le début m’aimer pour moi-même et pas seulement parce que j’avais le physique de son ex, mais jusqu’à présent j’avais eu du mal à le croire. Au final, il méritait peut-être que je lui accorde ma confiance.
- Non, c’est bon, je vais mieux. Il n’y a pas de quoi vous inquiéter. Et puis j’aimerais bien tester la maison hantée avant de partir.
Le reste de l’après-midi se déroula très bien. Lorsqu’il fut temps de rentrer je me surpris même à vouloir prolonger notre tête à tête alors que nous venions de passer deux jours entiers ensemble. Je me contentai donc de garder ces pensées pour moi. Après avoir récupéré mon poisson dans son bocal, je me demandai si le moment était bien choisi pour échanger nos numéros. D’un côté nous n’en avions probablement pas besoin puisque nous nous verrions très régulièrement, mais c’était tout de même un moyen de communication plus discret que les avions en papier. Enfin, il ne fallait probablement pas que j’aille trop vite de toute manière. Il ne fallait pas que je rende inutile tout le travail que j’avais fait pour freiner ses ardeurs. Je ne voulais prendre le risque qu’il se méprenne sur mes intentions - et qu’il prenne encore plus la grosse tête par la même occasion.
- Tu as l’air préoccupé, tu es triste de devoir me quitter ? ♥
- J’étais juste un peu perdu dans mes pensées. Et je me disais que la prochaine fois, ce serait à mon tour de vous inviter.
- C’est quand tu veux mon ange ♥
Je ne savais pas s’il fallait qu’on se serre la main pour se dire au revoir, qu’on se salue simplement ou encore qu’on se fasse la bise, les limites de notre relation n’étant pas encore très bien établies. Avant que je puisse me décider pour l’une de ces options, il se pencha vers moi et m’embrassa sur le front.
- Je ne suis pas un bébé….
- C’est vrai. Un baisemain serait plus adapté pour une princesse.
Joignant le geste à la parole, il prit ma main dans la sienne et y déposa un baiser.
- Je crois que je préférais encore l’option bébé…
- Tu veux dire que tu préfères que je t’appelle mon bébé ? ♥
- Non. Oubliez ça.
- Je te laisse filer, mais la prochaine fois tant que je n’aurai pas eu de bisou je ne te laisserai pas partir.
- Cela compromet beaucoup vos chances qu’il y ait une prochaine fois.
- Pourtant tu n’as pas l’air si contrarié. Nous avons passé un bon moment ensemble, non ?
- C’est vrai. Merci pour tout d’ailleurs. Mais maintenant il faut vraiment que j’y aille, il se fait tard. A demain donc. Enfin si vous ne séchez pas les cours.
- Je te signale que tu n’es pas allé en cours non plus aujourd’hui. Mais ne t’en fais pas, je serai là demain.

- Je ne m’inquiète pas.

[vers le quartier résidentiel]

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akagi

avatar

Profil MBTI : ESTP
Masculin
Couleur : =#990000
Messages : 131
Localisation : Sur le toit du lycée.
Emploi/loisirs : Dormir. Faire souffrir les élèves.

MessageSujet: Re: Zelos [21]   Lun 8 Sep - 23:03

J'étais satisfait de ma journée, on avait passé un bon moment et je sentais que je l'intéressais de plus en plus. Il était un peu plus enfantin qu'avant, c'est très adorable. Cela dit il faut que je découvre qui est ce Roulou... Et que je le rencontre, et que je lui parle, il faut que je le prévienne qu'il ne restera pas longtemps avec Zélos...
Il faut que je passe à la fac faire au moins mon dernier cours de la journée, et que j'explique mon absence.

[Vers l'université]

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Zelos [21]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Unknown Fate :: Monde Humain :: Miami :: Fête Foraine-
Sauter vers: