Dieu, fainéant et se faisant trop vieux pour jouer aux Sims avec les humains, il envoie ses anges chercher un humain qui pourrait le remplacer. Les prétendants au titre devront prouver leur valeur en faisant... ce qui amusera Dieu sur le moment.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Nolan [7]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nolan

avatar

Couleur : #669999
Messages : 16

MessageSujet: Nolan [7]   Dim 8 Oct - 20:06

- Bonjoooooooour.
- Encore toi ? Je ne devrais plus être surpris.
- Comment vas-tu ?
- J'allais bien avant d'être dérangé.
- Moi aussi je vais bien.
- Je n'avais rien demandé.
- Mais tu te le demandais je sais.
- Quelle est la raison de ta venue cette fois ?
- Et bien je voulais prendre des nouvelles de mon frère.
- Il va très bien, il s'en est sorti. Tu t'intéresses vraiment à son sort ? J'ai du mal à y croire, tu ne le connais même pas.
- Tu penses que je ne m'intéresse pas aux gens ? Tu as tort.
- Cela n'est pas flagrant en tout cas.
- Pourtant je m'intéresse à toi non ?
- Oui, beaucoup trop d'ailleurs. Et pour une raison que je ne m'explique pas.
- Je m'intéresse à toi parce que tu es intéressant.
- C'est beau ce que tu dis.
- Mais je suis juste venu te remercier pour ton aide de l'autre fois, je ne viens pas te harceler. Je t'aurais bien envoyé un message pour ne pas te déranger mais je n'ai pas ton numéro de téléphone.
- Je vois.
- Alors, tu as réfléchi à la récompense que tu souhaitais ?
- Je t'ai déjà dit que je ne voulais rien.
J'étais déçu, je voulais absolument lui renvoyer l'ascenseur mais il était têtu. Que pouvait-il bien vouloir ? Je ne le connaissais pas assez pour savoir ce qui lui ferait plaisir. A part être laissé en paix visiblement. Ce dont je ne tenais pas vraiment compte.
- Qu'est-ce que tu aimes dans la vie ?
- Rien.
Cela ne m'aidait pas beaucoup comme information. Peut-être valait-il mieux essayer d'en savoir plus par ceux qui le connaissaient bien.
- Tu as des amis ?
- Non.
Il avait apparemment décidé de ne répondre à aucune de mes questions. Pas très coopératif.
- Est-ce qu'il faut absolument avoir un trou béant dans le ventre pour avoir ton attention ?
- Non, cela ne serait même pas suffisant.
- Hmm....
Ce n'était pas une solution viable. Cela n'avait pas été une expérience très agréable. Surtout que rien ne garantissait qu'il daigne vraiment me parler à ce moment-là. A la limite mieux valait que je tue quelqu’un et que je le ramène ici, cela serait moins compliqué - sans parler de la douleur que cela m’épargnerait. Enfin pas tuer non, il fallait qu’il soit en vie pour que cela ait une quelconque utilité. Je ne voulais pas être directement expédié à la morgue ou aux pompes funèbres. Bien que cela représenterait des lieux plus calmes pour penser et discuter. Enfin, il ne serait pas là, il ne me resterait qu’à discuter avec des cadavres. Il y avait de meilleures manières d’occuper mon temps. Enfin, de toute manière, après ce qui s’était passé avec mon « frère » il n’y avait aucune chance qu’il ne tombe dans le panneau. Il m’enverrait probablement bouler sans un regard.
J’avais déjà perdu son attention. Il semblait vaquer à ses occupations en remplissant des piles de paperasse inintéressante et en se faisant régulièrement happer par des infirmières débordées. Elles se faisaient elles aussi renvoyer sèchement. Je n’étais pas le seul à recevoir pareil traitement. Peut-être étais-je même privilégié ? Comment savoir si j’étais sur la bonne voie ? Il devait bien un avoir au moins une personne ici capable de me renseigner à son sujet. Même s’il n’avait aucun ami - ce qui était hautement probable au vu de son caractère de cochon - ses collègues devaient bien le connaître un minimum. Pour le moment je ne voyais personne démarrer une conversation un tant soit peu personnelle avec lui. Son téléphone personnel ne sonnait pas non plus. Sa vie sociale était donc réellement aussi inexistante ? Pourquoi ne pas profiter de ma compagnie dans ce cas ? Avait-il subi un traumatisme qui l’avait poussé à se renfermer ainsi ? Le contact humain finissait toujours par manquer même aux gens les plus solitaires, depuis combien de temps était-il dans cet état ?

- Tu es encore là ?
- Visiblement oui. Je te manquais ?
- Pas du tout, mais tu es dans le passage.
- Tu préfèrerais que nous allions discuter ailleurs ?
- Non, je veux juste que tu sortes d’ici et que tu me laisses travailler.
- Tu as l’air de mauvaise humeur, je pourrais te faire un massage.
- Tu ne m’écouteras donc jamais ?
- Ca veut dire que tu comptes me parler toute ta vie ?
- Tu vas chercher des sous-entendus très obscurs à ce que je dis…
- Ne t’en fais pas je n’ai pas peur de l’engagement.
Il me regarda d’un air consterné, auquel je répondis par un sourire amusé.
- Je suis sérieux. Tu m’intéresses vraiment. Je ne suis pas du genre à me lasser.
- Oui c’est bien ce qui m’inquiète…
- Tu t’inquiètes trop.
- Qui ne s’inquièterait pas à ma place ? Je me fais harceler et même suivre à mon travail.
- Par qui ?
- Sérieusement ?
- Je ne te harcèle pas, c’est toi qui m’as adressé la parole. Je n’ai fait que répondre.
- Et refuser de faire ce que je demandais par la même occasion.
- Tu veux vraiment que je parte ?
- OUI.
- é.è
- …
- D’accord.
Je regardai un peu les alentours pour me repérer. Cet hôpital était un véritable labyrinthe. Tous les couloirs se ressemblaient, blancs, froids, et débordant de gens agités. Je m’apprêtais à me diriger vers la sortie mais changeai d’avis au dernier moment.
- Je ne veux pas paraître insistant mais…
- Alors pourquoi l’es-tu ?
- Parce que c’est important. Si tu arrêtais de me couper la parole nous irions plus vite.
Il soupira.
- Je t’écoute, je ne pense pas avoir le choix de toute manière.
- Je peux être ce dont tu as besoin. Juste quelqu’un à qui se confier lorsque tu en éprouveras le besoin. Quelqu’un qui ne te jugera pas. Quelqu’un dont tu n’auras pas besoin de t’occuper. Cela ne serait pas désagréable non ? Enfin, tu n’as même pas besoin de me donner de réponse. Je ne veux plus que tu te dises que tu n’as pas le choix. Tu peux faire absolument tout ce que tu veux. Je peux t’y aider si c’est ce que tu veux. Ou te laisser tranquille. Je ne t’embarrasserai pas de contraintes.
- Ton comportement ne laisse pas entendre que tu es quelqu’un de très obéissant pourtant. Je crois moyennement à ton discours nunuche.
- D’accord.

Cela ne servait à rien d’insister. Plus je tentais de l’ouvrir plus il se fermait. L’initiative devait venir de lui. Je ne devais pas le braquer davantage, même si j’avais très envie de continuer la discussion. J’avais toujours été intéressé par les gens torturés. Celui-là ne montrait pas vraiment de tristesse mais tout semblait pointer dans la direction d’un mal-être camouflé. J’espérais que je ne me trompais pas sur toute la ligne. Et surtout qu’il finirait par revenir vers moi.
J’avais d’autres choses desquelles m’occuper en attendant. Rei devait avoir un bébé. Daemon était grand. J’étais déjà en retard. Quelle humiliation… Il fallait que je me tienne bien plus au courant des actualités en Enfer si je voulais prétendre à être un digne serviteur de Lucifer.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Nolan [7]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» MBTI The Dark Knight
» les gauchistes sont plus sensible ?
» prière pour nolan
» Pour la famille de Nolan

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Unknown Fate :: Monde Humain :: Aloss :: Hôpital-
Sauter vers: