Dieu, fainéant et se faisant trop vieux pour jouer aux Sims avec les humains, il envoie ses anges chercher un humain qui pourrait le remplacer. Les prétendants au titre devront prouver leur valeur en faisant... ce qui amusera Dieu sur le moment.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Akagi [15]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Akagi

avatar

Profil MBTI : ESTP
Masculin
Couleur : =#990000
Messages : 126
Localisation : Sur le toit du lycée.
Emploi/loisirs : Dormir. Faire souffrir les élèves.

MessageSujet: Akagi [15]   Jeu 13 Nov - 1:37

En chemin, j'avais acheté une boîte de chocolats que je comptais offrir à Zéphyr pendant le cours. Je me disais simplement qu'il apprécierait l'attention, surtout après ce qui s'est passé l'autre jour... J'avais fait des choses qui ne lui avaient pas plu, et il fallait que je me rattrape. Je l'avais repéré dans l'amphi, j'étais plus concentré sur ce que j'allais faire pour que notre relation s'améliore que sur le cours... Est-ce que les gens le regardaient à cause de ses cheveux ou parce que je le regardais souvent ? Grand mystère mais inutile à résoudre. J'étais content de le revoir, et si possible j'aurai loupé ce cours pour le sécher avec lui~ mais il faut que je gagne un peu d'argent alors je fais le strict minimum.
Le cours était presque fini, et je remarquai que Zéphyr avait l'air perdu dans ses pensées. Sans trop réfléchir je me dis que c'était un bon moment pour lui balancer son cadeau et visai sa tête. Manqué. Le cadeau avait atterri sur la tête de sa voisine. Elle me demanda timidement :
- Euh... C'est pour moi?
- Non, j'ai mal visé. Passe à ton voisin.
Les chuchotements commencèrent, et les yeux de la fille me lançaient un regard assassin, comme d'autres filles qui devaient être de mon fanclub maintenant que j'y pense. Elle fit passer la boite à contre coeur. J'avais bientôt finir mon cours, et j'avais l'intention de parler en tête à tête avec Zéphyr.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zelos

avatar

Profil MBTI : ISFJ (ISTJ)
Couleur : #996633
Messages : 189

MessageSujet: Re: Akagi [15]   Dim 21 Déc - 18:56

Je n’avais pas envie d’être là, j’étais encore épuisé, mais Candy ne m’avait pas laissé le moindre choix. Je ne comprenais pas pourquoi elle tenait absolument à ce que j’aille en cours. Peut-être parce que j’avais poésie ce matin et qu’elle voulait que je parle à Akagi. Je n’avais pas envie de le faire, je lui en voulais encore pour son altercation avec Hishigi et ses moqueries à propos de Roulou.
Je ne portai donc pas beaucoup d’attention au cours, oscillant régulièrement entre des phases de sommeil et de rêverie. Je fus cependant brusquement rappelé à la réalité lorsque ma voisine reçut une boîte de chocolats en pleine tête. La surprise me réveilla complètement et je sursautai légèrement.
Je me tournai légèrement pour voir d’où elle avait été lancée. Akagi. Bien sûr.
Lorsque la fille demanda si les chocolats étaient bien pour elles je priai silencieusement afin qu’il acquiesce. Evidemment, il fit tout l’inverse. Ma voisine eut l’air bouleversée, puis extrêmement irritée. Je me demandais si sa haine était dirigée vers Akagi ou vers moi. Probablement les deux, au vu des regards meurtriers qu’elle lançait.
Lorsqu’elle me donna la boîte, je ne sus pas bien comment réagir. J’avais envie de dire qu’il y avait erreur sur la personne, mais c’était assez peu crédible. Le mieux aurait été de tout simplement disparaître, mais c’était malheureusement hors de ma portée. Me lever et partir en courant me tentait énormément, mais il suffisait qu’il me suive pour empirer les choses. Je décidai donc d’attendre silencieusement la fin du cours en évitant soigneusement les regards assassins des filles de l’amphithéâtre.
Lorsqu’il fut enfin temps de partir, j’eus la désagréable surprise d’entendre Akagi m’appeler avant que je ne puisse m’éclipser discrètement. Faisait-il donc exprès de se faire remarquer à ce point ? Il n’en était pas possible autrement. Pour éviter d’aggraver les choses, j’attendis qu’il me rejoigne. Il ne manquerait plus qu’il me coure après en criant mon prénom dans tout le bâtiment.
- Pourquoi est-ce que tu me fuies encore ?
- A votre avis ?
- Je t’ai fait un beau cadeau pour me rattraper.
- Vous faites tout de travers ! Demain vous retrouverez sûrement mon cadavre quelque part, et vous apprendrez que j’ai été battu à mort par les malades qui se trouvent dans votre fanclub !
- Personne ne te touchera, j’y veillerai personnellement.
- Ne parlez pas si fort, des gens nous écoutent.
- Alors viens dans mon bureau.
- Je pense que je vais rentrer chez moi tout simplement.
- Non, je veux te parler.
- Et est-ce que vous pensez de temps en temps à ce dont j’ai envie moi ?
- Oui, et je sais que tu as envie de passer du temps avec moi.

Je ne savais pas quoi répondre à cela. Surtout parce qu’en réalité je n’avais pas la moindre idée de ce que je voulais. Devais-je le tuer ou bien me blottir dans ses bras ? Ne pouvais-je pas faire les deux en même temps ? J’étais assailli par des pensées contradictoires. Je lui en voulais, et je m’en voulais de lui en vouloir. En résumé, j’étais tellement perdu que je lui en fus presque reconnaissant de me prendre par l’épaule pour m’entraîner dans son bureau. Au moins je n’avais pas besoin de décider par moi-même.
Je m’assis distraitement sur le rebord de son bureau tandis qu’il fermait la porte.
- Pourquoi est-ce que tu es encore en colère ?
- Pourquoi est-ce que vous faites tout pour me mettre toute ma promotion sur le dos ?
- Ils ne te feront rien. Je t’ai déjà dit que je serai là pour toi.
- Vous n’êtes jamais là pourtant.
- Je t’ai manqué ? ♥
- Arrêtez de toujours détourner la conversation.
- C’est toi qui évites de répondre à ma question là. Et je te rappelle que c’est toi qui m’as demandé de partir la dernière fois.
- Vous l’aviez cherché. Je voulais rester avec vous et vous avez tout gâché.
- Je me suis excusé alors que ce n’est pas du tout dans mes habitudes, et je t’ai rapporté du chocolat, qu’est-ce que je pourrais faire de plus ?
- Hmm voyons voir… Ne pas me le lancer au visage peut-être ?!
- Ce n’est pas toi qui l’as reçu.
- Ce n’est pas beaucoup mieux.
- Je commençais à me dire que tu avais changé mais finalement tu es redevenu très "zelosique ".

Alors comme ça il avait enfin envisagé que je puisse être quelqu’un d’autre et il ne m’en parlait que maintenant qu’il avait changé d’avis ? J’espérais qu’il ne disait ça que pour me mettre hors de moi.  C’était probablement le cas. Il n’avait pas du tout l’air d’être prêt à faire une croix sur son histoire de fantôme la dernière fois que nous nous étions vus.
Je serrai les poings et reportai mon attention sur le sol.
- Je suppose que ça doit vous faire plaisir. Vous avez enfin ce que vous vouliez…
- Je n’aimais pas tes crises de nerfs, je préfère largement quand tu es calme et enjoué.
Avais-je bien entendu ? J’avais fini par croire qu’il était sans espoir d’arriver à la cheville de ce Zelos, mais il venait enfin de nous comparer en ma faveur. C’était certes une comparaison très limitée, mais cela représentait une grande étape pour moi. Il était ridicule d’être ému pour si peu, mais je ne pouvais pas m’en empêcher.
- Désolé… Mais s’il vous plaît, essayez d’être plus discret. C’est également dans votre intérêt, je suis votre élève, vous risquez de perdre votre emploi et de vous retrouver en prison pour abus d'influence si cela venait à se savoir.
- Tu te fais bien trop de souci.
- Je veux juste que vous fassiez plus attention à vous.

Il se rapprocha de moi et posa ses mains sur le bureau de part et d’autre de mes hanches.
- Pourquoi est-ce que tu n’es pas toujours aussi adorable ?
- Je veux bien faire des efforts, tant que vous ne me demandez pas de lui ressembler.
Il ne me répondit pas, se contenant de plonger son regard dans le mien. La situation était troublante. Il était très proche de mon visage mais lui ne semblait pas être incommodé le moins du monde. Il ne paraissait pas non plus décidé à faire le moindre mouvement. Qu’attendait-il de moi ? Etait-il en colère ? Je ne me sentais pas capable de prévoir ni de comprendre ses réactions.
Je baissai les yeux afin de rompre ce contact visuel qui se faisait de plus en plus déroutant. Je m’arrêtai sur ses lèvres. J’avais l’impression que cela faisait une éternité qu’il ne m’avait pas embrassé. Je n’avais pas réalisé à quel point cela m’avait manqué avant cet instant. Je devais bien avouer désormais que ne pas être son centre d’attention, même pour quelques jours, avait été pesant.
Je l’attrapai inconsciemment par le col pour l’attirer vers moi et l’embrasser. Sentir sa langue caresser la mienne était encore plus agréable que dans mes souvenirs. J’avais déjà commencé à déboutonner sa chemise lorsque j’entendis quelqu’un toquer à la porte.
Je le repoussai alors vivement, avant de me lever.
- Qu’est-ce qu’il y a encore ?
- Quelqu’un a toqué à la porte.
- Cette personne attendra.
- Non, cette personne n’attendra pas ! Ouvrez-lui !
- Je croyais que tu voulais être discret ?
- Je préfère encore qu’on me trouve ici plutôt qu’on se dise que nous faisions potentiellement des choses compromettantes nécessitant de garder la porte fermée.
- Je ne comprends vraiment pas ta logique.

- S’il vous plaît, allez juste ouvrir cette porte. Plus vous attendez, plus ça paraîtra douteux. En fait non, attendez encore un peu.
Je me dépêchai de fermer les boutons que je venais d’ouvrir et arrangeai rapidement ses cheveux que j'avais décoiffés.
- Voilà. Allez-y.
Il semblait contrarié - il était vrai que c'était déjà la deuxième fois que nous étions interrompus, c'était peut-être le destin ? - mais il s’exécuta tout de même.
La fille qui attendait devant la porte me lança un regard noir avant de reporter toute son attention sur Akagi.
- Bonjour, je viens en tant que porte-parole de l’association "Mister université ", qui élit chaque année l’enseignant ou l’élève le plus sexy de l’année.  Il y a cependant une condition sine qua none à la participation. Seuls les célibataires sont acceptés. Êtes-vous donc apte à participer à ce concours ?
Y avait-il vraiment des associations pareilles ici ? Quel monde de fous. En réalité il était bien plus probable qu’il ne s’agisse que d’une excuse de son fanclub – qui avait pris un nom officiel pour l’occasion – de vérifier que leur idole était toujours libre. Cela tombait à point, c’était le moment idéal pour dissiper les rumeurs. Qu’il dise qu’il était célibataire en face de moi donnerait plus de crédibilité. J’osai espérer qu’il aurait la présence d’esprit de ne pas commettre d’impair.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akagi

avatar

Profil MBTI : ESTP
Masculin
Couleur : =#990000
Messages : 126
Localisation : Sur le toit du lycée.
Emploi/loisirs : Dormir. Faire souffrir les élèves.

MessageSujet: Re: Akagi [15]   Lun 22 Déc - 19:09

Je remarquai les regards de travers que lançaient la fille à Zéphyr, j'étais déjà passablement irrité à cause de la frustration de devoir m'arrêter, mais ce détail m'agaçait encore plus. Cependant il valait mieux que je n’alimente pas la colère de mes fans à l'égard de Zéphyr.
- Pas besoin de ma réponse pour savoir que de toute façon je serai élu ♥
- Mais nous avons besoin de votre réponse pour que vous puissiez l'être...
- Inscrivez moi si ça vous chante. De toute façon il y aura forcément des gens qui voteront pour moi dans les deux cas.
- Je dois en conclure que vous n'êtes pas célibataire...?
- Mais si, je suis toujours disponible ♥
- Vous êtes sûr ?
- Que vous êtes parano... Votre jalousie va commencer à m'étouffer, je vais finir par me fâcher.
- D'accord, je suis désolée de vous avoir froissé... A bientôt monsieur pour votre prochain cours. J'espère que vos calendriers seront bientôt disponibles!
- Evidemment ♥
Je fermai la porte, et lançai un regard enflammé à Zéphyr.
- Bien, nous pouvons reprendre où nous en étions...
Je m'approchai de lui et lui caressai le visage sans le lâcher du regard.
- Pourquoi est-ce que tu as mis tant de temps à dire que tu étais célibataire ? Tu aurais pu le dire directement.
- Ce que tu es rabat-joie... J'ai dit que j'étais disponible, et je l'ai assuré. Ca ne te suffit pas ?
- Si... C'est déjà ça, j'imagine. Mais j'ai peur que ça paraisse louche.
- Ils devront faire avec de toute façon, tu es le seul que je toucherai dans cette université.
- "Dans" cette université ? Je dois conclure que tu as d'autres amants ailleurs ?
- Tout dépend de la relation que nous aurons. "D'autres" amants ça veut dire que tu nous considères déjà comme amants ? ♥
- Non j...
Je le fis taire en l'embrassant tendrement. C'était un soulagement de pouvoir enfin le toucher et l'embrasser. Mais il finit par me repousser.
- Je vous l'ai déjà dit... Je ne veux pas que quelque chose se passe entre nous si vous ne me considérez pas pour ce que je suis.
Ca a l'air de lui tenir vraiment à coeur. Ca se comprend.
- Je me rends compte des différences qu'il y a entre Zéphyr et Zélos, ne t'en fais pas. C'est dur de ne pas les remarquer.
Il me regardait un moment sans rien faire, comme si il essayait de comprendre quelque chose, ou de vérifier que je ne mens pas peut être.
- Qu'est ce que tu aimes chez moi, dans ce cas ?
- Question compliquée. Déjà ton corps est très beau ♥ ton visage et tes cheveux sont délicats, je trouve ta personne adorable, amusante, et tu es beaucoup plus ouvert que Zélos -chose pratique quand on est avec moi- j'aime ta démarche, tes expressions, tes réactions, ta façon de parler...
C'était léger, mais je percevais de la satisfaction, et peut être un peu de gêne sur son visage.
- En bref, tu es très mignon et adorable, j'en mangerais ♥ Tu es gêné on dirait ? ♥
- C'est la première fois que ta description est aussi claire, je crois.
- J'ai pas l'habitude de devoir faire des rédactions sur les gens...
- Je ne sais pas comment je dois le prendre.
Je plaçai mes mains sur ses hanches et déposai des baisers sur son cou.
- Comme ça, ça me paraît être une bonne idée...
Il me repoussa.
- Ce n'est pas une bonne idée de faire ça ici... Les gens peuvent rentrer, il ne faut pas plus attiser les soupçons.
- Roh... Tu n'aimes pas les prises de risques de ce genre ? Moi, je trouve ça excitant ♥
- Je ne trouve pas ça excitant de perdre son travail, non.
- Mais non, je me débrouille toujours. Au pire ce n'est pas grave si je ne suis plus professeur dans cet endroit, tant que je peux te voir.
- Vraiment ?
- Oui, je préfère. Je suis sûr que toi aussi ♥ au fait, je ne t'ai pas retourné la question... Qu'est ce que tu aimes, chez moi ?
Je décidai de le taquiner un peu, il doit avoir beaucoup de choses à dire à ce sujet.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zelos

avatar

Profil MBTI : ISFJ (ISTJ)
Couleur : #996633
Messages : 189

MessageSujet: Re: Akagi [15]   Lun 22 Déc - 23:20

Je ne m’étais pas du tout attendu à ce genre de réaction de sa part. Lui qui d’ordinaire éludait toutes mes questions de manière expéditive avait aujourd’hui répondu clairement à mes interrogations. Il avait même l’air d’enfin accepter que son ex et moi étions bel et bien deux personnes différentes. Et pourtant, contrairement à mes attentes, il ne m’avait pas rejeté. Au contraire, il semblait même me trouver mieux que lui sur certains points.
Tout cela me paraissait tellement soudain que je me demandais s’il ne mentait tout simplement pas pour que j’accepte ses avances. J’envisageai même un moment que le réel Akagi soit mort et que c’était son fantôme qui me parlait désormais. Il fallait croire qu’il avait fini par me contaminer avec ses histoires abracadabrantes. Il valait cependant mieux que je garde mes doutes pour moi-même, au risque de tout gâcher.
C’était la première fois que j’avais l’impression d’être réellement au centre de ses intérêts. Ce n’était certainement pas le moment de faire une gaffe et de le décevoir.
- J’aime beaucoup de choses chez vous, est-ce que vous voulez vraiment tout entendre, vous qui n’aimez pas les longs discours ?
- Un résumé me suffira.
- Vous savez déjà que votre physique est extrêmement avantageux alors passons directement à l’essentiel. J’aime votre persistance et votre assurance, il est difficile d’y résister, même si cela peut paraître agaçant au début. Je crois que je commence même à apprécier votre maladresse en ce qui concerne le romantisme, même si j’apprécierais à l’avenir que vous n’envoyiez pas les cadeaux qui me sont destinés à quelqu’un d’autre.
- Pourquoi est-ce que tu te sens obligé de pondérer chacun de tes compliments par des reproches ?
- Parce que j’aimerais éviter que vous ne preniez encore plus la grosse tête. Mais après réflexion, je ne suis pas sûr que ce soit possible…
- Oublions ce que tu viens de dire.
- Je crois que ce que je préfère chez vous est votre manière de me faire me sentir important en dépit de tout le reste. Vous ne semblez pas accorder d’importance à beaucoup de choses. Cela a également un certain charme d’ailleurs. Et rester avec vous est rassurant et apaisant. En fait vous avez tout du cliché du bad boy au cœur tendre, ça doit être pour cela que vous représentez le fantasme de la moitié de la fac.
- J’apprécie moyennement cette comparaison.
- Pourtant c’est très sexy.
- Alors passons aux choses sérieuses ♥
- J’ai déjà épuisé mon temps de parole ? J'avais encore beaucoup de choses à dire.
- Depuis bien longtemps ! J’ai déjà eu la bonté de te laisser finir ta phrase alors estime-toi heureux.
- Vous êtes tellement généreux…
- N’est-ce pas ?
- C’était ironique et vous le savez très bien.

Il ne sembla pas m’écouter et commença à essayer de me déshabiller. Il me fallut quelques secondes avant de réussir à rassembler mes esprits et le repousser à nouveau.
- Ecoutez, j’ai bien conscience que vous avez fait de gros efforts pour moi, et que vous acceptez peu à peu l’idée que je ne suis pas un fantôme, mais j’aimerais avoir un peu plus de temps pour faire le point.
- Je ne fais que cela depuis le début, te laisser du temps, tu ne voudrais pas te dépêcher pour une fois ?
- J’aimerais bien, mais je suis complètement incapable de me concentrer dans ces conditions.

- Tu n’as pas besoin de te concentrer, laisse-moi faire ♥
Il fallait bien avouer que l’idée était tentante. Je n’avais qu’une envie : conclure les choses entre nous une bonne fois pour toutes. Cependant il aurait probablement été une mauvaise idée de craquer maintenant. Je ne le connaissais pas encore assez, il valait mieux que je prenne mon temps afin de m’assurer qu’il ne m’avait pas juste dit tout ce que je voulais entendre sans en penser le moindre mot. Candy avait beau croire dur comme fer en sa sincérité, j’avais encore du mal à me débarrasser de ma méfiance. Surtout après tout ce que Hishigi m’avait dit.
- Pas ici, d’accord ? Je ne veux pas qu’on nous surprenne.
- Dans ce cas rentre avec moi ce soir.
- Je ne peux pas, j’ai des choses à faire.
- Qu’y a-t-il donc de plus important que moi ?
- Mes études par exemple.
- Tu es beaucoup trop studieux, tu as besoin de te détendre.
- C’est important pour moi, je suis venu ici dans le but d’étudier alors je ne vais pas tout envoyer juste pour… m’envoyer en l’air justement. Si je rate mes examens je serai obligé de rentrer chez moi et nous n’aurions plus l’occasion de nous voir.

- Non, tu resteras ici avec moi.
J’avais de plus en plus de mal à résister à son ton directif, surtout lorsqu’il sous-entendait ainsi qu’il avait envie de passer du temps avec moi.
- Je ne vais pas m’envoler vous savez, attendons le moment opportun, nous avons tout le temps du monde devant nous. Les choses se passeront naturellement le moment venu.
Avait-il peur que je disparaisse comme son ex ? Cette hypothèse venait seulement de m’effleurer. Il était vrai qu’à sa place j’aurais voulu accélérer les choses et m’assurer de le garder dans ma vie.
- Je vous promets que je n’essaye pas de m’échapper. J’ai très envie de rester avec vous – et très envie de vous tout court également – mais j’aimerais éviter de précipiter les choses. Cela va certainement vous paraître nunuche mais j’ai envie que tout soit parfait pour notre première fois.
Il parut réfléchir un petit moment avant de répondre.
- Je vais laisser passer ce caprice pour cette fois, mais j’espère que tu te montreras rapidement plus raisonnable. Et j’espère surtout que tu réalises qu’il s’agit d’un immense effort de ma part.
- Oui, merci, je vous le revaudrai.
Je l’embrassai une dernière fois avant de me diriger vers la porte et de quitter son bureau.

[vers le quartier résidentiel]

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akagi

avatar

Profil MBTI : ESTP
Masculin
Couleur : =#990000
Messages : 126
Localisation : Sur le toit du lycée.
Emploi/loisirs : Dormir. Faire souffrir les élèves.

MessageSujet: Re: Akagi [15]   Dim 11 Jan - 19:21

J'étais très frustré par la demande de Zéphyr, cela m'avait demandé un grand effort de rester calme. Je songeai à sécher le dernier cours qu'il me restait de la journée et rentrer. Mes fans allaient certainement encore me harceler pour savoir ce qui m'a pris de les abandonner... Enfin, ce n'est pas comme si j'y prêtais énormément d'attention. C'est surtout Zéphyr qui risque un peu plus. Il faudra que je veille plus à sa sécurité à la fac, et ailleurs aussi quand je pourrai le voir plus souvent, je refuse de perdre quelqu'un à qui je tiens vraiment une seconde fois... D'autant qu'il court de vrais risques étant donné qu'il a l'apparence de Zélos, un ex ange. Il ne faudrait pas qu'il se fasse attaquer par des démons ou des anges mal intentionnés... Et ce médecin, Narcisse, j'espère qu'il n'aura plus jamais affaire à lui.
Je pris mes affaires et partis en direction de chez moi en prenant soin d'éviter les regards des fangirls/fanboys.

[Vers le quartier résidentiel]

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Akagi [15]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Akagi [15]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Unknown Fate :: Monde Humain :: Leema :: Université-
Sauter vers: