Dieu, fainéant et se faisant trop vieux pour jouer aux Sims avec les humains, il envoie ses anges chercher un humain qui pourrait le remplacer. Les prétendants au titre devront prouver leur valeur en faisant... ce qui amusera Dieu sur le moment.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Zelos [24]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Zelos

avatar

Profil MBTI : ISFJ (ISTJ)
Couleur : #996633
Messages : 189

MessageSujet: Zelos [24]   Lun 10 Nov - 23:15

J’émergeai avec difficulté de mon sommeil. J’avais le tournis et le vertige en même temps, une sensation assez horrible. J’eus toutes les peines du monde à me lever. Lorsque je réussis enfin à tenir debout, je me dirigeai vers les toilettes et vomis dans la cuvette.
Je ne tardai pas à sentir une main ramasser les mèches de cheveux que j’avais devant les yeux et à rassembler l’ensemble de mes cheveux vers l’arrière.
- Merci.
- Tu vas mieux ?
- J’ai l’impression que mon crâne héberge un cirque entier.
- Tu as beaucoup bu hier. L’homme avec qui tu étais t’a offert des verres ?
- Oui. Je crois bien. Mes souvenirs sont assez flous.
- Tu devrais te méfier davantage. Il a peut-être voulu te droguer.
- Il n’avait pas l’air méchant.
- Il n’allait pas venir te proposer un verre avec un visage diabolique et un rire de fou tout de même.
- Pas faux.

Je fus de nouveau pris par une envie de vomir. Je n’avais rien mangé la veille, alors mon estomac était vide, et il n’y avait qu’un épais liquide acide qui sortait, en me brulant la gorge au passage.
- Courage. Tu veux boire un peu de Coca Cola ?
La simple évocation d’avaler quoique ce soit me mit le cœur au bord des lèvres.
- Non, pas possible.
- Je crois que le karma veut te dire d’être fidèle à Akagi plutôt que de tomber dans les bras du premier homme venu.
- Est-ce vraiment le moment de parler de ça ?
- Oui, tu ne peux pas faire de représailles.
- Vicieuse.

Je me redressai péniblement, puis me rinçai le visage à l’eau froide et me lavai les dents.
- Maintenant que tu es en relativement bon état j’aimerais te demander ton avis.
- A propos de quoi ?
Elle me tendit son portable, que je pris précautionneusement.
- J’en pense que tu ne devrais pas faire attention à ce que ce message dit.
- Tu l’as déjà lu en entier ?
- Non, mais le fait que l’expéditeur se nomme "Ex à ne surtout pas rappeler " me fait penser que ce n’est pas la peine.
- Lis-le quand même.
- C’est une mauvaise idée mais d’accord.

Je me plongeai donc dans la lecture de ce message, qui s’avéra très laborieuse car ma vision se dédoublait à intervalle régulier.
« Bonjour ma chérie. Je t’ai vue hier, je voulais te parler mais tu semblais m’éviter soigneusement. Est-ce que c’est à cause de la fille qui était avec toi ? M’aurais-tu remplacé aussi vite ? Si je compte un tant soit peu pour toi, appelle-moi. Je ne t’ai pas oubliée. »
- Alors ?
- Je n’ai pas changé d’avis. Ne l’appelle surtout pas. Je ne sais pas ce qui s’est passé entre vous deux, mais il y a bien une raison pour que ça se soit fini, et que tu l’aies renommé ainsi.
Elle porta sa main à sa bouche d’un air soucieux. Je ne lui avais probablement pas dit ce qu’elle voulait entendre, mais c’était pour son bien.
- Il dit qu’il regrette…
- Hmm non j'ai beau regarder je ne le vois écrit nulle part.
- Peut-être qu’il m’aime encore.
- Peut-être bien. Mais toi tu ne l’aimes plus. Tu ne m’as jamais parlé de lui.
- Je voulais l’oublier. Il a arrêté de me donner des nouvelles du jour au lendemain. Hier je l’ai vu au bras d’une autre.
- Et tu veux sérieusement lui pardonner avec ça ? Il veut juste jouer avec toi.
- Tu as bien permis à un homme de jouer avec toi hier.
- Je ne vois vraiment pas le rapport. Et il ne revient que par jalousie ouvre les yeux. D’ailleurs je me demande bien pourquoi il est jaloux de moi. Nous n’avons rien fait de douteux ensemble hier. Si ?
- …
- Ton silence est assez stressant.
- Tu ne te rappelles de rien ?! Alors tu as peut-être fait des choses douteuses avec l’homme douteux !
- Mais arrête de tout rapporter à lui ! Je suis célibataire je fais ce que je veux. Et toi aussi. Mais je ne te conseille vraiment de lui répondre.
- …
- Mais il s’est vraiment passé quelque chose entre toi et moi ?
- Non. Idiot !
- Parfait. Maintenant est-ce que je peux prendre ma douche ou est-ce que tu veux encore me faire des reproches jusqu’à la nuit tombée ?
- Pour ton info, la nuit est déjà tombée. Tu as dormi toute la journée, tu as encore raté une journée de cours. Mais douche-toi, je t’en prie.

Il faisait déjà nuit ? Je n’allais probablement pas pouvoir dormir cette nuit, la prochaine journée allait être difficile. Je décidai de ne plus y penser et me déshabillai pour rentrer dans la douche. J’eus la surprise de découvrir un numéro de téléphone écrit au stylo sur mon ventre. Moyen plutôt original. Probablement un cadeau de la part de Monsieur Blond, auquel j’avais oublié de demandé son prénom. Où dont j’avais oublié le prénom peut-être.
Je pris mon portable et le notai soigneusement, puis l’enregistrai.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Candy

avatar

Profil MBTI : ISFJ
Couleur : #ff6699
Messages : 20

MessageSujet: Re: Zelos [24]   Dim 21 Déc - 15:41

Je laissai Zéphyr dans la salle de bain et m’installai confortablement dans mon lit, avant de reprendre mon portable et de relire mon dernier message reçu. J’avais envie de croire qu’il s’était rendu compte qu’il avait fait une erreur. J’avais fini par lui manquer. C’était possible n’est-ce pas ? Il avait certes pris son temps, mais il avait compris qu’il ne pouvait pas vivre sans moi. Zephyr avait beau dire qu’il fallait que je l’oublie, il ne l’avait pas connu, il n’était pas le mieux placé pour deviner ses pensées. Et puis, que connaissait-il à l’amour ? Il passait son temps à papillonner à droite et à gauche sans se soucier d’Akagi.
Soudain ma sonnerie retentit, en brisant le silence pesant qui régnait dans ma chambre. Mes yeux s’écarquillèrent lorsque je réalisai qu’il s’agissait de lui. Son visage souriant me contemplait. Cela aurait dû me rendre tellement heureuse. Il me suffisait d’un geste pour entendre sa voix. Pour le récupérer. J’avais attendu cet appel durant des semaines, et j’étais maintenant incapable de décrocher. J’avais beau essayer de me convaincre qu’il était sincère, en réalité j’éprouvais une peur paralysante. Et s’il ne disait pas ce que je voulais entendre ? Et s’il se moquait encore de moi ?
Je jetai un rapide coup d’œil à l’horloge. 2h32. Je pouvais très bien dormir à cette heure-là, il ne m’en voudrait pas si je rappelais demain. Il trouverait ça normal. Quoique, je n’avais pas encore répondu à son message de la veille non plus. Je fus sauvée de ce dilemme par l’arrêt de ma sonnerie.
Je réalisai alors que j’avais passé mon temps à retenir ma respiration. J’inspirai profondément et cela sembla me calmer sur le moment. Cependant, il m’appela à nouveau seulement quelques secondes plus tard. Avant que j’aie eu le temps de me décider, je sentis mon portable s’échapper de ma main. Je levai les yeux et aperçus Zephyr à côté de moi, avec mon téléphone à l’oreille.
- Bonsoir. Désolé de vous l’apprendre mais elle morte. Je vous souhaite une excellente soirée. Au revoir.
Le temps que je comprenne ce qu’il venait de faire, il avait déjà raccroché.
- Zephyr ?! Pourquoi as-tu répondu ?!
- Tu me remercieras plus tard.
- Ne t’interpose plus entre nous. Il m’aime !

Il était tellement plus facile de le contredire que de me convaincre moi-même du bien-fondé de mes espoirs.
- Il ne t’aime pas suffisamment pour respecter ton sommeil en tout cas on dirait – ni le mien, mais ça c’est une autre histoire. Mais si tu y tiens vraiment, tu peux le rappeler.
Il me tendit mon portable. J’hésitai un instant avant de tendre la main pour le récupérer. Il sonna à nouveau avant que j’aie eu le temps de le prendre, ce qui me causa un mouvement de recul.
- Tu n’as pas envie de répondre ?
- Pourquoi dis-tu de telles choses ? J’ai envie de lui parler.
- Sûre ?

- Oui !
Je pris fermement mon téléphone de ses mains pour augmenter ma crédibilité, et m’apprêtai à décrocher, lorsque Zephyr posa sa main sur la mienne.
- Ecoute, je sais que je ne devrais pas me mêler de cette histoire, mais je m’inquiète pour toi. Tu t’investis tellement pour des choses qui n’ont pas lieu d’être… Il faut que tu te rendes compte que le monde n’est pas tout rose. Peu de gens ont la même vision de l’amour que toi à mon avis. Tu  ne devrais pas accorder ta confiance aussi facilement, surtout que tu sais qu’il l’a déjà trahie.
- …
- Je sais également que ce n’est pas ce que tu voulais entendre. Surtout de ma part. Mais c’est pour ton bien.

Je retirai doucement ma main de la sienne.
- J’ai bien compris. Je ne dis pas que je vais obéir, mais j’en prendrai compte.
Contrairement à mes attentes, un sourire se dessina sur son visage.
- Merci, c’est tout ce que je demande.
- Tu es gentil… Je peux te recommander quelque chose à mon tour ?
- Je t’écoute.
- Tu devrais faire le contraire.
- Pardon ?
- Il est temps que tu te rendes compte qu’Akagi ne veut que ton bien. Ouvre-toi à lui et arrête de chercher ailleurs.
- Je ne cherche pas ailleurs. Je ne cherche rien du tout d’ailleurs.
- Mais il te plaît, alors pourquoi rendre les choses compliquées ?
- Pourquoi est-ce que cela te tient autant à cœur ?

- Pour la même raison que tu t’occupes de mes affaires.
Il haussa les épaules avant de pousser un léger soupir.
- Tu marques un point…
- Donc tu vas le faire ?
- Si je te dis que je prendrai en compte ton conseil mais que je ne te garantis rien, cela te va ?
- Non. Je veux comprendre pourquoi.
- Il est amoureux de quelqu’un que je ne suis pas. Je n’ai aucune raison de m’emballer ou d’être flatté. Quand il s’intéressera à moi pour moi, les choses seront différentes.
- Il t’aime, tu te méfies bien trop.
- Tu m’as dit exactement l’inverse hier.
- Tu te méfies des gens bien et tu te jettes dans les bras d’hommes douteux ! Il t’aime ! Contrairement au blondinet de la boîte.
- Je ne sors pas avec lui non plus.
- Encore heureux !
- Je pense que nous avons fait le tour de la question. Je sais ce que tu penses, et tu connais mon avis sur la question. Nous n’avons plus qu’à voir comment les choses tournent.
- Tu as l’air de fuir les happy ends.
- Je ne fuis rien du tout. Nous en reparlerons demain si tu veux. Il se fait tard et j’aimerais essayer de récupérer un rythme normal.
- Tu as raison… Bonne nuit alors.
- A demain.


J’émergeai avec difficulté le lendemain matin. J’avais très mal dormi. J’avais rêvé que mon ex m’avait encore une fois abandonné pour une autre. Y repenser me fit monter instantanément les larmes aux yeux. J’avais enfin réussi à l’oublier, pourquoi les choses étaient-elles soudainement devenues si compliquées ?
Je finis tout de même par réussir à me lever. Bien sûr, Zephyr était toujours en train de dormir. Je le forçai à le lever et le traînai derrière moi pour aller en cours.

[vers l'université]

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Zelos [24]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Unknown Fate :: Monde Humain :: Aloss :: Quartiers résidentiels-
Sauter vers: