Dieu, fainéant et se faisant trop vieux pour jouer aux Sims avec les humains, il envoie ses anges chercher un humain qui pourrait le remplacer. Les prétendants au titre devront prouver leur valeur en faisant... ce qui amusera Dieu sur le moment.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Seth [2]

Aller en bas 
AuteurMessage
Seth

avatar

Couleur : #ffffff
Tempérance #666600
Justice #3399ff
Messages : 8

MessageSujet: Seth [2]   Sam 29 Déc - 14:34

J’entendis des bruits de pas. Les sons correspondaient à la démarche d’une seule personne a priori. En tout cas il ne s’agissait clairement pas d’un groupe. C’était assez surprenant au vu de l’endroit dans lequel je me trouvais. Quelqu’un d’aussi peu discret n’avait probablement pas d’intentions nuisibles mais la situation restait tout de même désagréable.
Je décidai de m’éloigner mais l’invité mystère m’emboita le pas sans hésitation. N’ayant pas vraiment la patience de continuer ce petit jeu, je m’arrêtai derrière un renfoncement de l’immense paroi glacée qui surplombait la banquise. Lorsque l’inconnu arriva à mon niveau je l’attrapai et mis un couteau sous sa gorge.
Sa réponse ne se fit pas attendre.
- Je me rends.
Il leva aussitôt les bras en signe de bonne volonté.
Je soupirai de consternation.
- Tu aurais pu apporter un peu plus de résistance. Tu n’es pas très amusant.
- A quoi bon ? Tu ne vas pas vraiment lever la main sur moi n’est-ce pas ?
- J’aurais pu. Je ne savais même pas que c’était toi.
- Comment ça ?
- Ce n’est pas exactement un endroit où j’ai l’habitude de te croiser. Comment aurais-je pu le deviner ? J’aurais pu te tuer.

- Je ne suis pas en mousse ne t’en fais pas. Il te faudra un peu plus qu’un couteau suisse pour me tuer.
Il repoussa du dos de la main la lame que j’avais laissé reposer contre son cou. Je le laissai faire malgré ma contrariété.
- Tu m’excuseras si je me permets d’instaurer un cadre de discussion un peu plus chaleureux.
Il se retourna pour me faire face et rajusta minutieusement sa cape. Son air sérieux contrastait de manière flagrante avec la vanité de la tâche.
- Pour revenir à ce que tu disais, c’est pourtant toi qui as demandé à me voir. Je ne m’attendais pas à ce que tu te jettes dans mes bras pour réclamer un câlin mais je ne m’attendais pas non plus à ce que tu tentes de m’égorger.
- Qu’est-ce que tu racontes ? Nous ne nous sommes pas adressé la parole depuis une éternité.
- Ca ne fait pas si longtemps que ça. J’étais chez vous hier.
- Peut-être mais nous n’avons pas vraiment pris la peine de discuter.
- Tu es bien froid aujourd’hui.
- Pas plus que d’habitude.
- Tu étais déjà glacial et peu poli hier c’est vrai. Bon et bien si tu as changé d’avis je n’ai plus qu’à faire demi-tour. Je n’ai pas vraiment de choses à faire ici.
- Juste pour que les choses soient claires, je n’ai pas changé d’avis. Je ne t’ai tout simplement jamais appelé.
- Pas directement en effet mais tes parents m’ont dit que tu avais besoin d’aide et que tu aimerais que je te rejoigne si jamais je le pouvais.
- Quoi ? Pourquoi ?

- Pour capturer une « créature terrifiante » selon leurs termes exactes.
Il esquissa une légère moue embarrassée.
- Ne me fixe pas avec ces yeux-là. J’ai été aussi étonné que toi. Ils m’ont dit que ton armée avait été réquisitionnée par Bota et qu’Alexei était également indisponible. Ils m’ont aussi précisé que comme tu avais beaucoup bu ils n’étaient pas sûrs que tu sois en mesure de gérer la situation par toi-même. En off bien sûr, ils m’ont demandé de ne pas te le répéter.
- Donc tu es censé être ma dernière chance ?
- Non, juste la troisième. Je suppose que sinon ils auraient demandé à quelqu’un d’autre mais je ne me voyais pas refuser, ils avaient l’air de penser que tu étais en danger de mort comme dit précédemment.
Cette histoire était étrange mais je ne la remettais pas en question. Même si nous n’étions pas – plus ? – particulièrement proches, je faisais davantage confiance à Venise qu’à mes parents. Il fallait être lucide, ils avaient régulièrement des lubies qui les poussaient à adopter des comportements pour le moins discutables et surtout, complètement imprévisibles et déraisonnables. Je me demandais quelle en était la raison cette fois-ci.
Je poussai un long soupir de lassitude.
- Je suppose que nous nous sommes tous les deux fait piéger.
- Tous les deux ?
- Ce sont eux qui m’ont envoyé ici en me disant qu’il y avait une créature à capturer – selon leurs informateurs mystérieux – et qu’ils préviendraient mon armée pour qu’ils me rejoignent.
- Si ton armée a en effet été réquisitionnée cela n’est pas forcément contradictoire. Nous sommes officiellement en guerre après tout.
- Mon armée n’a pas de raison d’être réquisitionnée si je ne le suis pas.
- Ce n’est pas faux mais pas impossible non plus.
- Je connais mes parents.

- Moi aussi et je ne vois pas vraiment ce qu’il gagneraient à mentir. Et puis ils n’aiment pas te mettre en colère. Il t’arrive de faire peur tu sais. Certaines personnes diraient même que c’est très fréquent.
Je ne savais en effet pas pourquoi ils avaient mis au point ce piège, je n’avais pas de réponse à lui apporter sur le sujet.
- Peu importe, je vais rentrer.
- Tu ne leur laisses même pas le bénéfice du doute ?
- Tu as une bien trop haute opinion d’eux, il n’y a pas de raison de le leur accorder.
- Ils ne m’ont jamais donné de raison de douter d’eux ni de me plaindre. Je leur dois au moins ça.
- Ils sont différents avec toi. Tu es très privilégié crois-moi.
- Tu ne penses pas l’être ?
- C’est différent.
- Allons, tu es le chouchou de ton grand frère et tes parents t’adorent. Tu ne t’en rends pas compte ?
- Je ne suis pas le « chouchou ».
- Je ne dis pas ça négativement.
- Ca ne change rien. Je ne suis pas celui avec lequel il passe tout son temps.

- J’ai beau réfléchir j’ai du mal à voir lequel de tes frères pourrait se vanter d’avoir davantage d’attention.
Je n’avais personnellement aucun mal à voir que lui-même en recevait bien plus. Il ne devait même pas s’en rendre compte. La situation devait lui paraître parfaitement normale depuis le temps. Il faisait plus ou moins partie de la famille désormais – et plutôt plus que moins à vrai dire. Mes parents l’auraient sûrement volontiers échangé contre l’un de leurs autres enfants. Voire plusieurs. Sans la moindre hésitation et sans même leur dire au revoir, un grand sourire béat aux lèvres.
- Peu importe.
- Tu es sûr de ta décision ? Toi qui te plains que nous ne nous parlons pas je te trouve bien peu disposé à communiquer.
Je haussai les épaules avec indifférence.
- Je ne me plaignais pas, je constatais simplement.
- Prenons un peu de temps pour résoudre cette constatation alors.
- Une constatation n’appelle pas à une résolution contrairement à un problème.
- Ta constatation est un problème pour moi.
- Tu le prends bien trop à cœur.

- Seth…
Il semblait hésiter à continuer.
- Qu’y a-t-il ?
- Ce serait agréable d’arrêter de se chamailler. Peut-on discuter sérieusement pour une fois ? Cela fait bien longtemps que tu as été autre chose qu’un hérisson avec moi. Un hérisson en colère et sous amphétamines.
- Je ne suis pas sûr que ce soit le bon moment.

- Y aura-t-il un bon moment un jour ?
Je ne savais pas. Probablement pas.
- Je me disais bien… Alors je vais juste continuer. Je ne vais pas attendre des millénaires d’avoir ton autorisation. C’est vrai que je passe beaucoup moins de temps avec toi qu’avant et je le regrette. Ce n’était pas un choix conscient. J’aimerais que nous redevenions aussi proches qu’à l’époque où tu étais haut comme trois pommes et que je t’aidais à te cacher quand tu voulais échapper à tes parents. Ce qui n’était pas très responsable de ma part avec du recul. J’aimerais que nous fassions à nouveau des pique-niques tous ensemble. Cette fois ce serait bien qu’Alexei ne soit pas tout seul à organiser. Bref, j’aimerais que nous passions plus de temps ensemble. Tout cela me manque. Et tu me manques. Je suis sûr que cela manque énormément à ton frère aussi. Tu es important pour moi. Tu le sais même si tu répètes tout le temps le contraire n’est-ce pas ? Tu ne penses pas vraiment que je t’ignore et te méprise ?
Je n’avais absolument pas l’habitude d’entendre ce genre de propos venant de lui. Venant de n’importe qui d’ailleurs. Les gens étaient globalement au courant que je n’étais pas du tout friand de ce genre d’étalage de sentiments. C’était trop soudain et trop… tout.
- Tu n’es pas obligé de me répondre je ne disais pas ça pour te mettre à l’aise. Je voulais juste le dire au moins une fois avant que…
Il se ravisa et laissa sa phrase en suspens, baissant la tête et crispant légèrement les poings. Cela me rappela que les circonstances étaient assez particulières. Je n’avais pas vraiment oublié mais j’évitais d’y penser autant que possible. Je n’étais pas bon à gérer ce genre de situation. Surtout que je n’avais pas l’impression d’être le mieux placé pour le faire.
- Enfin, voilà. Je me sens mieux de l’avoir dit, c’est tout ce que je voulais. Nous pouvons passer à autre chose.
- Je suis désolé pour ton frère.
Il releva ses yeux légèrement rougis.
- Merci.
Je ne savais pas s’il fallait que je développe le sujet. Il ne semblait pas en attendre davantage même si la situation semblait l’imposer.
- Le dire une fois avant quoi ?
Ses yeux se perdirent à nouveau dans le vague.
- Avant que je n’en ai plus l’occasion je suppose.
- Tu comptes te laisser mourir ?
- … Non.
- Ce temps de réponse pourrait être interprété comme assez inquiétant. Alexei ne serait pas content.
- Je ne compte vraiment pas me suicider, tout va bien. De ce côté-là du moins.
- Tant mieux, parce que nous allons le venger. Ne meurs pas avant.

Il sourit légèrement.
- Je ferai de mon mieux. Désolé que tu aies l’impression de devoir me remonter le moral. Ce n’était pas mon intention. Normalement c’est au grand de consoler le petit.
- Il est plus que temps que tu réalises que je ne suis plus un enfant.
- C’est vrai… Tu es un adulte maintenant. Un jeune adulte. Ne transitionnons pas trop brusquement non plus. En tout cas tu as toute la vie devant toi alors fais attention à toi. Et fais attention à ta famille. Et aux autres personnes importantes pour toi.
- Au final tu penses que tu vas nous survivre ? Ne nous enterre pas si vite.
- Je ne pense rien mais il est important d’être prêt. Surtout en temps de guerre.
- Tu es trop défaitiste. Tu vas devenir Maréchal, tu ne peux pas mener tes troupes de cette manière.
- Je ne leur dirai évidemment pas ce genre de choses mais tu n’es pas un soldat à mes ordres.
- Tant mieux, ce serait étrange.
- Il y a peu de chances que cela arrive un jour si ça peut te rassurer. Après tout je suis sûr que tu seras bientôt Maréchal également.
- Je ne pense pas. Je suis un meilleur général que maréchal.
- L’avenir nous le dira. Tu as le temps de t’y préparer psychologiquement en attendant. Cela pourrait arriver plus vite que ce que tu penses.
- Je vais donc de ce pas retourner au Paradis pour me préparer.
- Tu abandonnes définitivement la chasse à la créature « ultra-puissante » et « supra-mystérieuse » ?
- Oui je te l’ai déjà dit dès le début de notre conversation.

- Je pensais que tu finirais par entendre raison et te dire que c’était une décision impulsive. Après avoir fait tout ce chemin c’est dommage de ne pas vérifier. D’autant plus que je ressens une aura à proximité.
Je n’y avais pas fait attention jusque-là, mais maintenant qu’il le disait il y avait en effet quelqu’un ou quelque chose qui se rapprochait de nous.
Venise dégaina une arme différente de celle que je lui connaissais habituellement pas. Il sembla remarquer mon regard intrigué.
- Elle est belle hein ? Tu pourras la toucher après si tu veux.
- Ok… Non merci… Très douteux comme propos… Je ne te pensais pas comme ça…
- Quoi ? Non, je parlais de mon arme. Et depuis quand tu peux comprendre de tels sous-entendus ? Sous-entendus que je ne sous-entendais pas, que ce soit bien clair.
- Je le dirai à Alexei.
- Parfait, nous discuterons alors de tes fréquentations qui t’apprennent de telles choses. Qui est-ce ? Tempérance ?
- Toi.

- Comment ça moi ? N’imp- Attention !
J’eus à peine le temps de détourner son bras – en le plaquant contre la paroi de glace – mais le coup était déjà parti dans un bruit retentissant.
- Mais qu’est-ce que tu fais ?!
- C’est plutôt à moi de te demander ça.
Il retira vivement son bras de mon emprise en me repoussant. Cela lui arracha une grimace. Le choc avait visiblement été douloureux.
- Je t’empêche juste de tirer sur tout ce qui passe dans ton champ de vision.
- C’est une créature diabolique, mon rôle est de te protéger ! Ce qui va être difficile avec un bras en moins. Et venant de toi c’est assez ironique et surprenant comme propos.
- C’est juste un animal égaré.
- Un animal diabolique égaré !
- Je crois qu’il s’agit juste d’une créature terrestre.
- J’en doute, les créatures terrestres ne sont pas censées dégager ce genre d’aura.
- C’est peut-être une espèce rare. C’est fréquent dans d’autres mondes. Je vais la capturer.
- Hors de question.
- Venise, tu n’es pas mon grand frère ni mon supérieur. Je n’ai pas besoin de ton autorisation.
- Arrête de n’en faire qu’à ta tête par principe. Cette situation n’est pas normale. Cette créature n’est pas normale.
- Tu n’es pas obligé de participer.
- C’est un piège, ne te jette pas dedans tête baissée. Cette chose n’a pas l’air d’avoir d’âme. Elle va aspirer la tienne.
- Tu délires non ?
- Non, tes parents m’ont dit ça à propose de la créature que tu recherchais. Elle a l’air de correspondre à la description. Je suis sûr qu’elle vient de l’Enfer.
- Elle ne fait même pas un mètre.

- Ca ne veut rien dire.
Son inquiétude me paraissait disproportionnée au vu de la situation.
- Je ferai attention, comme d’habitude. Je n’ai jamais eu de problème. N’interviens pas.
Il m’attrapa le poignet fermement.
- Yoshi non plus n’en avait jamais eu. Il suffit d’une seule fois.
Pendant ce temps, la créature avait continué de s’approcher droit vers nous.
Je me dégageai aisément de l’emprise de Venise et fis un pas vers elle. Cela sembla l’arrêter dans sa course. Soudain, elle leva un sceptre.
- TEMPÊTE DE GLACE !
En moins d’une seconde le ciel devint entièrement noir et de larges colonnes de glace se mirent à tomber du ciel.
- SETH !!!
Nous ne devions pas être éloignés de plus de quelques mètres mais des flocons envahissaient désormais totalement l’espace qui nous séparait et rendaient ainsi sa voix lointaine.
- Je vais le tuer.
- NON ! Je le veux vivant.
- C’est complètement irresponsable !
- STALAGMITE GIVREE !
Un gigantesque pieu de glace sortit du sol juste sous mes pieds. Je l’esquivai sans peine mais me cognai contre l’une des colonnes. Il devenait difficile de me rapprocher d’elle. Notons que cela aurait probablement été plus simple avec un peu plus de sommeil et un peu moins d’alcool la veille.
- EPOPEE GLACIAIRE !
Des flèches se formèrent et s’élancèrent d’elles-mêmes dans ma direction. Je les repoussai négligemment.
- JUGEMENT HIVERNAL !
Un cavalier à la taille démesurée fit également son apparition. Je m’apprêtai à parer sa charge.
- ETOILE POLAIRE !
La banquise se fissura ce qui me fit perdre l’équilibre l’espace d’un instant. Je pus voir le cavalier géant planter sa lance dans la paroi de glace avant d’être tiré en arrière. Tout s’effondra en ce qui me sembla être une fraction de seconde dans un bruit assourdissant. Un mur de glace se trouvait désormais devant moi.
- Seth ! Est-ce que tu vas bien ?
Venise semblait affolé.
- Oui, arrête un peu de paniquer. Je vais y retourner.
- C’est impossible, nous sommes coincés.
Je regardai les alentours. Force était de constater qu’il avait raison.
- Avant que tu ne te mettes en tête de tout casser bille en tête j’aimerais te signaler que je ne sais pas dans quel sens la couche de glace est la plus fine et j’aimerais ne pas me retrouver avec l’intégralité de la montagne sur la tête. Un seul rocher fait suffisamment mal.
Je m’apprêtais à protester lorsque je vis sa jambe ensanglantée. Il suivit des yeux la direction de mon regard.
- Je vais bien.
- Comment est-ce arrivé ?
- Un rocher. Tout s’est effondré très rapidement comme tu as pu le constater, je n’ai pas fait suffisamment attention. Je ne me suis visiblement pas assez entraîné au combat sur patinoire.
- Il faut te soigner.
- J’ai de quoi faire un bandage mais pas de quoi nettoyer la plaie ni faire une attelle.
- Ton arme pourrait tenir ta jambe.

- J’ai dû la laisser tomber pour t’attraper. Je ne sais pas si elle est accessible. Ni même si elle est encore en un seul morceau.
Je me sentais légèrement coupable d’être la cause de la perte de l’arme dont il semblait si fier il y a seulement quelques minutes.
- Pourquoi est-ce que tu as fait ça ?
- Mon bras droit n’est plus très opérationnel depuis ton mini plaquage. Je n’étais pas sûr de pouvoir te récupérer avec. Surtout que tout glisse.
- Je ne voulais pas en arriver là…
- Je sais. Je suis plus fragile que toi j’ai moins l’habitude du corps à corps. Je suppose que c’est une bonne occasion de m’entraîner. Tu penses que les cicatrices me donneront plus de crédibilité en tant que Maréchal ? Ca donne de la prestance en tout cas.
Il disait probablement cela pour que je ne me sente pas trop coupable. Jusque-là cela fonctionnait moyennement.
- POISON CELSIUS !
Venise rit faiblement.
- Il a toujours de l’énergie visiblement.
- Vous allez mourir empoisonnés si vous ne vous rendez pas sous mes conditions.

_________________


∞ Walk away ∞ :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Venise

avatar

Couleur : #669999
Messages : 8

MessageSujet: Re: Seth [2]   Dim 30 Déc - 18:34

Je sortis tant bien que mal un rouleau de bandages de ma sacoche que Seth me retira immédiatement des mains.
- Laisse-moi faire.
Il se sentait visiblement coupable mais il ne l’avouerait jamais ouvertement. Je le savais, son attitude en disait déjà assez long. C’était sa manière de se faire pardonner, je n’avais pas besoin d’excuses. Je tentais de lui changer les idées, mais il ne semblait pas très réceptif.
Il déchira la jambe de mon pantalon pour avoir accès plus facilement à la plaie béante.
- Heureusement que je me suis épilé les jambes avant de partir en mission.
- Pourquoi est-ce que tu dis n’importe quoi depuis tout à l’heure ?
- C’est pour dédramatiser.

Et probablement également pour oublier la douleur. Elle me semblait anormale par rapport à ce qu’elle aurait dû être. J’espérais que cette histoire de poison n’était qu’un mensonge car sinon la situation allait vite s’avérer compliquée.
- Tout ça n’a aucun sens. Comment cette créature peut-elle faire ce genre de chose sans dégager davantage de puissance ? Et surtout dans un tel endroit.
- Elle avait un sceptre et une couronne. Elle parlait même nôtre langue. Il ne lui manquait plus que le manteau en hermine et la perruque poudrée. C’était évident qu’elle était puissante. Sans vouloir remettre en question ton jugement.
- Ca n’a pas de sens.

Je le laissai marmonner des propos incompréhensibles sur un ton offensé. Il avait probablement besoin de ça pour évacuer.
- Tu de souviens de la fois où je t’ai laissé tomber d’une falaise ? J’ai bien cru que ta famille allait me tuer.
- Oui. Tu es toujours aussi peu adroit depuis le temps.
- Peut-être mais je sais mieux jauger le niveau des ennemis que toi.

- Ca n’aurait jamais dû arriver. Quelque chose cloche.
Il serra brusquement le bandage pour le nouer.
- Un peu de douceur et de délicatesse dans ce monde de brutes s’il te plaît.
- Je croyais que tu n’étais pas en mousse ?
- Je le croyais aussi.
- Il faut que ça tienne. Tu peux te relever ?
- Probablement.

Je tentai de prendre appui sur le sol mais ne parvins pas à me redresser.
- Je crois que je vais rester ici pour le moment.
Il me lança un regard mi-dubitatif mi-inquiet.
Je n’avais pas de raison de l’inquiéter pour le moment. Il suffisait probablement que je me repose quelques minutes.
- BOMBES BLANCHES ! BOMBES BLANCHES ! BOMBES BLANCHES ! BOMBES BLANCHES ! BOMBES BLANCHES !
Des bruits de détonation résonnèrent avec force.
Ni le sol ni les parois ne semblèrent se fissurer. A voir combien de temps cela tiendrait.
- Tu tiens toujours à le capturer ?
- Evidemment.
- Je suppose qu’il ferait une pièce de collection intéressante mais cela ne me paraît toujours pas raisonnable.
- Je vais réfléchir à un plan.
- Tu ne voudrais pas t’asseoir une minute ? Tu me donnes le tournis.
- Non.
- … Le contraire m’eut étonné.

Je reculai de manière à m’adosser contre la paroi. Son contact était froid même au travers de mes vêtements.
- Je n’aime pas l’hiver.
- Je suppose que c’est normal de la part de l’automne.
- A vrai dire j’ai plus de rivalité avec Printemps. Nous sommes diamétralement opposés alors qu’on peut dire que je tiens Eté d’une main et Hiver de l’autre.

Et Printemps ose se trouver plus joli que moi. Tout le monde sait bien que l’automne est de loin la plus belle des saisons. Il n’est que deuxième.
- Ils savent que tu te trouves ici ?
- Non, absolument pas, je suis directement venu ici après la venue de tes parents. Il n’y a qu’eux qui sont au courant de l’endroit où je me trouve. Ils préviendront sûrement l’armée si nous ne revenons pas.
- Ils ne préviendront personne. Nous allons nous en sortir.
- Comment ? Non ne fais pas ça s’il te plaît.
- Je dois bien casser la roche pour nous libérer.
- Tu vas nous tuer.
- Tu vois une autre solution ?
- J’y réfléchis. Peut-être passer par en-dessous, il est possible que la glace soit plus fine.
- Tu veux nager dans l’eau glaciale jusqu’à trouver un éventuel trou de sortie ?

- Non je réfléchissais juste à voix haute, mais c’est en effet impossible. La couche de glace doit être solide pour supporter tout ce poids et même s’il y a en effet un trou de sortie je ne suis pas sûre de ne pas mourir d’hypothermie avant.
Je ramenai mon genou intact contre moi. La température à l’air libre était déjà glaciale. Il valait mieux limiter les surfaces d’échanges de chaleur avec l’extérieur.
- Nous pouvons toujours allumer un feu.
- Et mourir asphyxiés ?
- Nous pourrions l’éteindre avant.
- Economisons plutôt notre air. Surtout que tu n’as pas l’air d’avoir si froid que ça.
- Je suis mieux équipé que toi il faut dire.
- Tes parents ne m’ont pas dit que cet endroit était une deuxième Laponie.
- Double trahison.
- Ce qui est fait est fait de toute façon.
- FLOCONS GIVRES !
- Sérieusement ?

Il s’était mis à neiger dans le faible espace que nous occupions, rendant rapidement l’air encore plus froid.
- Ne devrait-on pas négocier avec lui comme il l'a si gentiment proposé ?
- Je ne pense pas qu’il soit possible de négocier avec une créature sans âme.
- Tu ne croyais pas à cette théorie il y a à peine cinq minutes. Tu n’as juste pas envie de négocier non ?
- En effet, pas le moins du monde.
- Nous pouvons demander ce qu’il souhaite sans pour autant lui accorder. Cela nous aiderait à comprendre un peu mieux la situation.

- Non.
D’un certain côté j’étais également rassuré par cette décision. Je me serais bien passé de combats pendant un petit bout de temps. Je n’avais pas envie de me retrouver à nouveau face à cette créature dans cet état à devoir gérer Seth.
Ce dernier s’agenouilla à nouveau près de moi.
- Comment est-ce que tu te sens ?
Vraiment mal à vrai dire mais cela ne m’avancerait à rien de le mentionner.
- Je tiens le coup.
- Tu n’en as pas vraiment l’air.
- J’ai froid.

Il posa sa main contre mon front. Elle me sembla glaciale elle aussi.
- Tu es brûlant ce n’est pas bon signe.
- Une petite sieste devrait me remettre d’aplomb.
- Ca me semble être une mauvaise idée. Laisse-moi voir ta jambe.

Il n’eut pas besoin de défaire les bandages pour voir que quelque chose clochait.
- Ton sang est noir. Tu es sûr que c’est simplement un rocher qui a fait ?
- Je ne sais pas, c’est peut-être une flèche.
- C’est quand même assez différent, comment peux-tu ne pas savoir.
- C’est peut-être ton sort…
- Pourquoi es-tu le seul affecté dans ce cas ?
- Probablement parce que tu es indemne. Tant mieux d’ailleurs.
- On dirait que tu te fiches éperdument de ta situation.
- Non, je suis juste content que tu sois sain et sauf.
- Moi j’aimerais que tu arrêtes de me traiter comme un enfant. C’est plus dangereux qu’autre chose.
- Je ne te traite pas comme un enfant.
- Dans ce cas pourquoi m’avoir attrapé pour nous coincer ici ?
- L’objectif n’était pas de nous coincer je te signale. Je voulais juste te protéger.
- C’est exactement ce que je veux dire. Je n’ai pas besoin d’être protégé.
- J’en aurais fait autant pour n’importe qui. Je ne te traite pas différemment. Enfin si un peu je suppose. Je n’aurai s pas fait des caprices de quelqu’un d’autre, j’aurai abattu cette créature sur le champ. Chose que je regrette amèrement car, non, je n’ai pas envie de mourir ici. Quand nous sortirons d’ici je le tuerai.
- Je le capturerai avant.

- Je te mets au défi d’aller plus vite que mes balles.
Je fis un revolver de mes mains et posai mon majeur contre son front.
- HEADSHOT AUTOMNAL ! Je le fais bien ?
Il retira ma main de son visage.
- Tu es de plus en plus glacé.
Je rapprochai mes mains de ma bouche et soufflai dessus pour leur apporter un peu de chaleur.
- Oui, je me demande si allumer un feu pour quelques secondes ne serait pas en effet une bonne idée.
Il se défit de son manteau et le posa sur moi.
- Tu vas le salir.
- Et alors ?
- Et tu vas attraper froid, je ne peux pas accepter.
- Je pense surtout que tu n’es pas en position de refuser. Il faut te couvrir pour compenser la perte de sang. Je devrais d’ailleurs y jeter un œil.
- Je ne suis pas sûr que ce soit une bonne idée.

- Nous referons un bandage si besoin.
Il défit lentement le précédent, laissant apparaître la plaie désormais complètement noire. Les veines à proximité apparaissaient également de la même couleur sous ma peau.
- Ce n’est pas très joli.
- Des idées ?
- C’est du poison. Il faudrait faire un garrot pour éviter qu’il se propage mais au vu de la température ambiante je perdrais ma jambe au bout de quelques minutes.
- C’est toujours mieux que de mourir non ?
- Non. C’est pire.
- Tu es sûr que c’est le moment de se préoccuper à ce point de l’un de tes membres ?
- Ce n’est pas juste un membre. Je ne pourrai plus être un soldat sans ma jambe Seth. C’est tout ce que j’ai en ce moment.

- Je comprends.
Il refit un nouveau bandage propre sans insister davantage. Ce genre d’argument était efficace sur lui. C'était agréable de ne pas avoir besoin d'argumenter davantage sur ce point.
- Tu penses que quelqu’un va venir nous chercher ?
- Probablement pas.
- Alexei doit se faire du souci pour toi.
- Il n’était pas là quand je suis parti.
- Alors Prudence ?
- Il est probablement avec son petit toutou.
- C’est dommage, je n’aurai jamais pu prouver à Mochi que je ne suis pas asymétrique.
- J’aimerais que tu m’expliques un jour pourquoi ça t’a autant choqué je ne comprends vraiment pas, ça ne veut rien dire ~.~
- Tu comprendras un jour.
- Tu oses me dire ça alors que tu ne comprends même pas toi-même.
- Quelle importance maintenant ?

Je soufflai à nouveau sur mes doigts glacés sans réelle efficacité.
- Je suppose que nous n’avons plus le choix, il va falloir passer en force.
Il attrapa mes mains pour les réchauffer dans les siennes.
- Non. Tu avais raison, négocions avec cette chose.
- Quoi ?
Je n’étais pas bien sûr que la fièvre n’était pas tout simplement en train de me faire délirer.
- Tu ne peux plus te déplacer, nous ne pouvons pas prendre le risque que tout s’effondre.
- C’est… étonnamment responsable de ta part.
Il toqua contre la paroi.
- Que veux-tu de nous ?
- GRAOUH è.é Je suis Ice King fils du fabuleux Roi Dadidou !

- … Mais encore ?
- FROID ABSOLU !
- Je crois qu’au final il n’y a rien à en tirer.
- On dirait bien.
- Je suppose que la dernière option serait que je te porte sur mon dos.
- Ha ha ha *-*
- Je suis sérieux en fait. C’est vexant.
- Tout cela me paraît un peu trop acrobatique même si je suppose que ce serait une expérience intéressante. Je pourrai dire à tout le Paradis que tu m’as porté sur ton dos en revenant, je vais faire des jaloux.
- Oublie cette idée sur le champ.
- RENDEZ-VOUS !
- Mais nous nous sommes rendus, cette créature ne comprend rien °-°
- INSCRIVEZ-VOUS DE CE PAS SUR FRESH !
- …
- …
- Je ne pense pas qu’elle parle l’application du Paradis. Ca doit être une coïncidence.
- Tu crois à ce genre de coïncidences toi ?
- Ecoute, jusqu’à présent je ne croyais pas à l’existence d’Ice King fils du fabuleux Roi Dadidou, il est temps de revoir ma copie, je ne suis pas borné. Et puis fresh, banquise, glaçons, tout ça, ça se ressemble.
- Tu as donc décidé de te voiler la face jusqu’au bout.
- De toute façon même s’il s’agit vraiment de notre Fresh… Nous n’avons aucun moyen de nous inscrire ici.
- ICE KING APPORTE ORDINATEUR !
- Bon d’accord, d’accord, j’admets. C’est plus que suspicieux.
- Il était temps.

_________________


◊ To you ◊ :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexei

avatar

Profil MBTI : ENFJ
Couleur : #ffff00
Messages : 8

MessageSujet: Re: Seth [2]   Dim 13 Jan - 6:03

Cela faisait une bonne heure que je volais à pleine vitesse. La Paradise Map n’était visiblement pas bien configurée pour cette partie de la terre, étant donné qu’elle n’arrêtait pas de changer la direction dans laquelle je devais aller, m’arrachant les oreilles de multiples « Deux battements d’ailes en avant et tournez à droite » « Ce n'est pas la bonne direction. » suivi de « Faites immédiatement demi-tour pourquoi ne m’écoutez-vous pas ?! ».
- Si tu étais bien programmé pour faire ton travail nous n’en serions pas là ~.~ Il faut vraiment que je contacte ces programmeurs, ils vont m’entendre.
Peu de personnes du paradis devaient voir l’intérêt d’aller là-bas, mais ce n’était pas une raison pour bâcler le travail.
- Cessez de m’insulter, j’aurais très bien pu vous faire vous écraser sur une montagne si j’avais voulu. Vous auriez foncé tête baissée dedans vu votre vitesse.
- Quoi o.0 Mais je ne vous permets pas- quelle est cette ignoble application ?
Je ne lui laissai pas le temps de répondre et fermai l’application de frustration. Comme si je n’étais pas déjà suffisamment énervé contre le système du paradis ~.~
Je me posai un instant sur ce qui semblait être une montagne, et je tentai à nouveau de joindre Seth et Venise. Aucune réponse. Je ne pouvais pas savoir si c’était dû au manque de réseau ou à leur impossibilité de répondre, mais si le problème venait du réseau j’allais encore devoir rendre visite aux programmeurs du paradis…
Je décidai d’abandonner avec la technologie pour le moment. Elle n’allait rien m’apporter de bon, comme souvent d’ailleurs. J’avais déjà parcouru une bonne partie du chemin, peut-être même une assez grande partie pour que je puisse les détecter par leurs auras. Je fermai les yeux et me concentrai intensément pour mieux ressentir ce qui m’entourait.
Bingo, il y avait en effet une aura que je ne reconnaissais pas à quelques centaines de mètres de là, et je repérai également deux auras un peu plus faibles et affaiblies. Il ne faisait aucun doute que l’une d’entre elle appartenait à Seth, je reconnaîtrais son aura combattive entre milles. Je fonçai alors dans leur direction, en espérant ne pas arriver trop tard.
Dans quel pétrin mes parents ont-ils fourré Seth et Venise ? Pourquoi avoir envoyé eux en particulier d’ailleurs ? Que pouvaient-ils bien accomplir dans cet endroit complètement isolé de tout ? Je savais mieux que quiconque que mes parents n’avaient aucun sens des responsabilités, mais quelque chose n’allait pas. Ils n’enverraient pas leurs précieux protégés –surtout sans moi- dans une mission suicide sans qu’il n’y ait pas une raison tordue derrière. Penser à ce que ça pourrait être me donnait mal à la tête…
Mon fil de pensées s’interrompit lorsque des silhouettes devinrent visibles. Une silhouette ronde avec un marteau et parlant fort semblait leur donner des ordres… ? Elle ne correspondait à rien que je connaisse, si ce n’est qu’elle dégageait une aura magique et angélique. Je pouvais déjà oublier la possibilité qu’elle provienne des enfers, mais pourquoi semblait-elle les attaquer si elle ne provenait pas du camp adverse ? Je comptais réfléchir à une stratégie pour les sauver, mais la situation n’était pas assez claire pour que je concocte quoique ce soit. Je ne connaissais même pas les détails de leur venue. La seule chose qui paraissait certaine était qu’ils avaient besoin d’aide.
Je m’interposai alors entre la boule ronde et Venise et Seth.
- AH ! ICE KING APPORTE ORDINATEUR SUPPLEMENTAIRE !
- Alexei… ? Tu es venu nous aider ?
Je sentis une forme de soulagement dans la voix de Venise, c’était agréable à entendre. Seth en revanche ne semblait pas si content.
- Tu en as mis du temps.
- J’en suis navré, j’ai eu beaucoup de retardements… Je vois que vous êtes blessés… Surtout toi Venise.
En remarquant la blessure de Venise, je quittai la bestiole des yeux pour m’accroupir auprès d’eux pour regarder de plus prêt.
- Qu’est-ce que cette créature t’a fait ? Et pourquoi ? Elle semble pourtant venir du paradis…
- C’est ce que nous étions justement en train de déterminer, nous sommes en plein milieu de négociations à vrai dire.
- Je suis étonné que vous ayez pris cette décision, mais je suis fier de vous. C’était le mieux à faire avec Venise dans cet état.
- Tu sais, je ne crois pas que cette chose voulait vraiment nous tuer, alors je n’en suis pas si sûr.
- Oui, elle a l’air d’avoir d’autres motivations…
- Même si ce n’est pas le cas, tu es dans un sale état et il faut vous sortir d’ici. Je vais te porter Venise. Ne parle pas trop.
- D’accord…
- Te faire porter par Alexei est donc moins humiliant que de te faire porter par moi ?
- Ça n’a rien à voir, Alexei a raison nous devons sortir d’ici et il est évident que je ne peux pas voler correctement dans mon état.
Seth sembla faire une légère moue. Décidément, j’allais de surprise en surprise sur le comportement de Seth. Il semblait avoir pris conscience de beaucoup de choses sur le travail d’équipe.
- Nous discuterons de ça plus tard, tu peux voler Seth ?
- Bien sûr.
Je pris délicatement Venise dans mes bras. Mon regard se porta ensuite sur la boule ronde, qui semblait perturbé par notre conversation. Allait-elle nous laisser partir ?
- Alors allons-y.
Alors que nous nous apprêtions à nous envoler, la bestiole s’interposa et posa bruyamment un ordinateur devant nous.
- PAS SI VITE !
- Ecoutez, vous semblez venir du paradis, alors autant parler de ça là-haut, vous voulez bien ?
- MA MISSION EST DE VOUS FAIRE VOUS INSCRIRE SUR FRESH AVANT QUE VOUS NE RENTRIEZ !
- Pardon… ?
- Nous revoilà au même point qu’avant ton arrivée.
- C’est ridicule. Parfaitement ridicule.
Rien qu'entendre le mot Fresh me donnait la nausée.
- A qui le dis-tu ?
- Tu sais je me demande si ce n’est pas simplement une caméra cachée. Il paraît que ça devient à la mode au paradis en ce moment.
- Une caméra cachée impliquant que des généraux soient blessés à ce point serait de très mauvais gout.
- Je n'ai pas dit que ça l'était.
La bestiole sembla perdre patience et colla le nez de Seth devant l’écran avec ses pattes.
- INSCRIS-TOI ! CHOISIS TON PSEUDO !
Il repoussa violemment la patte de la boule ronde.
- Qui êtes-vous pour nous ordonner cela ?! Et ne le touchez pas comme ça.
- JE N’AI PAS LE DROIT DE DÉCLINER L’IDENTITE DE MES MAÎTRES !
Il était cependant évident que ses maîtres étaient liés à mes parents… Je comprenais soudain pourquoi Mochi avait voulu que j’y aille. Pourquoi mes parents avaient voulu que j’y aille. Ils ne respectaient donc pas mon consentement à ce point ? Je commençais à bouillir de rage.
- Je crois que je commence à comprendre…
- CE CHOIX DE PSEUDO EST TROP LONG ET VOUS NE POUVEZ PAS UTILISER D’ESPACE ! PRENEZ EN UN PLUS COURT !
- Moi aussi malheureusement.
- Qu’est-ce que vous commencez à comprendre ? °-° Parce que pour ma part, je n’ai toujours aucune idée de ce qui se passe.
- Tu te souviens quand nous discutions de la façon dont nos parents nous traitaient ? Visiblement ils sont prêts à aller aussi loin pour nous inscrire sur un foutu site de rencontres.
- VOUS VOUS FICHEZ DE MOI ? CE PSEUDO EST ENCORE PLUS LONG ! DE PLUS, IL NE PEUT CONTENIR DES INJURES ! OH MAIS OU AVAIS JE LA TETE ? IL VA FALLOIR QUE JE VOUS FASSE LIRE LA CHARTE DE REGLES A RESPECTER !
- Pourquoi ne pas m’appeler Fils non désiré ? Ça m’irait bien.
- VOTRE UTILISATION : Nous recueillons des informations concernant la manière dont vous utilisez nos Produits, telles que les types de contenu que vous consultez ou avec lesquels vous interagissez, les fonctionnalités que vous utilisez-
- Ne dis pas ça, tes parents seraient probablement tristes d’entendre ça…
- NE M’IGNOREZ PAS !
- Crois-moi, ils n’en auraient rien à faire.
- Seth…
- SETH ? VA POUR SETH POUR VOUS.
- Non ce n’est pas ce que je voulais dire, je ne m’appelle pas Seth °-°
- Trop tard visiblement. Mes parents ne sont pas capables d'invoquer une créature dotée d'intelligence.
- Ecoutez, monsieur ?
- ICE KING FILS DU FABULEUX ROI DADIDOU !
C'était un peu long à prononcer.
- … Monsieur, est-ce que nous pourrions parler aux gens qui vont ont demandé cette mission ?
- NON !
- Ravi de l'entendre. Je vois que nous n'irons pas loin avec de telles négociations...
- A TOI ! QUEL EST TON PSEUDO ? VEUX TU QUE JE TE RECITE LES CONDITIONS D’UTILISATIONS DU SITE POUR QUE TU PUISSES FAIRE TON CHOIX ?
Je tentai de sortir mon épée, lorsque-
- FROID GLACIAL !
Il me jeta un sort qui me gela totalement sur place. Je songeai à lui envoyer un sort de flamme en retour, puisque c’était mon élément favori, mais me ravisai rapidement. Un sort de feu sur une banquise ne nous serait pas d’une grande aide. Mes parents et Mochi avaient-ils également prévu ça ?
- J’espère que tu n’étais pas en train de penser à lui jeter un sort de feu.
- Bien sûr que non, je ne suis pas stupide.
- VOUS DEMANDEZ A CE QUE JE NE VOUS APPELLE PAS STUPIDE ?
Seth soupira d'agacement.
- Franchement, donne-lui un pseudo. Nous ne pourrons pas sortir d’ici sinon.
C’était dur de l’admettre, mais Seth avait raison. Je désirais plus que tout battre cette créature et l’empêcher de nous inscrire sur ce site au but purement barbare, mais il avait raison. C’était rare que ce soit lui qui doive me calmer, j’en avais presque honte de m’être laissé emporter ainsi face à lui. Je jetai un regard à Venise, qui respirait difficilement et qui semblait souffrir. Il fallait en effet le sortir le plus rapidement de là, et un combat nous ferait perdre du temps. Il était plus sage de répondre à ses attentes. Si c’était bien nos parents qui l’avaient envoyé, il n’avait aucune raison de nous faire plus de mal après ça.
- ❀WhitePrince❀
- C’EST NOTÉ !
Seth pouffa de rire.
- Qu’est-ce qu’il y a ? Autant choisir un nom qui me fasse honneur. Choisis-en un au lieu de rire ~.~
- Seth.
- CE PSEUDO A DEJA ETE PRIS, VOUS N’AVEZ PAS ETE ATTENTIFS ! DOIS-JE RELIRE LA CHARTE DE CONFIDENTIALITE ?
- J’aimerais changer de pseudo à vrai dire…
- CE N’EST PLUS POSSIBLE !
- Dans ce cas je veux m’appeler FurryLover♕
- NOM TROP LONG ! ET IL Y A DES ESPACES !
- J'aurais du te dire de ne pas inclure ton pseudo dans une phrase.
Seth souffla d'un air agacé.
- FurryLover♕ souffla t-il.
- Et tu te moquais de mon choix de nom ?
- Le mien est bien plus original, et pour ta gouverne je n'avais pas besoin de ton conseil.
- J’aurais bien aimé participer mais malheureusement le mien n’est pas génial et je ne peux pas le changer…
- VOILA ! JE VAIS DÉSORMAIS VOUS PRENDRE EN PHOTO POUR AJOUTER CA AU PROFIL !
- Attend-
Un flash sortit d’un appareil sans nous prévenir. Allaient-ils vraiment mettre la photo de Venise dans cet état… ? Ce serait contre-productif.
- VOILA ! MISSION ACCOMPLIE ! VOUS POUVEZ PARTIR !
- Attends.
- OUI ?
- Tu as reçu l'ordre de ne pas nous tuer n'est-ce pas ?
- NON !
- ... Ils ont probablement du oublier. J'ose espérer.
- Si possible j'aimerais que nous rentrions le plus vite possible.
En effet, Venise semblait souffrir.
- Allons-y Seth.
- Attendez. Je ne compte pas être venu ici pour rien.
- Qu'est-ce qu'il y a ?
- Accepterais-tu de rentrer dans cette pokéball ?
- Je suppose que je ne devrais pas être surpris mais je le suis quand même...
- CE N'EST PAS CONTRE MES ORDRES ALORS POURQUOI PAS !
- Bien. Je serai ton maître désormais.
Le roi Dadidou rentra alors sagement dans la pokeball tendue par Seth.
- Dire que c'était si simple... Je suis impressionné Seth.
Je pris Venise dans mes bras, et je m'envolai en compagnie de Seth.
- Il n'y avait rien de compliqué comme tu peux le voir.
- C'était une bonne idée Seth, il n’obéira plus aux ordres de nos parents de cette façon, surtout si tu le gardes dans cette pokeball.
- Je comptais l'utiliser dans mes missions à vrai dire. Cette créature, bien que stupide, était puissante.
- Tu ferais mieux de-
- Je le sais, je ne suis pas stupide. Je prendrai mon temps pour le dompter.
Venise eut un petit rire.
- Seth a l'air de connaître tes conseils par coeur.
- Malheureusement... Si seulement il pouvait les appliquer également.
- Il a été bien sage cela dit cette fois. Il a même proposé de capituler.
- Oui, j'ai été agréablement surpris ! Je suis fier de toi Seth tu sais.
Seth ne m'adressa pas un regard. C'était attendu mais son manque d’intérêt pour moi me rendait un peu triste.
- Cela dit tu l'aurais attaqué si je ne t'avais pas raisonné.
- J'ai eu une dure journée tu sais... mais j'admets que j'aurais pu commettre l'erreur.
- Tant que tu l'admets...
Il semblait presque déçu que je bataille pas plus que ça.
- Merci d'être venu Alex. Sans toi je ne sais pas dans quel état nous serions maintenant...
- Nous serions dans la même situation, je t'aurais juste porté à sa place.
- Ne dis pas ça voyons, il a fait beaucoup de chemin pour nous sauver.
- En effet, je ne pouvais pas vous laisser seuls. Je ne savais pas dans quelle situation mes parents vous avaient mis après tout...
- Je suppose que oui.
Au fond, il devait probablement être content que je sois venu les aider. Du moins je l'espérais... C'était dur en tant que grand frère de le voir réagir comme ça face à moi.
Cela dit, parler avec eux de cette façon me soulageait d'une certaine manière, cela faisait un moment que nous ne nous étions pas retrouvés tous les trois comme au bon vieux temps. Tant avait changé à présent... La nostalgie fit son effet et la pression commençait à retomber pour moi. Cependant je ne pouvais pas totalement me relâcher, je savais que j'allais avoir beaucoup à faire en rentrant. A commencer par soigner Venise, puis voir mes parents, Mochi... Et puis ses techniciens du paradis qui semblaient s'amuser de créer des applications de danger public.

[Vers le paradis]

_________________

Eyes on me:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Seth [2]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Seth [2]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» seth parle, l'éternelle validité de l'âme de Jane Roberts
» afrontement entre Seth et Horus, le combat des hippopotames
» Marie-Antoinette - Anthologie et Dictionnaire, par Catriona Seth
» Le signe de Seth
» Annunakis,Hercobulus,Planète Rouge

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Unknown Fate :: Purgatoire :: Dehors-
Sauter vers: