Dieu, fainéant et se faisant trop vieux pour jouer aux Sims avec les humains, il envoie ses anges chercher un humain qui pourrait le remplacer. Les prétendants au titre devront prouver leur valeur en faisant... ce qui amusera Dieu sur le moment.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Venise [1]

Aller en bas 
AuteurMessage
Venise

avatar

Couleur : #669999
Messages : 6

MessageSujet: Venise [1]   Dim 10 Juin - 1:07

It never fades away, it's staying
Your kiss like broken glass on my skin
And all the greatest loves end in violence
It's tearing up my voice, left in silence
Baby it hit so hard, I'm holding on to my chest
Maybe you left your mark, reminding me to forget
It doesn't matter where you are, you can keep my regret
'Cause baby I got these scars, reminding me to forget
Reminding me, I got these scars, get your love
Keep reminding me, ooh, to forget your love
You left your mark (my heart)
You left your mark, reminding me to forget
You left your mark (my heart)
You left your mark (understand)

There's no room in war for feelings
Hurt me to the core, still healing
And I know you're no good for me

So I try to forget the memories

Remember I told you
To save it, it's over
And I'll be alright
So hurt me as much as you like
I need you to let go
I got these mementos
And I'll be alright



You left your mark (my heart)
You left your mark, reminding me to forget

_________________


◊ To you ◊ :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Venise

avatar

Couleur : #669999
Messages : 6

MessageSujet: Re: Venise [1]   Dim 10 Juin - 1:47

Je me tenais sur l’estrade. Des soldats arrivaient encore, venant s’ajoutant à la foule déjà bien nombreuse. Il y avait trop de monde à mon goût. Voir cette masse rose pâle se mouvoir doucement au gré des nouvelles arrivées et des divers chuchotements attristés était quelque peu intimidant. Je n’avais jamais été très à l’aise en public. Même devant ma propre armée j’avais parfois des hésitations, alors devant la quasi intégralité des soldats du Paradis… Mais le plus dur était de briser la glace, il fallait simplement que je me lance.
Je portai mon poing à ma bouche et toussai légèrement, à la fois pour attirer l’attention des spectateurs et pour dissiper la boule qui s’était formée dans ma gorge. Il était plus que temps de commencer.
- Chers amis, aujourd’hui est un jour bien rose pour le Paradis. Comme vous le savez…
Je marquai une pause et baissai le regard. Je devais avoir l’air dévasté. Je ne l’étais pas suffisamment. Etait-ce le moment de verser une larme ? Non, il était probablement trop tôt.
- Le maréchal Yoyo nous a quittés… Lâchement assassiné par l’Enfer, qui lui a tendu un piège vicieux.
Une vague d’indignation sembla parcourir la foule.
- Aujourd’hui, je perds un frère. Toutefois, il serait égoïste de s’arrêter à dire cela car aujourd’hui, nous perdons tous notre frère. Je suis le mieux placé pour vous dire qu’il vous considérait non pas comme des collègues mais comme son propre sang.
A vrai dire, il considérait même les autres maréchaux comme sa vraie et unique famille. Moi, je n’étais rien. Ce n’était donc pas un mensonge. Une petite lueur de vérité au sein d’un tissu de mensonges. C’était le mieux que j’avais réussi à atteindre.
- Il était pourvu de toutes les qualités. Ce sont ces mêmes qualités qui ont conduit à sa mort.
Ca et son imprudence probablement. Et sa fierté mal placée. Je savais qu’il avait frimé et provoqué ses adversaires, je ne l’imaginais pas autrement.
- Il a voulu défendre le Paradis. Nous représentons ce qu’il y avait de plus cher à son cœur. Il est intervenu, seul, avec sa bravoure habituelle, pour sauver les civils sur Terre. Il aurait pu leur tourner le dos. Il aurait pu demander de l’aide. Mais il a choisi de risquer uniquement sa vie afin de préserver les leurs et les nôtres.
Je ne pouvais tout de même pas lui retirer cela. Son intention était louable.
- C’est grâce à lui que nous sommes tous là aujourd’hui. Et je lui en serai éternellement reconnaissant.
En effet, si son sacrifice avait permis d’éviter celui de Mochi, je ne pouvais m’empêcher d’éprouver une certaine forme de soulagement. C’était mal. Et stupide. Surtout que je n’étais personne pour lui non plus. Connaissait-il seulement mon prénom ?
Je m’attardai quelques secondes à regarder les maréchaux, qui occupaient naturellement le premier rang. Ils semblaient tous bouleversés. C’était prévisible. Cela faisait bien longtemps que l’un des leurs n’était pas mort après tout… Cela me peinait de voir Mochi si triste. Et également de me dire que je ne serais jamais à la hauteur pour eux. Je n’étais que le petit frère du grand maréchal Yoyo. Un enfant devenu général seulement grâce à son influence, et qui allait récupérer tous ses lauriers sans en mériter aucun. Un usurpateur. Mais je n’avais jamais voulu prendre sa place. Je savais pertinemment où était la mienne.
Je laissai les larmes poindre aux coins de mes yeux. C’était approprié pour la situation. Même si je ne pleurais pas exactement pour les raisons qu’ils pensaient. Malgré la mort de mon frère, je pleurais surtout mon propre sort… Evidemment que je n’étais pas à sa hauteur, je ne pensais qu’à moi.
Je remarquai Alexei dans la foule. Naturellement aux côtés de Mochi. J’étais également soulagé qu’il soit sain et sauf. Même si je ne l’imaginais pas prendre autant de risques que certains maréchaux – et que son petit frère – je ne pouvais m’empêcher de m’inquiéter également pour lui. J’espérais qu’il ne se retrouverait jamais dans ma situation. La mort d’un membre de sa famille l’anéantirait probablement. Il était très proche d’eux. S’inquiétait-il pour eux en ce moment ? C'eut été on ne peut plus compréhensible. Ou bien pleurait-il seulement la mort de mon frère ? Intérieurement du moins. Mais je m'égarais.
- Il était l’un des meilleurs d’entre nous.
Il était certainement dévoué en tout cas, malgré ses défauts.
- Je l’ai toujours admiré. D’aussi loin que je me souvienne. Alors que je n’étais qu’un enfant, je voulais devenir comme lui.
Y repenser me rendait le cœur lourd. Mon frère d’avant, j’avais dû en faire le deuil avant eux. Les maréchaux me l’avaient pris. Il avait cessé de faire partie de ma famille au moment il avait commencé à faire partie de la leur. Ils en avaient fait cette personne hautaine et inaccessible pour les gens du commun.
- Je pense que nous pouvons tous prendre exemple sur sa conduite exemplaire. Son sacrifice ne sera pas oublié et je promets qu’il ne sera pas vain non plus. Aujourd’hui est un jour de deuil. Demain sera un jour de vengeance.
Nous ne pouvions pas laisser l’Enfer continuer à perpétrer de tels massacres sans sérieuses représailles. C’était terrifiant. Que l’un de leurs soldats arrive à le tuer était inquiétant, même s’il avait baissé sa garde. Nous étions dans une position difficile.
Même si nous ne nous entendions plus, il restait tout de même mon frère. Je ne pouvais pas leur pardonner ce qu’ils lui avaient fait subir. C’était inhumain. Même pour des démons. Cette photo… Elle me hanterait probablement jusqu’à la fin de mes jours, dès que je fermerais les paupières.
- Mais j’aimerais vous dire une dernière chose. Malgré les lourdes circonstances actuelles, mon cœur ne peut s’empêcher de se réjouir de nous voir tous ainsi réunis autour d’une même cause. Je ne doute pas que grâce à cela, nous serons bientôt unis dans la victoire.
Je fermai les yeux.
- Je sais qu’il aurait pensé la même chose. Il vous aurait dit en souriant : soyez forts.
Son sourire habituel, dépourvu de la moindre inquiétude.
Et si tu t’étais un peu plus inquiété tu serais peut-être encore en vie aujourd’hui Yoshi. C’est la deuxième fois que tu m’abandonnes…
J’essuyai rapidement les restes de larmes sur mes joues et mis mes mains devant moi afin de faire apparaître une couronne composée de fils de lumière dorée. Ces derniers étaient mobiles et s’entremêlaient dans de multiples tresses complexes. De ce bel ensemble se dégageait une agréable chaleur.
Chacune des personnes présentes porta ses bras en forme de croix sur son torse.
- Yoshi… Au nom de tous, merci. Ta vie aura été une bénédiction pour nous dont nous n’avons que trop peu profité. Nous te garderons tous dans nos mémoires, car ta place était parmi nous. C’est un honneur pour moi aujourd’hui d’avoir été désigné pour apporter la paix à ton âme.
Je fis lentement léviter l’auréole de lumière. Sentir la chaleur s’éloigner doucement de mes mains était étrange. Comme si je sentais la chaleur de sa peau s’échapper sous mes doigts alors que la vie le quittait lentement mais sûrement. De nouvelles larmes menacèrent de poindre, que je refoulai tant bien que mal.
- Je suis sûr que ce n’est qu’un au revoir.
Nous gardâmes tous nos poses respectives – moi les bras tendus, les paumes tournées vers le ciel, et les autres les bras croisés – tant que la lumière fut visible. Lorsqu’elle disparut finalement dans le bleu du ciel, quelque chose sembla se briser en moi. Comme si ce n’était que maintenant qu’il nous avait quitté. Pourtant ce n’était pas son âme, juste un artifice. Il était mort. Cette cérémonie n’avait aucun sens. Tout cela n’était qu’un vaste gâchis. Pourquoi donc avait-il jeté sa vie aux orties ?
Je t’aimais malgré tout. J’espère que tu le savais.
La foule commençait à s’agiter. Je quittai donc rapidement mon estrade et rejoignis Alexei avant que la confusion ne s’installe et que je ne sois incapable de le retrouver.
- Tu aurais une minute ?
- Oui bien sûr. Et toutes mes condoléances pour ton frère...
- Merci...

Nous nous isolâmes un peu plus loin.
- Alors… est-ce que c'était bien ? Je n’ai pas vraiment l’habitude de ce genre de cérémonie ni de faire des discours… Heureusement d’ailleurs. Je ne tiens pas particulièrement à subir d’autres pertes. Une seule est déjà suffisamment éprouvante.
- C’était parfait, ne t’en fais pas. Très émouvant. Et rassure-toi nous ne laisserons pas à l’Enfer l’occasion de recommencer, les maréchaux préparent déjà leur stratégie de réponse. Ce genre de chose ne se reproduira plus.
- A ce sujet d’ailleurs… Je suppose que tu le sais déjà mais… j’ai été désigné pour remplacer mon frère… Temporairement bien sûr. Le temps de trouver un nouveau maréchal compétent et adapté à nos armées. Comme je suis son frère et que je faisais partie de sa division il a été décidé que j’allais assurer la transition…

Indépendamment de ma volonté évidemment. Elle ne semblait pas avoir une grande importance.
- Oui j’en ai entendu parler. Tu n’as vraiment pas l’air ravi à ce sujet. Enfin je me doutais bien que tu ne sauterais pas de joie, je sais que ce n’était pas vraiment ce que tu avais en tête pour ton avenir, mais je ne pensais pas non plus que cela t’affecterait à ce point. Si tu veux je peux discuter avec les maréchaux pour voir s’il est possible de chercher directement un autre remplaçant, je pense qu'ils seraient prêts à y réfléchir.
- Non, non. Ne t’en fais pas. C’est juste le choc des événements… Mes parents sont fiers que je prenne sa place, ils en sautilleraient presque sur place. Si tu les voyais... Je ne voudrais pas les décevoir. Pas après la mort de leur fils aîné. Ils espèrent que je récupère son poste définitivement je suppose…
Ce qui ne risquait pas d’arriver. Mais cela me laisserait également l’occasion de me rapprocher de Mochi. Ce serait probablement la seule chance de ma vie de le faire. Je ne voulais pas la laisser passer, même si j’étais terrorisé à l’idée de ce qui allait s'ensuivre. Je n’avais pas l’étoffe d’un maréchal, je le savais. Il était inutile de me bercer d’illusions. Allais-je vraiment réussir à me faire respecter par les maréchaux et me faire obéir par les autres généraux de ma division ? Hautement improbable.
Alexei posa une main qui se voulait rassurante sur mon épaule.
- Tout va bien se passer. Je comprends que ce soit une situation stressante mais je serai là si jamais tu as besoin de conseils.
- Merci… Je sais que je peux toujours compter sur toi. Nous verrons bien comment tout cela se passera le moment venu. J’ai une autre question pour toi en tout cas… Ça va peut-être te paraître bizarre…
- Je t’écoute ?
Je fis à nouveau apparaître les fils de lumière dorée. Ressentir une nouvelle fois la douce chaleur qu'ils émettaient était rassérénant.
- Est-ce que tu crois qu’il existe quelque chose après la mort pour nous ? Nous ne sommes pas comme les humains… J’ai du mal à accepter que mon frère ait pu être juste … effacé, comme ça. D’un claquement de doigt. Il ne me reste plus rien de lui.
Peut-être que je ne le méritais pas. Je ne l’avais pas apprécié à sa juste valeur. J’aurais peut-être pu faire mieux, je n’en saurais jamais rien. C’était trop tard. Pour tout, et surtout pour les regrets.
- En tout cas j’aimerais croire qu’il est en paix. Mais tout ça…
J’écrasai brusquement entre mes mains l’auréole, qui se dissipa aussitôt en une jolie nuée de poussières brillantes.
- Ce ne sont que des illusions n’est-ce pas ? Tout est fini…

_________________


◊ To you ◊ :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexei

avatar

Profil MBTI : ENFJ
Couleur : #ffff00
Messages : 5

MessageSujet: Re: Venise [1]   Ven 15 Juin - 17:26

Je devais avouer que répondre à une telle question venant de d'un ami qui vient de perdre son frère n'est pas chose facile. Ne pouvant pas répondre à cette question de façon sûre et certaine, je me demandais : qu'est-ce qu'il aimerait entendre ? Qu'est-ce qui le rassurerait ? Je suppose que peu de choses seraient réjouissantes dans ce genre de cas.
- C'est dur de répondre avec certitude à cette question, Léviathan ne nous ayant jamais vraiment expliqué ce qui se passait après... Mais je reste persuadé que son esprit -ou du moins sa présence de quelque nature qu'elle soit- est ce qui fait que nous sommes capables de ressentir de la chaleur émanant des fils que tu génères. Ce n'est probablement pas anodin.
- Tu penses vraiment ?
Pour étayer mes propos, je les fis apparaître à mon tour.
- Oui, tu vois ? C'est chaleureux, car c'est un hommage que nous lui rendons et il nous en remercie à sa façon.
- C'est dur à imaginer malgré tout, Léviathan n'a surement pas prévu autant de "vies" après la mort, il n'avait pas de raison de le faire...
- Il est impossible de savoir exactement ce que pensait Léviathan tu sais, surtout pour nous avoir créés nous. Mais même si ce n'est pas quelque chose de certain le plus important est que tu y crois, n'est-ce pas ?
- Je suppose que tu as raison...
Il resta quelques secondes à contempler ce que j'avais généré.
- Tu sais, même si votre relation était devenue compliquée avec les années et que vous vous êtes éloignés, je suis certain qu'il te portait toujours dans son coeur.
- Ça aussi, c'est dur à imaginer... et surtout d'en être certain.
- Pour l'avoir un peu fréquenté, je le pense. Tu étais quelqu'un d'important pour lui.
- Ça n'a plus d'importance de toute manière... Qu'il ait encore une présence ou non, qu'il ait tenu à moi ou non, c'est de l'histoire ancienne désormais. Je ne devrais pas m'appesantir dessus, je dois arrêter d'y penser.
Le voir dans cet état m'attristait, mais si je le montrais il en serait d'autant plus affecté, et sachant qu'il devait déjà gérer son deuil je préférais ne pas en rajouter.
- Est-ce qu'éviter d'y penser est vraiment une solution ? De ce que je sais lors d'un deuil, il vaut mieux apprendre à accepter cette disparition, accepter les moments passés, et ne se tourner vers l'avenir quand tu seras prêt. Cela dit c'est quelque chose de très personnel et c'est à toi de trouver l'approche qui te convient le mieux, mais je pense que fuir la situation ne t'aidera pas.
- Tu as déjà eu à perdre quelqu'un de cher, toi ?
- Des soldats dans ma division, oui... Mais ce n'est pas comparable à ce que tu vis toi.
- Oui, j'imagine...
- D'ailleurs ça me scandalise qu'ils te forcent à reprendre les reines de la division de ton frère aussi tôt, ils auraient pu te laisser au moins quelques jours de repos. Ce que tu vis n'est pas anodin.
- Etant en situation de crise je suppose que c'est normal qu'ils aient tenu à ce que je reprenne rapidement le rôle... Je sais à quel point mon frère était important pour le paradis...
- Certes, mais ce n'est pas considéré de leur part. D'autant que tu ne tenais pas à faire ça à l'avenir...
Cela dit, je suppose que ça lui permettra de parler à Mochi plus souvent.
- Cette situation me convient pour le moment, je l'accepte plutôt bien ne t'en fais pas pour ça.
- Je suppose que tu pourras découvrir de nouvelles personnes et faire ton deuil avec eux également.
- Oui... Je m'inquiète aussi pour Mochi, il était assez proche de mon frère lui aussi. Plus que moi-même.
- Je suppose qu'en effet, tu pourras apprendre à mieux le connaître, même si le cadre n'est surement pas approprié à ce que tu voulais...
J'espérais que cette nouvelle proximité avec Mochi n'allait pas le faire souffrir d'autant plus, raison pour laquelle je voulais aborder le sujet avec lui.

_________________

Eyes on me:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Venise

avatar

Couleur : #669999
Messages : 6

MessageSujet: Re: Venise [1]   Dim 8 Juil - 16:57

- Oui c’est vrai. Mais c’est probablement mieux comme ça.
C’était quand même fou dans un sens d’être si obsédé par quelqu’un que je ne connaissais pas si bien. Je l’avais beaucoup vu, notamment avec mon frère, mais nous n’avions quasiment jamais eu d’interactions. Et s’il s’avérait être complètement différent de l’image que je m’étais faite de lui ? Ce serait probablement pour le mieux. Il me fallait une raison de passer à autre chose. Étrangement, je n’y croyais pas vraiment. Et si cette idéalisation ne s’arrêtait jamais ? Et si tout empirait ? C’était un coup de poker que j’étais déraisonnable de tenter.
- Tu as pris cet élément en compte dans ta décision ?
- Evidemment. Je ne le fais pas pour lui, je ne m’attends à rien. Je sais que ce n’est que temporaire. Je ne serai jamais vraiment l’un d’eux.
- Tu m’as l’air bien défaitiste. Tu sais, il est toujours temps de faire marche arrière. Ne te force pas à prendre ce rôle pour les mauvaises raisons.
- Quelle serait une bonne raison d’endosser toutes ces responsabilités ?
- De vouloir devenir Maréchal pour toi-même. Le reste ne devrait pas avoir autant de poids dans la balance.
Je ne le voulais pas. Avant peut-être, à l’époque où tout ce que mon frère faisait me semblait être le chemin à emprunter sans un regard en arrière. Il n’était plus mon modèle. Je savais désormais le fossé qui nous séparait. Étais-je sûr de savoir pourquoi je tenais absolument à combler son absence dans les rangs des Maréchaux ? Pour mes parents ? Pour sa mémoire ? Pour Mochi ? Sans ces éléments j’aurais probablement refusé. Le rôle de Général m’allait parfaitement, je n’avais pas envie de m’impliquer davantage. Je serais mort sans un regret pour le Paradis. Mais les anges qui avaient décidé de vivre sur Terre n’en faisaient pas partie à mes yeux. Pourquoi me sacrifier pour des étrangers ? Yoshi était trop gentil. Je ne voulais pas finir comme lui, tué pour protéger des êtres insignifiants, en laissant toutes les personnes importantes derrière. C’était une vision assez égoïste du monde, qu’un Maréchal ne pouvait pas se permettre. Je ne voulais pas être un héros. A quoi bon ?
- Je ne peux pas dire que je ne le fais pas pour moi mais c’est vrai que je ne le fais pas pour les bonnes raisons. Au moins j’en ai conscience. Je ferai attention.
- Tu es sûr de toi ?
- Oui. J’aimerais que ma famille soit fière de moi. Je n’ose même pas imaginer la déception de mes parents si je refusais.
- Ils comprendraient. Tu as perdu ton grand-frère, n’importe qui aurait besoin de temps pour s’en remettre. Ils sont les mieux placés pour savoir ce que cela fait.
- J’aimerais tout de même être à la hauteur de leurs attentes.
Pour une fois. Ils avaient perdu leur fils adoré, qui les rendait toujours si fiers. Même s’il ne venait quasiment plus nous voir, ils avaient toujours un immense sourire en parlant de lui. C’était fini désormais. Ils m’aimaient bien sûr, mais pas autant que leur aîné. C’était logique, je ne les blâmais pas. Je l’avais moi-même préféré à eux. Peut-être que le fait que je reprenne son rôle les aiderait un peu à en faire le deuil. Ne leur devais-je pas au moins cela ?
- Tu sais qu’ils sont déjà fiers de toi. Tu t’imagines leurs attentes, et je suis sûr que leurs attentes réelles sont bien inférieures à ce que tu t’imposes. Tu devrais en discuter avec eux si ça peut te rassurer.
- Ils ne vont pas oser dire à leur propre fils ce qu’ils attendent vraiment, ils ne veulent pas me blesser.
- Ils ne sont pas aussi tournés vers la réussite militaire que tu le laisses entendre. Ils préfèreraient que tu sois heureux. Je suis persuadé qu’ils te laisseraient même quitter ton poste de Général si tu le voulais vraiment.
- Même si tu les connais bien je pense tout de même que tu es biaisé. Ils ne se comportent pas de la même manière avec moi seul et avec des gens.
- C’est normal, cela ne veut pas dire que ta volonté n’est pas ce qu’il y a de plus important à leurs yeux. Je sais faire la part des choses. Regarde mes parents par exemple. Ils ne tolèreraient pas que j’abandonne l’armée et même devant des gens ils ne changeraient pas de discours.
J’eus un sourire amusé.
- Comparons ce qui est comparable. Mes parents sont à des années lumières des tiens mais cela ne change rien au fait  que mon poste est important pour eux. Les Nili sont des cas à part. Ils sont uniques au sein du Paradis.
- C’est le moins que l’on puisse dire.
- Mais ils ont raison d’être exigeants, leurs enfants tournent bien tu vois. Ils peuvent être fiers de vous.
J’avais toujours apprécié ses parents. C’était probablement beaucoup plus simple en n’étant pas leur enfant. Ils faisaient toujours en sorte que je me sente chez moi lors de mes visites. Ils étaient charmants. Bizarres certes, mais charmants. Du moins avec moi.
- En tout cas tu peux admettre que tu n’as pas autant de pression que ça de la part de tes parents n’est-ce pas ?
- Par comparaison, je suppose que non. Mais il n’y a pas que ça. Si mon frère est encore là quelque part, d’une manière ou d’une autre, il doit s’attendre à ce que je reprenne son flambeau.
Je n’y croyais pas vraiment. Léviathan nous avait créés inférieurs aux humains sous certains points de vue. Nous ne mourrions pas de vieillesse et nous étions bien plus résistants mais en échange nous ne disposions pas de deuxième chance. Et même si c’était le cas, que devenions-nous ? Des êtres sans substance, incapables d’avoir la moindre emprise sur le monde. Ce n’était pas ce que j’appelais vivre. Pourtant, une partie de moi s’accrochait aux mots d’Alexei. S’il y avait une chance sur un milliard que Yoshi soit encore là, en train de veiller sur moi… Alors il fallait que je réussisse cette fois à le rendre fier.
- Je ne suis pas sûr que Yoshi aurait voulu que tu deviennes Maréchal dans ces circonstances. C’est un poste très risqué avec la guerre qui est en train de se déclencher. Il souhaiterait avant tout ta sécurité. C’est ce que voudrait n’importe quel grand-frère.
- …
- Qu’y a-t-il ?
- Tu as probablement raison. Mais c’est parce qu’il n’avait pas assez confiance en moi. Je sais me battre, je n’ai pas besoin qu’il me "protège" en me laissant derrière.
- Il connaissait tout à fait ta valeur en tant que soldat, personne ne la nie.
- Dans ce cas… Pourquoi est-ce qu’il ne m’a pas emmené avec lui…
- Il pensait sûrement être capable de s’en occuper seul. C’était une décision des Maréchaux.
- Les Maréchaux hein…
Ils avaient envoyé mon frère à l’abattoir sans la moindre arrière-pensée. J’espérais qu’ils regrettaient amèrement leurs actes inconscients.
- Tout ça pour leur stupide ego…
- Si tu veux vraiment les rejoindre il va falloir que tu réussisses à mettre ta rancœur de côté. Est-ce que tu t’en penses capable ?
- Probablement… De toute façon c’est de sa faute aussi. Il avait bien trop confiance en lui, il n’aurait pas dû accepter. Sa mort est de son fait…
- Venise…
- Je sais… Je ne pense pas ce que je dis…
J’essuyai les larmes qui brouillaient ma vision.
- J’aurais pu le sauver. J’aurais dû être là.
- Ne dis pas ça.
- C’est mon rôle Alexei. Mon rôle. Si je ne protège plus mes compagnons je n’ai plus vraiment de raison d’être dans cette armée. Et on m’a délibérément mis de côté. Ma propre division me l’a caché.
Je ne parvenais pas à savoir à qui j’en voulais le plus dans cette histoire. Je me sentais trahi par tout le monde.
- C’était un piège. Tu aurais pu te faire tuer aussi. Il y avait des démons extrêmement puissants. Yoshi ne se serait pas fait tuer par n’importe qui.
- Il était fort oui… Mais ce n’est pas toujours suffisant.
Il ne se méfiait jamais de rien… Sans nous il serait sûrement mort bien avant. Nos styles de combat étaient parfaitement complémentaires. Il ne s’en rendait pas compte… Il pensait ne rien devoir à personne. Il était pourtant loin d’être indestructible. Je connaissais par cœur toutes ses failles et avais appris à couvrir chacune d’entre elle. Laquelle d’entre elle avait conduit à sa mort ? Quelle qu’elle ait été, j’aurais pu le sauver. En me cachant son départ, il avait complètement nié la raison de ma présence à ses côtés.
- Lorsqu’on m’a dit qu’il était mort… Je croyais qu’il était chez mes parents… Pendant qu’il se faisait tuer, je n’avais pas la moindre idée qu’il était en danger. Même ça on m’en a privé.
- Je suis désolé, je ne pensais pas qu’ils te le cacheraient. Si j’avais su que tu n’étais pas au courant je t’en aurais parlé.
Il était devenu difficile de refouler le flot d’émotions que je ressentais. De la tristesse, de la colère, du dégoût, de la peur, … J’avais beau me dire que ce n’était rien, qu’il n’était plus important pour moi, tout s’effondrait autour de moi. J’aurais juste voulu revenir en arrière. Qu’il soit là, tout simplement. Même sans passer de temps avec moi. Même s’il me haïssait. Je voulais qu’il soit vivant. Cela faisait une telle différence de le savoir en vie. Je n’aurais plus d’occasion de régler les tensions entre nous. Tous ces non-dits… Cet énorme gâchis. Cette fin… Innommable.
Je portai mes mains sur mon visage et laissai finalement échapper mes sanglots. Cela n’aidait pas. Il n’y aurait probablement plus aucune source de soulagement pour moi pendant un long moment. Pleurer sur mon sort ne changerait rien. Les regrets n’avaient jamais rien changé à quoi que ce soit.

- Je suis désolé Venise…
Il me prit dans ses bras. Un geste fraternel que je n’avais plus eu de la part de Yoshi depuis bien longtemps. Et que je n’aurais plus. A quand remontait donc la dernière fois ?
Lorsque je parvins enfin à refouler mes larmes, Alexei me relâcha en gardant sa main sur mon épaule.

- Excuse-moi. Je ne voulais pas t’imposer ça.
- C’est bien normal avec ce qui t’arrive. C’est pour ça que ce n’est pas la peine de t’imposer de nouvelles difficultés, tu as bien assez à gérer pour le moment.
- Tu veux parler de Mochi ?
- Entre autres oui.
- Je ne compte rien tenter, si c’est ce qui t’inquiète. Il n’est qu’un bonus en quelque sorte.
- Tu es sûr qu’il n’est pas la raison principale au contraire ? Est-ce que tu n'es pas en train de ch
- C’est possible… Mais au final, cela revient au même. J’ai échoué en tant que soldat, en tant que fils, en tant que frère. J’aimerais pouvoir réussir quelque chose maintenant. Ce quelque chose n’étant pas une relation avec lui.
- Donc tu ne comptes pas lui parler ?
- Si je suppose. Mais je voulais dire, pas une relation profonde. Je ne peux pas vraiment l’ignorer. Et ce n’est pas comme si je le voulais… Il est plus ou moins la seule chose de bien qui peut ressortir de tout cela. Autant en profiter.
- Il faut tout de même que tu prennes en compte le fait que cela pourrait te faire bien plus de mal que de bien.
- Je ne m’attends à rien, alors je ne serai pas déçu.
Enfin probablement un peu, mais rien de dramatique. Je n’avais pas envie d’y réfléchir pour le moment de toute manière.
- Tant que ta décision est réfléchie je te supporterai.
- Pourtant tu as toujours l’air inquiet. Tu ne sembles pas convaincu.
- J’ai peur que tu ne prennes cette décision pour fuir la réalité.
- Je ne la fuis pas… Au contraire, c’est le meilleur moyen de venger mon frère.
- Rester à ton poste ne t’empêcherait pas de le venger.
- Devenir Maréchal me permettrait de décider du quand et du comment. En tant que Général je pourrais encore une fois être écarté.
- J’en doute, ils auront retenu la leçon. Ils seront plus prudents à l’avenir, et nous aurons certainement besoin de toutes les ressources disponibles maintenant que nous sommes affaiblis.
- Peut-être… Mais j’ai déjà accepté leur proposition de toute manière, je ne peux plus vraiment faire marche arrière. J’ai conscience des risques auxquels je m’expose. Je ne compter pas jeter ma vie aux orties, mais je vengerai mon frère.
- Sois prudent alors.
- Je le serai, ne t’en fais pas. Tu devrais surtout t’inquiéter pour toi et des frères dans l’armée. Vous serez impliqués également. D’ailleurs, tes parents nous ont invités pour une cérémonie chez vous. C’est très attentionné de leur part. Je suppose que nous devrions y aller ? Mes parents doivent déjà y être.

_________________


◊ To you ◊ :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexei

avatar

Profil MBTI : ENFJ
Couleur : #ffff00
Messages : 5

MessageSujet: Re: Venise [1]   Sam 21 Juil - 4:25

L'état de Venise était loin d'être positif, et c'était normal, mais au vu de sa nouvelle détermination je suis confiant dans le fait qu'il s'en remettra. Il était rare d'être aussi déterminé si tôt après la perte d'un proche. Personnellement je ne pense pas que la recherche de vengeance soit bénéfique, encore moins sur le long terme, mais c'était je l'espérais un tremplin pour la suite. Je ferais tout de même mieux de rester prés de lui un temps.
- C'est vrai oui, et ils ne supporteraient probablement pas que nous arrivions en retard.
- Je suppose que cette règle s'applique surtout pour leurs fils chéris.
En effet et ce n'était d'ailleurs pas la période pour les énerver en ces temps de deuil. Ça impacterait d'autant plus négativement leur comportement envers mes petits frères et petites soeurs, qui ont bien assez de pression sur leur dos.
- En effet ils sont bien plus indulgents avec toi, mais c'est tout à fait normal.
- Je devrais surement m'estimer chanceux au vu de ce que tu m'en racontes...
- Eh bien même si c'est grâce à eux que j'en suis là où j'en suis aujourd'hui et que je leur en serai toujours reconnaissant, je pense toujours que leurs méthodes sont loin d'être adaptées et qu'ils devraient laisser tranquille mes autres frères et sœurs. Ils n'ont jamais rien demandé et ne méritent pas ça.
- Tu considères avoir "demandé" ton sort pour ta part ?
- Non, mais je ne peux pas comparer mon sort aux leurs. J'étais bien noté dés le début et j'ai donc rapidement eu des privilèges.
- C'est vrai que tu étais incroyable dés ton plus jeune âge... Je m'en souviens encore.
Je ferais surement mieux d'éviter de parler des mes soucis de famille, il en avait déjà bien assez de son côté. J'espérais d'ailleurs que mes parents avaient accepté ma demande de faire manger mes frères et soeurs avec nous... Enfin si ce n'est pas fait, je n'aurai qu'à préparer leur table moi-même.
- C'est gentil, mais toi aussi tu avais de très bons résultats.
- Pas aussi bons que Seth cela dit, vous étiez vraiment une famille exemplaire.
- Ne les flatte pas trop, les méthodes de mes parents sont loin d'être exemplaires.
- Certes, mais les résultats sont néanmoins là.
- Je ne pense pas que le résultat justifie les moyens pour ma part.
- Je pensais que ton traitement avait été meilleur que ceux de tes frères et soeurs ?
- Oui, mais cela ne veut pas dire qu'il est souhaitable à qui que ce soit pour autant. Surtout mon pauvre Seth qui ne cessait de se faire punir à cause de leur comparaison avec moi alors qu'il avait de parfaits résultats... Enfin, c'est de l'histoire ancienne. J'ai pu faire changer les choses en grandissant et en gagnant de l'influence.
Même si c'était encore loin d'être parfait...
- Tu dois avoir raison. D'ailleurs, où est Seth ?
- Je crois qu'il est parti chercher son collègue, Patience.
- Tu veux dire Gavin ? Ou tu me demandes d'attendre ? °-°
- Je voulais dire Gavin oui, désolé son nom porte à confusion une fois placé dans une phrase.
- Je ne savais pas qu'il était proche de votre famille.
- Il ne l'est pas mais Seth a tenu à l'inviter, pour qu'il ne soit pas seul je pense.
- Pourquoi serait-il seul alors que nous sommes là ?
- Je suppose qu'il pense que nous allons surtout parler à deux... Enfin, j'espère que ça ne te dérange pas ? C'est un repas en l'honneur de ton frère après tout.
- Non cela me convient, Gavin est un collègue après tout, et c'est un repas chez vous en plus je ne vais pas vous empêcher d'inviter qui vous voulez.
- C'est sûr que ça ne plairait pas à Seth que je lui refuse d'amener son ami... Ils sont proches après tout.
Je n'étais pas sûr d'à quel point ils l'étaient d'ailleurs, mais ce n'est pas comme si Gavin pouvait faire office de mauvaises fréquentations. C'était même positif pour mon frère qu'il soit entouré par quelqu'un de si sérieux et prudent... Même si j'aurais aimé faire ce repas avec lui et Venise seulement. Sa présence ne me réjouissait pas, mais cela faisait plaisir à Seth alors j'en ai discuté avec nos parents qui ont vite accepté la proposition. Gavin était réputé comme étant quelqu'un de respectable selon leurs standards après tout, même si ses parents étaient très reclus et non impliqués dans l'armée, je suppose que la seule personne de Gavin compense le tout.
- Ça n'a pas l'air de te réjouir ?
- Oh ce n'est rien, je suis simplement un peu trop méfiant envers les personnes influentes autour de mon frère.
- Je vois... Je suppose que la jalousie serait un terme approprié ?
- De la jalousie ? Je suppose qu'on peut dire ça... C'est assez dur de voir mon cher petit frère voler de ses propres ailes avec d'autres gens, surtout depuis que nous avons été séparés.
- C'est vrai qu'il y a eu cette affaire... Mais ne t'inquiète pas, Seth a toujours l'air proche de toi. C'est normal qu'il prenne de nouvelles marques mais ça ne veut pas dire qu'il est moins proche de toi.
- Je ne m'en fais pas, je reste son frère après tout, mais je remarque qu'il est plus distant depuis.
Et même si ce n'était probablement pas le cas, je ne pouvais m'empêcher de me dire que c'était à cause de Gavin.
- Mais assez parlé, nous ferions mieux d'y aller.
J'envoyai un message à Seth pour lui rappeler de ne pas être en retard.

[Vers La Fontaine de Jouvence]

_________________

Eyes on me:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Venise [1]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Venise [1]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [ITALIE] Promenade à Venise
» Journée à Venise
» Venise et Aquilée se préparent à accueillir Benoît XVI
» le carnaval de Venise
» [ITALIE] Venise

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Unknown Fate :: Paradis :: Jardin d'Eden-
Sauter vers: